•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus vrais que la fiction : les films biographiques à voir au TIFF

Deux hommes se tiennent debout devant une foule dans des gradins et fixent l'horizon du regard.

Les acteurs Matt Damon et Christian Bale dans une scène du film « Ford v Ferrari » du réalisateur américain James Mangold.

Photo : Courtoisie du TIFF

Claudia Hébert

De nombreux films à l'affiche au TIFF cette année rendent hommage à des figures historiques ou marquantes. Ces oeuvres biographiques plongent dans la vie de personnages historiques et de héros de la culture populaire. Voici quelques films à surveiller.

A Beautiful Day in the Neighborhood

Tom Hanks incarne Mr. Rogers de la célèbre émission pour enfants. Il tient une marionnette dans ses mains.

Tom Hanks incarne Mr. Rogers de la célèbre émission pour enfants dans le film « A Beautiful Day in the Neighborhood » de Marielle Heller.

Photo : Courtoisie du TIFF

Fred Rogers a été à la barre de son émission pour enfant Mister Rogers' Neighborhood de 1968 à 2001, marquant des générations d’enfants par sa gentillesse, son empathie et sa façon de parler aux plus jeunes. 

En 2018, le documentaire Won’t You Be My Neighbor nous a fait redécouvrir cette icône de la télévision américaine, qui reçoit maintenant le traitement du film de fiction. 

Adaptation d’un article de 1998 de Tom Junod, A Beautiful Day in the Neighborhood raconte la rencontre de Mister Rogers avec le journaliste chargé de faire son portrait. Dans le rôle principal de l’animateur bien-aimé du public, un Tom Hanks qu’on verrait bien figurer sur les bulletins de vote des Oscars…  


Ford v Ferrari

Un homme portant un chapeau de cowboy affiche un sourire près d'une voiture sur une piste de course en plein milieu du désert.

L'acteur Matt Damon dans une scène du film « Ford v Ferrari » du réalisateur James Mangold.

Photo : Courtoisie du TIFF

En 1966, le constructeur automobile Ford se lance un défi : celui de battre l’écurie Ferrari lors de la prochaine course des 24 Heures du Mans. Pour y arriver, la compagnie recrute deux pilotes de talent : Carroll Shelby et Ken Miles

Le réalisateur James Mangold (Logan) signe un film excitant et plein d’humour de près de trois heures, avec à l’écran deux acteurs de talent, soit Matt Damon et Christian Bale.

Le film était présenté en ouverture du festival de Telluride et les rumeurs sont plus qu’excellentes… 


Dolemite Is My Name

Quatre hommes et une femme qui portent des vêtements des années 70 et marchent dans la rue.

Des personnages du film « Dolemite Is My Name » de Craig Brewer

Photo : Courtoisie du TIFF

Eddie Murphy s’est fait plutôt discret au cours des dernières années, ce qui nous rend d’autant plus impatients de découvrir ce grand retour au cinéma dans Dolemite Is My Name, où il joue le rôle d’un des artistes afro-américains qui lui ont ouvert la voie. 

Au début des années 70, le comédien Rudy Ray Moore peine toujours à se faire un nom. La reconnaissance lui vient alors qu’il crée sur scène le personnage de Dolemite, un proxénète flamboyant et vulgaire. Ce ne sera pas long avant que Dolemite parte à la conquête du grand écran, hilarant phénomène du cinéma de blaxploitation. 

Le film signé Craig Brewer (Hustle & Flow) met aussi en vedette Wesley Snipe, Keegan-Michael Key et Snoop Dog.  


Harriet

Une femme au regard triste, en habits d'époque, se cache derrière un arbre.

Une scène du film biographique « Harriet » de la réalisatrice Kasi Lemmons

Photo : Courtoisie du TIFF

Film réalisé par l’actrice et cinéaste afro-américaine Kasi Lemmons, Harriet raconte la lutte contre l’esclavagisme d’Harriet Tubman

Née en esclavage, Tubman décidera à l’âge adulte de fuir sa condition. Après avoir trouvé la liberté dans le nord des États-Unis, elle retournera dans le Sud au moins dix fois pour aller chercher des membres de sa famille et autres amis. Au moins 70 personnes ont été tirées de l’esclavage au cours de ces missions le long du chemin de fer clandestin. 

L’actrice Cynthia Erivo prête ses traits à cette grande figure abolitionniste – qui vivra d’ailleurs pendant plusieurs années à St. Catharines en Ontario, ayant trouvé là, de l’autre côté de la frontière, un bon point de chute pour des esclaves en fuite. 


Judy

Une femme est sur une scène avec un micro à la main et regarde le public.

Renée Zellweger interprète le rôle de Judy Garland dans le film éponyme de Rupert Goold.

Photo : Courtoisie du TIFF

1968. Judy Garland a 46 ans. L’histoire sait qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre. 

Dans une position financière difficile, elle accepte de donner une série de concerts à Londres, contrat qu’elle peine à remplir – entre les abus d’alcool, les médicaments pour s’endormir, pour se réveiller, pour couper la faim… des habitudes prises à l’adolescence, lors de tournages de films au cours desquels on lui a volé la chance d’être une enfant.

L’as dans la manche de ce Judy, c’est son interprète. Renée Zellweger a disparu des écrans pendant six ans, revenant seulement pour y ramener sa célèbre Bridget Jones. La gagnante de l'Oscar de l’actrice de soutien pour Cold Mountain trouve ici un rôle à sa mesure, qui nous rappelle à la fois son potentiel et celui de Garland, partie trop tôt. 

Impossible en regardant à la fois cette Judy, et Renée qui lui prête ses traits, de ne pas réfléchir à ce tordeur dans lequel Hollywood fait passer ses actrices. Une performance très physique, très habitée, qui pourrait bien valoir à Zellweger une nouvelle chance de décrocher une statuette dorée. 


Seberg

Une femme pointe du doigt vers la droite.

Kirsten Stewart interprète le rôle de Jean Seberg dans le film de Benedict Andrews.

Photo : Courtoisie du TIFF

Elle a été découverte par Otto Preminger, pour qui elle a joué Jeanne d’Arc et le Bonjour Tristesse de Françoise Sagan. Son rôle le plus marquant, c’est celui que lui a offert Godard, aux côtés de Jean-Paul Belmondo, dans À bout de souffle. Actrice américaine expatriée à Paris, mariée à l’auteur Romain Gary, Jean Seberg a également été une militante déterminée. 

À la fin des années 60, Seberg découvre le mouvement des Black Panthers et a une liaison avec un de ses membres – ce qui attire sur elle l’attention du FBI. C’est cette période de sa vie qui est sous la loupe dans ce Seberg de Benedict Andrews, avec Kirsten Stewart dans le rôle-titre. 


Radioactive

Marie Curie verse un liquide dans un becher.

L'actrice britannique Rosamund Pike est l'interprète de Marie Curie dans « Radioactive » de Marjane Satrapi.

Photo : Courtoisie du TIFF

Film de clôture de ce 44e TIFF, Radioactive est un hommage à la vie et l’oeuvre de la grande chimiste et physicienne Marie Curie. 

C’est le portrait d’une femme brillante, têtue, complètement absorbée par ses travaux, qui se questionne sur l’usage que d’autres scientifiques feront de ses découvertes.

Faisant des sauts dans le temps, le film se permet des détours vers le futur de la radioactivité, autant ses bienfaits dans le traitement du cancer, que ses méfaits lors de tragédies comme celles de Hiroshima ou Tchernobyl. 

Marjane Satrapi (Persépolis, Poulet aux prunes) signe cette biographie, avec la Britannique Rosamund Pike dans le rôle-titre. 

Le 44e Festival international du film de Toronto se déroule du 5 au 15 septembre.

Toronto

Cinéma