•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UMQ demande aux partis de se prononcer sur les enjeux municipaux

Alexandre Cusson lors d'une allocution.

Le président de l’UMQ, Alexandre Cusson, demande aux partis fédéraux de se pencher sur les enjeux qui touchent les municipalités d'ici, mais aussi de partout au pays.

Photo : Radio-Canada / VINCENT ARCHAMBAULT CANTIN

Radio-Canada

À quelques jours d’un imminent déclenchement de la campagne électorale, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) réclame aux partis politiques de prioriser la lutte contre les changements climatiques et de débattre de la place et du rôle des gouvernements de proximité sur un tel sujet.

Lorsque le climat se déchaîne, qui appelle-t-on en premier? Les municipalités.

Alexandre Cusson, président de l'UMQ et maire de Drummondville

L’UMQ souhaite que les partis politiques en lice dévoilent la place qu'occuperont les municipalités dans l'action gouvernementale en matière de lutte contre les changements climatiques.

Elle réclame également le développement économique intelligent et durable des communautés ainsi que le respect de l'autonomie municipale.

Quand on parle à Québec, c'est de la faute d'Ottawa. Quand on parle à Ottawa, c'est de la faute de Québec. Il faut qu'on passe à autre chose, explique M. Cusson.

En mai dernier, le premier ministre Justin Trudeau, lors de son passage au congrès de la Fédération canadienne des municipalités, s'était montré favorable à l'idée de financer les projets municipaux sans passer par les provinces.

Pour le président de l'UMQ, la mobilité durable reste la priorité pour les municipalités : les investissements massifs doivent être faits pour développer les réseaux de transport en commun dans « les villes de toutes les tailles  » –et pas seulement Montréal ou Québec.

Si rien n'est fait, les changements climatiques pourraient coûter 4 milliards de dollars aux municipalités dans les cinq prochaines années, avertit M. Cusson.

Selon lui quelque 43 % des émissions de gaz à effet de serre du Québec proviennent du secteur des transports : Sans un important transfert modal de la voiture solo aux transports collectifs, nous manquerons collectivement le rendez-vous écologique.

Une plateforme électorale pour les élections fédérales a par ailleurs été préparée par l'UMQ et ses membres.

Avec les informations de Presse canadienne

Politique municipale

Politique