•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lettre d'opinion xénophobe d'un universitaire de Calgary publiée dans la presse à Vancouver

Le groupe Postmedia possède les deux titres, soit Le Vancouver Sun et The Province

Le « Vancouver Sun » et « The Province » ont publié la tribune de Mark Hecht.

Photo : CBC/Radio-Canada

Radio-Canada

Le Vancouver Sun a publié dans son journal et sur son site Internet la lettre d'opinion d'un chargé de cours de l'Université Mount Royal, de Calgary, Mark Hecht, dans laquelle il déclare que le Canada se porterait mieux sans diversité ethnique.

Le Canada devrait dire adieu à la diversité, à la tolérance et à l'inclusion pour reconstruire la confiance en autrui et commencer à accepter une nouvelle norme en termes de politique d'immigration.

Les mots de Mark Hecht, publiés samedi dans le Vancouver Sun et Vancouver Province, ont très vite choqué. Le titre de l'article a, dans un premier temps, été modifié pour préciser que l'homme n'était pas professeur, mais chargé de cours à l'Université, avant que l'article ne soit finalement supprimé des versions numériques de ces journaux.

Le Vancouver Sun s'engage à promouvoir et à célébrer la diversité, la tolérance et l'inclusion. Notre communauté et notre nation dynamiques reposent sur ces piliers importants, écrit le rédacteur en chef du Vancouver Sun, Harold Munro, sur le site du journal.

M. Munro affirme que le processus éditorial sera revu pour renforcer la surveillance et la responsabilisation et ainsi éviter que ce genre d'incident ne se reproduise.

CBC a tenté de joindre le rédacteur en chef et le responsable éditorial des pages d'opinion, Gordon Clark, mais n'a pu obtenir de réponse à l'heure de la publication de cet article.

L'article de Mark Hecht a déclenché une forte réaction sur Internet. Des journalistes de Postmedia, propriétaire des deux publications, ainsi que des professeurs de l'Université Mount Royal ont tenu à condamner les propos et à prendre leurs distances.

Ce sont des sujets de discussion néonazis qui ont été publiés de manière brute par le Vancouver Sun, dit Evan Balgord, le directeur général du Réseau canadien contre la haine, qui étudie la montée des groupes haineux et leur rhétorique.

Tout d'abord, c'est faux du point de vue des faits. C'est tout simplement un laïus de base des suprémacistes blancs.

Evan Balgord, directeur général du Réseau canadien contre la haine

L'Université prend ses distances

Selon sa biographie sur le site de l'Université, Mark Hecht s'est spécialisé dans l'étude de la biogéographie et la répartition de la faune et la flore dans leurs milieux, et enseigne depuis 11 ans.

On peut lire qu'il s'intéresse aux espèces envahissantes, à leur colonisation et à leur adaptation et à la dominance écologique des espèces européennes. Il a autopublié un livre sur le sujet, Les règles de l'invasion : Pourquoi les Européens ont-ils naturellement envahi le Nouveau Monde?

Le doyen de la Faculté de science et technologie à l'Université Mont Royal de Calgary, Jonathan Witney, a déclaré qu'il comprenait les inquiétudes des membres de la communauté au sujet de cet article.

Mount Royal, comme toutes les universités, est un lieu de débat, de liberté d’expression et d’échange d’idées dans le respect. Les idées exprimées dans cette tribune, bien que protégées par le droit à la liberté d’expression, ne représentent pas ma vision personnelle ni la position de l’Université Mount Royal dans son ensemble , écrit-il.

Il ajoute : L'Université Mount Royal s'est engagée à promouvoir la diversité sur [le] campus et dans la communauté au sens large, et à créer un environnement d'apprentissage accueillant pour tous.

Mark Hecht s'appuie, dans sa lettre d'opinion, sur un rapport de l'Institut Gatestone, un groupe de réflexion qui a publié de la désinformation et des contenus antimusulmans, d'après le Conseil sur les relations américano-islamiques.

L’Institut Gatestone, selon Evan Balgord, estlargement reconnu comme faisant partie de ce que l’on appelle l’industrie de l’islamophobie, qui oscille entre des histoires inventées ou très fortement tendancieuses, toutes concluant qu’il est impossible d’intégrer les musulmans.

Ancien journaliste du Vancouver Sun, Sean Holman enseigne à présent le journalisme à l'Université Mount Royal. Il rejoint Evan Balgord dans sa critique de l'Institut Gadestone et du caractère irresponsable de citer une telle source sans contexte. Pour lui, la lettre d'opinion n'aurait jamais dû être publiée.

Je pense qu'il est essentiel de comprendre que ce n'est pas une question de liberté d'expression dans ce cas , explique-t-il.

Les journaux et les autres médias ne sont pas des supports de communication. [...] Nous ne sommes pas obligés de publier ni de diffuser toutes les opinions qui nous sont transmises. Nous prenons constamment des décisions à propos de ce qu'il faut diffuser ou non.

Lorsque l'on publie une lettre d'opinion, on offre à ce point de vue notre public et notre crédibilité. Le "Vancouver Sun" n'aurait tout simplement pas dû le faire dans ce cas. C'est un échec inexcusable du journalisme.

Sean Holman, professeur de journalisme à l'Université Mount Royal

Le professeur explique que le texte pouvait raisonnablement attiser le sentiment anti-immigrant et antiréfugiés, ce contre quoi il s'est battu dans son propre travail et dans les cours qu'il donne. Il explique qu'il demande notamment à ses étudiants de deuxième année de rendre compte de la vie de nouveaux arrivants.

Everyone Canada est une organisation sans but lucratif d'Edmonton qui lutte contre ceux qui tentent de miner l'engagement du pays envers le multiculturalisme et l'immigration. Son porte-parole, Avnish Nanda, affirme que les médias ont une grande responsabilité face à ces réthoriques dangereuses.

Je pense qu'il y a une plus grande responsabilité des médias et des journalistes dans ce climat particulier pour traiter ces problèmes, pour ne pas donner la parole à ce genre de vues chauvinistes et xénophobes, en particulier lorsqu'elles sont publiées sur Internet.

Sa définition du Canadien est bien différente de celle que l'on pouvait lire dans les mots de Mark Hecht.

N'importe qui peut être Canadien, peu importe à quoi il ressemble, d'où il vient, ce en quoi il croit, ce pays est pour tout le monde.

D'après un article et les informations de CBC

Alberta

Société