•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de vaccins contre la grippe par voie nasale cette année

Une fille reçoit un vaccin pour la grippe dans une narine.

Un médecin administre un vaccin par voie nasale. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le vaccin contre la grippe administrable par voie nasale ne sera pas disponible pour les Canadiens cette saison. Les agences de santé publique et les pharmaciens espèrent que ce manque ne découragera pas la population de se faire vacciner.

Les vaporisateurs nasaux étaient distribués depuis 2015 comme alternative à l’injection pour les jeunes de 2 à 17 ans.

Toutefois, un mémo du Comité consultatif national de l’immunisation, publié en mai dernier, affirmait que le vaporisateur FluMist ne sera pas disponible pour la saison 2019-2020 en raison d’une pénurie de l’un de ses ingrédients actifs.

Je pense que ce sera difficile pour les parents d’enfants qui ont peur des aiguilles, alors de ne pas avoir l’option du vaporisateur, ce n’est pas une bonne idée, relate Byron Lee, un père de famille ottavien dont le fils a reçu le vaccin par voie nasale l’an dernier.

Byron Lee et son fils posent pour la caméra sur la rue Sparks à Ottawa.

Byron Lee a préféré que son fils Tristan reçoive le vaccin contre la grippe par voie nasale l'an dernier, car l'enfant n'aime pas les aiguilles.

Photo : Krystalle Ramlakhan/CBC

Santé publique Ottawa (SPO) affirme pour sa part que la pénurie annoncée de vaporisateurs nasaux pourrait augmenter la détresse des personnes ayant de problèmes avec les injections.

Ça demeure important d’immuniser les enfants. Ils sont souvent des "super épandeurs" de maladies respiratoires, explique la médecin-chef de SPO, Vera Etches.

Ce n’est peut-être pas idéal pour certaines familles, mais c’est crucial que les enfants soient immunisés, renchérit-elle.

Dre Vera Etches répond aux questions d'une journaliste dans une salle de nouvelles.

La médecin-chef en santé publique, Dre Vera Etches, de Santé publique Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Scott Watson, un pharmacien d’Ottawa, explique que si les vaporisateurs représentent une bonne alternative, il a quand même pu administrer des centaines de doses par injection la saison dernière.

C’est bonne option si c’est disponible, mais l’an dernier, nous avions administré des centaines et des centaines de doses, et nous semblons capables de bien gérer la situation même sans vaporisateur», raconte-t-il.

De possibles retards dans la livraison des vaccins

Dans l’hémisphère Nord, le vaccin contre l’influenza sera aussi distribué plus tard que ce que recommande annuellement l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ce retard pourrait avoir des effets sur les stocks de vaccins et leur disponibilité ponctuelle dans la région, d’après un rapport de SPO publié en marge d’une rencontre du Conseil de santé de la Ville d’Ottawa prévue le 16 septembre.

Advenant un retard dans la distribution du vaccin par la province, la saison de la grippe pourrait frapper à nos portes avant que le vaccin ne soit disponible.

La saison commence généralement à la mi-novembre à Ottawa — soit environ un mois après que le vaccin est normalement rendu disponible — et se termine au début du printemps.

Le ministère de la Santé de l’Ontario a indiqué qu’un certain nombre de doses seront disponibles en octobre, mais que celles-ci seront réservées aux patients plus à risque.

Dre Etches affirme que les fabricants de vaccins tentent de rattraper leur retard dans la production. SPO a entendu de la part de la province qu’elle livrera de moins grandes quantités de doses en octobre.

Le vice-président exécutif de l’Association des pharmaciens de l’Ontario, Allan Malek, espère que les retards dans la distribution des vaccins et l’absence des vaporisateurs cette année ne décourageront pas la population de se faire vacciner.

Nous nous concentrons à améliorer le taux global d’immunisation, explique M. Malek. L’influenza est un problème de taille au Canada et dans le monde, et nous croyons que les pharmaciens peuvent aider.

Avec les informations de Krystalle Ramlakhan de CBC

Ottawa-Gatineau

Vaccination