•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mairesse trans Julie Lemieux chez les libéraux de Justin Trudeau

Julie Lemieux, mairesse de Très-Saint-Rédempteur.

Julie Lemieux, mairesse de Très-Saint-Rédempteur.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Marie-Pier Bouchard

Après avoir été la première personne transgenre à être élue au Canada, la mairesse de Très-Saint-Rédempteur, en Montérégie, veut maintenant devenir députée au fédéral. Julie Lemieux a confirmé à Radio-Canada qu'elle s’est qualifiée comme candidate à l’investiture pour le Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription de Drummond où se dessine une course à deux.

Originaire de Drummondville, la femme de 47 ans affirme qu’elle revient régulièrement dans son patelin pour visiter ses proches et qu’il est naturel pour elle de viser la circonscription de Drummond.

C’est ma ville natale. J’ai passé les 30 premières années de ma vie là. Toute ma famille est à Drummondville. Mon frère, ma soeur, mes neveux et nièces, explique Julie Lemieux

Je n’ai jamais quitté d’une certaine façon, je suis toujours en visite dans ma famille.

Julie Lemieux, candidate à l'investiture du PLC dans Drummond

Mme Lemieux parle du fédéral comme d’un meilleur levier pour aider un plus grand nombre de gens.

Invitée à la quatrième conférence LGBTI qui a eu lieu en mai dernier à Bogota, en Colombie, Julie Lemieux dit avoir réalisé que comme mairesse, ses pouvoirs étaient limités et qu’elle pourrait s’impliquer davantage si elle faisait le saut au fédéral.

Quand j’ai écouté les témoignages des autres pays comme le Brésil, le Vénézuéla, il y avait des gens de la législation vénézuélienne, et ils expliquaient les grands problèmes qu’il y avait. J’ai trouvé qu’à mon niveau je ne pouvais pas avoir d’influence à l’extérieur du Canada, raconte-t-elle.

L’économie, le soutien des petites et moyennes entreprises et le tourisme font partie des priorités de Mme Lemieux pour la circonscription de Drummond.

Selon elle, le PLC est le parti qui représente le plus ses valeurs.

C’est celui qui s'attache le plus à mes valeurs pour les membres LGBTQ, le droit des femmes d’user de leur corps. C’est le seul parti avec une vision claire par rapport à l’environnement. On est là pour avancer, précise-t-elle.

Est-ce que les gens sont prêts à élire une trans? C’est eux qui vont nous le dire le 21 octobre si je suis candidate pour le parti. Pour le moment, je suis candidate qualifiée à l’investiture, répond Julie Lemieux.

Une lutte à deux

Dans cette course à l’investiture, Julie Lemieux doit affronter William Morales, conseiller municipal à Drummondville depuis six ans.

Selon lui, des projets importants doivent être menés rapidement. Par exemple, l’obtention d’un financement récurrent pour notre Village Québécois d’Antan et l’aide financière que pourrait recevoir notre Orchestre symphonique sont deux éléments primordiaux pour le développement de notre région, mentionne-t-il dans une déclaration écrite.

Je connais plusieurs acteurs politiques dans Drummond et je souhaite travailler en collaboration afin de porter la voix du comté à Ottawa.

William Morales, conseiller municipal à Drummondville

M. Morales fait valoir qu'il habite à Drummondville depuis une douzaine d'années avec sa famille et que sa connaissance de la région peut l'aider grandement au fédéral.

Impossible cependant à ce moment-ci de connaître la date de l’investiture puisque nous n’avons pas obtenu de réponse de la part du Parti libéral du Canada.

Mauricie et Centre du Québec

Politique fédérale