•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jardin autochtone inauguré à l'Université de Sherbrooke

Des gens devant le jardin ancestral.

Le jardin ancestral a été aménagé pendant l'été 2018 dans le jardin collectif de l'Université de Sherbrooke (archives).

Photo : Université de Sherbrooke

Radio-Canada

Des étudiants de l'Université de Sherbrooke dévoilent ce lundi un jardin autochtone cultivé sur le terrain de l'établissement.

L'initiative, qui revient pour une deuxième année, a pour but de mettre en valeur l'héritage alimentaire des premières nations.

Ce qu'on appelle les « trois sœurs », le maïs, la courge et les haricots, a poussé grâce aux bons soins des étudiants du Département d'histoire.

Pour l'occasion, une conférence-dégustation est offerte par Lysanne O'Bomsawin, cheffe et vulgarisatrice historique abénaquise. C'est un peu ma façon de faire. Pour pouvoir partager la culture, quoi de mieux que de partager notre culture culinaire? On le fait déjà à travers le monde.

Selon elle, l'alimentation autochtone, c'est un peu comme de la « cuisine de bois ». C'était des gens qui étaient nomades ou semi-nomades. Les Abénaquis faisaient de l'agriculture. On plantait les trois sœurs : haricots, courge et maïs. On parle de cuisine rudimentaire comme des mijotés, des poissons et de la viande séchée. Moi, j'ajoute beaucoup de fruits à mes viandes.

Dans la conférence qu'elle offrira, Lysanne O'Bomsawin souhaite casser quelques préjugés sur l'alimentation des Premières Nations. Je vais apporter l'aspect historique, l'aspect culturel et le volet nutritionnel. On a tendance à penser que les Autochtones étaient en carence parce qu'ils étaient en mode survie et qu'ils étaient des chasseurs-cueilleurs. Est-ce qu'ils avaient tous les nutriments nécessaires pour être en bonne santé? Je vais démontrer qu'ils étaient quand même en bonne santé!

L'activité, qui est ouverte à tous, commencera à 15 h 30 devant le pavillon des lettres et sciences humaines.

Une pancarte sera prochainement installée devant le jardin sur laquelle on pourra lire un résumé de la mythologie amérindienne sur l’origine des trois sœurs.

À écouter : entrevue avec Lysanne O'Bomsawin à Par ici l'info

Estrie

Autochtones