•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Soleil et la presse écrite dans « une situation intolérable »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une pancarte lors d'un rassemblement en soutien au quotidien Le Soleil à Québec

Un premier rassemblement d'appui aux travailleurs du quotidien Le Soleil a eu lieu dimanche après-midi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une centaine de personnes se sont rassemblées dimanche après-midi pour démontrer leur soutien au quotidien Le Soleil et dénoncer la « situation intolérable » dans laquelle se trouve la presse écrite.

Employés, retraités, lecteurs et journalistes appartenant à d'autres médias d'information ont répondu à l'appel lancé dimanche après-midi au Jardin Jean-Paul-L'Allier.

Parmi eux se trouvait le caricaturiste André-Philippe Côté, figure connue du quotidien de la capitale. À l'emploi du journal depuis 1997, il est bien placé pour témoigner de l'évolution technologique qui a secoué l'industrie.

À son avis, la crise que traverse l'ensemble de la presse écrite est particulièrement ironique. La caricature, dit-il, en est un exemple très concret des conséquences de l'arrivée des géants du Web.

La caricature voyage très bien sur les réseaux sociaux. Ça voyage partout dans le monde. Mais pour nous, ça ne donne aucun revenu. C'est contradictoire, on est lu de plus en plus et on fait de moins en moins d'argent. C'est une situation qui est intolérable actuellement, plaide-t-il.

Tous les journaux sont fragiles. Il faut qu'il se passe quelque-chose

André-Philippe Côté, caricaturiste, Le Soleil

Même s'il est lui-même inquiet pour son employeur et l'ensemble des journaux imprimés, M. Côté observe un élan de solidarité sans précédent depuis que Groupe Capitales Médias, propriétaire du Soleil et de cinq autres journaux régionaux, a fait les manchettes pour sa situation financière précaire.

Les gens se serrent les coudes, les gens sont solidaires. On sent moins l'opposition entre syndiqués et cadres. On est tous dans la même barque. La solidarité est très très forte, remarque-t-il.

Une manifestation en soutien au quotidien « Le Soleil » à Québec.

Des retraités du quotidien « Le Soleil », qui risquent des répercussions sur leur fonds de retraite si Groupe Capitales Médias ne prend pas du mieux, étaient de la mobilisation dimanche après-midi. Le déficit actuariel du fonds de retraite est de 65 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada

Qui sera le prochain?

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) était également représentée au rassemblement de dimanche.

Alexandre Duval, président de la section régionale de Québec, a rappelé que ce n'est pas que Groupe Capitales Médias qui subit les conséquences de la crise des médias.

On ne sait pas quand ce sera un autre journal ou un autre média pourrait être frappé par cette crise-là, a-t-il dit, soulignant l'importance pour l'ensemble des journalistes de se mobiliser quelle que soit l'appartenance. Cette solidarité à l'intérieur même de notre profession, sans égard au média, c'est ça qui est fondamental [pour traverser la crise].

La section locale de la FPJQ à Québec tiendra également un rassemblement de solidarité pour Le Soleil et plus largement la presse locale cette semaine.

La rencontre est prévue mercredi à 18 h aux Salons d'Edgar, dans le quartier Saint-Roch. L'événement est ouvert au public.

Avec les informations d'Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !