•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pluie et le froid retardent les récoltes des agriculteurs saskatchewanais

Une moissonneuse-batteuse dans un champ.

Les agriculteurs de la province espèrent que la chaleur et le soleil seront au rendez-vous en septembre et en octobre.

Photo : Getty Images / Scott Olson

Radio-Canada

La pluie et le temps frais retardent les récoltes de plusieurs agriculteurs, en Saskatchewan. Selon le ministère de l’Agriculture de la province, 11 % des récoltes étaient dans les silos lundi dernier, ce qui est inférieur à la moyenne de 28 % des cinq dernières années.

Kris Mayerle, qui est propriétaire d’une ferme près de Tisdale, au sud-est de Prince Albert, constate ce retard. Il vient tout juste d’entamer la récolte de ses différents produits.

Les produits paraissent bien, mais ils ne mûrissent pas aussi vite qu’habituellement, estime-t-il.

La pluie au moment des récoltes n’est pas une bonne chose. On aurait aimé qu’elle arrive au mois de mai et de juin, à un moment où elle aurait été très bénéfique pour nous, affirme pour sa part Lee Moats, un agriculteur de Riceton, au sud de Regina.

Il se dit toutefois chanceux d’avoir été en mesure de récolter ses lentilles. Environ 39 % de celles-ci sont dans les silos en Saskatchewan, selon le dernier rapport sur les récoltes.

Problèmes commerciaux

En plus des températures peu clémentes, les agriculteurs doivent composer avec les problèmes commerciaux qui nuisent à l’industrie depuis plusieurs mois.

Kris Mayerle explique que le prix du canola a diminué de 2 $ le boisseau depuis le début de l’année, ce qui représente une perte financière importante pour les entreprises agricoles.

De son côté, Lee Moats affirme que les prix de ses deux récoltes les plus populaires au cours des dernières années, le canola et les lentilles, ont baissé considérablement en raison des différends commerciaux du Canada avec ses partenaires asiatiques.

Ça nous place dans une position difficile et ça nous fait comprendre la nécessité de diversifier nos marchés pour ne plus dépendre uniquement de la Chine et de l’Inde, conclut-il.

Avec les informations d’Ashleigh Mattern, CBC News

Saskatchewan

Agriculture