•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats issus des minorités sont-ils désavantagés?

Photos de trois anciens candidats issus de minorités.

De gauche à droite : l'ancien candidat progressiste-conservateur à Saint-Boniface, Mamadou Ka, l'ancien président du Parti libéral, Sachit Mehra, et l'ancienne candidate néo-démocrate à Chemin-Dawson, Roxane Dupuis.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les partis politiques manitobains ont mis la diversité à l'honneur lors des élections provinciales de 2019, mais les minorités ont-elles plus de difficultés à se faire écouter? Trois anciens candidats, eux-mêmes issus des minorités, nous donnent leur opinon.

Bien que le racisme soit toujours présent au Manitoba, l’ancien candidat progressiste-conservateur dans la circonscription de Saint-Boniface Mamadou Ka estime que la majorité des Manitobains sont prêts à accueillir des candidats de la diversité en politique.

Il y aura toujours des gens qui ne voudront pas voter pour vous parce que vous êtes ce que vous êtes, d’autres qui ne voudront pas voter pour vous [pour votre bannière politique] et d’autres encore pour votre personnalité, dit-il.

C’est à nous de jauger si ça vaut la peine de passer plus de temps à cette porte, de convaincre ou bien de passer notre chemin, ajoute l’ancien candidat provincial, qui dit avoir eu peu de mauvaises expériences en faisant du porte-à-porte.

Les accueils mitigés qu’il a reçus ont été surtout de la part de sympathisants non conservateurs, dit-il.

Parmi les 57 candidats que le Parti progressiste-conservateur, le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti libéral présentent cette année, on compte respectivement 22, 24 et 19 femmes.

Roxane Dupuis était candidate pour les néo-démocrates dans la circonscription de Chemin-Dawson en 2016. Celle qui souligne faire également partie de la minorité invisible francophone en garde un bon souvenir.

Les gens étaient souvent bilingues ou sensibles à cette réalité [francophone] Je ne portais rien de nouveau, c’était déjà une valeur pour bien des gens, dit-elle, en ajoutant qu'elle abordait toujours les gens d'abord en français.

Roxane Dupuis affirme que, dans les zones rurales, les gens étaient avant tout contents de voir un candidat en chair et en os à leur porte.

J’ai frappé des milliards de portes pendant les dernières 20 ou 25 années et au niveau de la réception, je pense que la réponse honnête, c’est que le jury est encore absent, dit de son côté Sachit Mehra, ancien candidat aux élections municipales à Saint-Nobert en 2014 et ancien président du Parti libéral.

Cette année, le Parti progressiste-conservateur et le NPD ont battu des records quant au nombre de candidats autochtones de l’histoire moderne du Manitoba, avec respectivement 12 % et 17 %.

Dans les circonscriptions de Burrows et The Maples, les candidats présentés par les trois partis majoritaires sont issus de communautés autochtones.

Dans le cas des progressistes-conservateurs, leurs deux candidats sont des femmes. Si l'une d'entre elles est élue, elle sera la première femme indo-canadienne de l’histoire de la politique manitobaine.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba

Manitoba

Élections provinciales