•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du procès d'un docteur accusé d'agressions sexuelles

Vincent Simard à son arrivée au palais de justice de Drummondville

Vincent Simard à son arrivée au palais de justice de Drummondville

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Le procès de Vincent Simard, ce médecin de Drummondville accusé de contacts et d’agressions sexuelles sur deux adolescents, s'est ouvert lundi au palais de justice de Drummondville.

Les faits qui lui sont reprochés se seraient déroulés à Drummondville entre décembre 2014 et juillet 2017.

Début du procès d'un docteur accusé d'agressions sexuelles

La Couronne a tout d’abord appelé à la barre une des deux présumées victimes de 17 ans, dont l’identité est protégée d’une ordonnance de non publication.

Le jeune homme a raconté avoir rencontré le médecin lors d’activités parascolaires et comment ce dernier l’aidait dans certaines matières académiques après s’être lié d’amitié avec sa famille.

Selon l’adolescent, l’accusé était amoureux de lui et il était jaloux. Vincent Simard avait même, a-t-il dit, placardé les murs de sa résidence de photos de lui et de l’autre présumée victime.

C’est d’ailleurs dans le spa de la maison de l'accusé que certains gestes à caractère sexuel se seraient déroulés. Selon la présumée victime, le médecin, qui lui offrait régulièrement cadeaux et voyages, aurait profité de ces moments pour lui toucher les parties génitales.

Le jeune homme fréquentait l’école secondaire au moment des événements. Il a précisé à la cour avoir coupé les ponts avec l’accusé en raison de l’attitude contrôlante de ce dernier qui l’inondait de messages textes.

L'avocat de l'accusé a contre-interrogé l'adolescent cet après-midi. Il a tenté de miner sa crédibilité en relevant certaines différences entre la déposition faite à l'époque aux policiers et son témoignage d'aujourd'hui. Différences qui portaient, notamment, sur le type de maillot de bain qu'il portait au moment des événements.

Quant à l'accusé, il a suivi l’interrogatoire sans broncher, en souriant de temps à autre. Son procès se poursuit jusqu'à mercredi.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Procès et poursuites