•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stornoway rachetée par ses créanciers

Le site de la mine Renard de Stornoway Diamonds, dans les monts Otish, au Québec.

Le site de la mine Renard de Stornoway Diamonds, dans les monts Otish, au Québec.

Photo : Facebook/Stornoway Diamonds Corporation

Radio-Canada

Osisko et Québec rachèteront les activités de la minière québécoise Stornoway, qui s’est placée sous la protection de la loi sur les faillites le temps de conclure la transaction.

Dans un communiqué, Osisko affirme avoir conclu une entente en vue d’acquérir, avec l’aide d'un groupe de créanciers garantis, les opérations de Stornoway Diamond Corporation, qui exploite un gisement de diamant dans les monts Otish (dans le nord du Québec).

Québec – qui figure parmi ces créanciers par le biais de Diaquem, une filiale de Ressources Québec – détient actuellement 29 % des parts de Stornoway, laquelle exploite la mine Renard, seule exploitation de diamant sur le territoire québécois.

Au total, l'État québécois a investi au fil des années 440 millions de dollars dans l'aventure par l'entremise d'Investissement Québec.

La transaction prévue a fait l'objet d'une lettre d’intention, dans laquelle ces créanciers s’engagent à racheter la quasi-totalité des actifs de Stornaway ainsi que de ses dettes et obligations se rapportant à l'exploitation de la mine Renard, dans le nord du Québec.

Les créanciers acheteurs ont également convenu d’ouvrir un fonds de roulement de 20 millions de dollars pour garantir les activités de Stornoway et s'assurer que la mine Renard continue de fonctionner sans interruption.

L'entreprise canadienne, inscrite à la bourse de Toronto (SWY), connaît des difficultés financières depuis plus d'un an en raison de la chute de près de 50 % du prix du diamant depuis l’ouverture de la mine Renard, en 2014.

En cinq ans, la valeur du diamant est en effet passée de 146 à 76 $ US le carat sur les marchés internationaux.

Or, selon le ministre québécois de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, pour faire ses frais, Stornoway doit pouvoir compter sur un prix se situant entre 85 et 90 $ US le carat.

Deux camions charrient des pierres au fond d'un cratère, dans une mine de diamant.

La mine Renard de Stornoway est située dans les monts Otish, à plusieurs centaines de kilomètres au nord-ouest du réservoir du barrage Manic-5.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Leprince

La mine Renard, inaugurée en 2014, devait être la figure de proue du projet de relance du Plan Nord du dernier gouvernement libéral.

La semaine dernière, Québec a adopté un décret permettant à Investissement Québec d'acquérir une partie des actifs de la mine Renard.

Environ un milliard de dollars de fonds publics et privés ont été investis dans le projet Renard, dont 440 millions d'Investissement Québec.

L'exploitation minière emploie 550 travailleurs, dont beaucoup de membres de la communauté crie.

La négociation des actions ordinaires de Stornoway a été suspendue à la Bourse de Toronto.

Métaux et minerais

Économie