•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tempête Dorian s'éloigne des côtes canadiennes dans l'Atlantique

Deux bateaux submergés.

Des bateaux ont coulé au quai de Covehead, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Paul Légère

Radio-Canada

Après avoir soufflé avec la force d'un ouragan sur les Maritimes, la tempête post-tropicale Dorian, passablement affaiblie, s'éloigne dans l'Atlantique, laissant derrière elle d'importants dégâts et environ 200 000 foyers sans électricité.

Il y avait toujours un risque que le dernier souffle de Dorian se fasse encore sentir sur les côtes canadiennes, lundi matin.

Étant donné l'ampleur du système, les régions au nord-est de Terre-Neuve-et-Labrador pourraient encore avoir des vents associés avec Dorian lundi matin, avait ainsi averti le météorologue Bob Robichaud, du Centre canadien de prévision des ouragans.

Depuis, toutefois, l'agence fédérale ne suit plus la trajectoire de Dorian, et le National Hurricane Center, aux États-Unis, a lui aussi cessé de s'intéresser à la tempête post-tropicale, pour se concentrer sur d'autres phénomènes météorologiques.

Un arbre déraciné effondré sur des lignes de transmission électrique dans une rue d'Halifax.

Après le passage de Dorian, des incidents comme celui-ci, à Halifax, étaient la cause d'une multitude de pannes d'électricité.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

En dépit des nombreux dégâts et inondations causés par la tempête post-tropicale dans l'est du pays, les autorités ne rapportent pour le moment aucune perte de vie liée aux conditions météorologiques.

La Nouvelle-Écosse se relève lentement

Des hommes se tiennent debout sur le toit d'une maison submergée et remorquée par un bateau.

Une maison se fait remorquer par un bateau à Herring's Cove, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Elisa Serret

La priorité, lundi matin, dans la majorité des provinces maritimes et aux Îles-de-la-Madeleine, est de rouvrir les routes encore jonchées de débris, mais surtout de rétablir le courant dans un peu moins de 200 000 foyers des Maritimes – notamment en Nouvelle-Écosse, où plus 188 000 résidences et commerces sont toujours sans électricité.

Au plus fort de la tempête, samedi, plus de 500 000 foyers étaient privés d'électricité dans l'est du pays.

En Nouvelle-Écosse, où Dorian a lourdement endommagé le réseau électrique, il faudra du temps avant que le courant soit rétabli partout, prévient la chef de la direction de Nova Scotia Power, Karen Hutt.

Ce n'est pas une question d'heures, mais bien de jours , a-t-elle précisé, expliquant que près de 80 % des clients de Nova Scotia Power ont été privés de courant au plus fort de la tempête; du jamais vu.

Un travailleur dans une nacelle utilise un extincteur pour éteindre un feu dans un transformateur électrique.

Un technicien au travail à Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 8 septembre 2019

Photo : Reuters / John Morris

Nous nous trouvons toujours dans une situation très dangereuse dans certaines régions de la province, a ajouté Mme Hutt. Dans les endroits où une ligne électrique est tombée, ne prenez pas de risque. Appelez immédiatement le 911 et nous enverrons une de nos équipes s'en occuper.

Karen Hunt, chef de la direction de Nova Scotia Power

La capitale néo-écossaise, Halifax, a été particulièrement touchée par le passage de Dorian, qui a causé d'importants dommages aux bâtiments de la ville, en plus des inondations et des nombreux arbres déracinés qui ont emporté des lignes électriques.

Les vents déchaînés ont même abattu une grue au centre-ville d'Halifax, samedi, qui est heureusement tombée sur un immeuble en construction, ne faisant aucune victime.

Des renforts venant du Québec, de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick et des États américains de la Floride et du Maine sont venus appuyer les services d'urgence de la province. La Croix-Rouge canadienne a ouvert trois abris d'urgence dans la région d'Halifax.

L'armée mobilisée

Des militaires discutent près de leurs camions et véhicules blindés.

Environ 450 militaires sont prêts à intervenir en Nouvelle-Écosse là où les autorités locales le demanderont.

Photo : Radio-Canada

Quelque 300 militaires de la base des Forces armées canadiennes de Gagetown, au Nouveau-Brunswick, devaient contribuer aux efforts de nettoyage et de rétablissement, a confirmé un représentant de l'armée. Environ 400 autres militaires étaient prêts à être déployés au besoin.

Ailleurs dans les Maritimes

Un voilier déposé sur des rochers sur la rive d'une marina.

Un voilier échoué de la marina de Shediac

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Au Nouveau-Brunswick, où près de 9300 clients étaient toujours sans électricité lundi en début d'après-midi, des équipes ont travaillé toute la nuit pour rétablir le courant. Les services de transport ont tout de même été perturbés à Moncton, et les feux de circulation étaient hors service à plusieurs intersections, dimanche.

À l'Île-du-Prince-Édouard, plus de 18 000 foyers et commerces se trouvaient toujours sans électricité lundi, vers 13 h.

Aux Îles-de-la-Madeleine, où des rafales allant jusqu'à 120 km/h ont également fait des ravages, quelque 7000 foyers se sont retrouvés dans le noir dimanche, soit quasiment la totalité des abonnés d'Hydro-Québec de l'archipel. Mais lundi après-midi, seulement 108 abonnés étaient toujours privés de courant.

Le puissant ouragan qui a ravagé les Bahamas et secoué les côtes américaines la semaine dernière a balayé en fin de semaine les provinces de l'Atlantique et une partie de l'est du Québec, avec des pointes de vent qui ont atteint 157 km/h à Terre-Neuve et des quantités de pluie variant entre 50 et 140 millimètres. Les régions côtières ont aussi dû affronter des vagues de plus de 15 mètres par endroits.

Avec les informations de La Presse canadienne

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement