•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

192 millions en mesures d'atténuation lors de l'aménagement du REM sous le mont Royal

Des hommes vêtus de vestes réfléchissantes s'engouffrent dans le tunnel.

Le tunnel du mont Royal sera fermé pour y effectuer des travaux d'aménagement dans le cadre de la construction du REM.

Photo : Radio-Canada

Hugo Prévost

L'aménagement du tunnel sous le mont Royal, dans le cadre de la construction du Réseau express métropolitain (REM), sera accompagné d'une vaste série de mesures d'atténuation. Pour Québec et la Caisse de dépôt et placement, la facture s'élèvera à 192 millions de dollars.

Les travaux, prévus jusqu'en 2021, entraîneront la fermeture du tunnel en question en janvier prochain, affectant du même coup les lignes de train de banlieue de Deux-Montagnes et de Mascouche.

Selon l'annonce – effectuée lundi par la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau; le directeur général de l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), Paul Côté; et le directeur général des affaires corporatives et du développement de CDPQ Infra, Harout Chitilian –, les divers services de transport de la région métropolitaine seront mis à contribution pour offrir le maintien du transport collectif.

« C'est une annonce qui était vraiment très attendue dans la région métropolitaine », a soutenu la ministre Rouleau. « Le REM, c'est le plus important projet de transport collectif depuis l'avènement du métro, en 1967. »

Autobus et navette ferroviaire

Parmi les diverses stratégies d'atténuation, notons l'instauration d'une navette ferroviaire entre les villes de Deux-Montagnes et de Bois-Franc; des navettes d'autobus vers les lignes orange, verte et bleue du métro; des mesures préférentielles pour les autobus (feux prioritaires, voies réservées et utilisation des accotements d'autoroutes); et l'ajout de places de stationnement incitatif à la gare de Bois-de-Boulogne, sur la ligne Saint-Jérôme.

Les autorités prévoient également des mesures tarifaires pour faciliter la transition, dont la gratuité de la navette ferroviaire entre Deux-Montagnes et Bois-Franc, tout comme dans les navettes d'autobus entre la gare Bois-Franc et la station de métro Côte-Vertu.

Des discussions « intensives » sont en cours avec le Canadien national (CN) « pour assurer la sécurisation [de] voies de contournement » qui doivent permettre, à terme, aux trains de la ligne Mascouche d'éviter le tunnel du mont Royal et parvenir à la Gare centrale, a précisé Mme Rouleau.

Pour les usagers actuels de la ligne Deux-Montagnes, les quatre premiers mois de l'année 2020 seront gratuits, avant que le tarif mensuel passe ensuite à 86,50 $. Pour les usagers de la ligne Mascouche, un rabais allant jusqu'à 30 % pourra s'appliquer.

Le gouvernement est conscient que malgré tous les efforts déployés, les prochaines années seront plus exigeantes pour les usagers de la ligne Deux-Montagnes.

Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports

Enfin, le service sera bonifié sur plusieurs lignes d'autobus des agences de transport STM (Montréal), STL (Laval) et exo.

La ministre Rouleau a assuré qu'« aucun effort ne sera négligé », et que les stratégies détaillées lundi sont des « mesures réfléchies ayant un objectif clair : faciliter la vie des usagers touchés ».

Des mesures supplémentaires et des ajustements pourront être annoncés en juin prochain, a mentionné Chantal Rouleau.

Un « renouveau » métropolitain

Quant à Paul Côté, de l'ARTM, le chantier du REM s'intègre au sein d'un triumvirat de grands projets de transport collectif, avec la prolongation de la ligne bleue du métro, vers l'est de Montréal, ainsi que l'entrée en service du SRB sur le boulevard Pie-IX.

Ensemble, dit-il, ces projets représentent « un renouveau pour la métropole, qui se tourne résolument vers une mobilité d'avenir ».

De son côté, Harout Chitilian, de CDPQ Infra, a soutenu que « tout avait été fait » pour éviter de devoir fermer le tunnel sous le mont Royal, mais qu'il était « impossible » de faire autrement.

« Nous devons renforcer le roc, renforcer le solage, changer les systèmes d'éclairage et de ventilation... », a-t-il énuméré, avant d'affirmer que ce nouveau tunnel serait le point d'orgue du futur REM, au sein duquel 200 000 personnes transiteront chaque jour.

Quelque 30 000 passages sont enregistrés tous les jours sur la ligne de train de banlieue Deux-Montagnes, selon des données fournies par le cabinet de Mme Rouleau. Pour la ligne Mascouche, l'achalandage avoisine les 8000 déplacements quotidiens.

À la fin février, l'organisme Mobilité Montréal estimait que l'ajout de la navette ferroviaire entre la gare Bois-Franc et la station Côte-Vertu prolongera de 35 à 40 minutes le trajet des usagers de cette ligne.

Le REM doit entrer en activité en 2021, entre la rive sud de Montréal et la Gare centrale. Le tronçon entre la Gare centrale et la Gare Du Ruisseau, à Ahuntsic-Cartierville, qui comprend le tunnel sous le mont Royal, doit être mis en service en 2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Transport en commun