•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Israël : projet de loi controversé sur l'utilisation de caméras dans les bureaux de vote

Une Israélienne arabe se prépare à voter lors des élections législatives israéliennes du 9 avril 2019 dans un bureau de vote de la ville de Taiyiba, dans le nord d'Israël.

S'agit-il de lutter contre la fraude ou de ficher les électeurs? Le projet d'installation de caméras dans les bureaux de vote fait controverse en Israël.

Photo : Getty Images / AHMAD GHARABLI

Agence France-Presse

Le gouvernement du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a apporté dimanche son soutien à un amendement controversé autorisant l'installation de caméras dans les bureaux de vote lors des prochaines législatives, malgré les réticences du procureur général, selon un responsable.

La population arabe d'Israël voit dans cette démarche une tentative d'intimidation des électeurs, car beaucoup pourraient craindre de se rendre dans les bureaux de vote à cause des caméras, avec le risque selon eux d'être identifiés et fichés.

L'actuel premier ministre israélien a déclaré que ce projet de loi, émanant de son parti, le Likoud, visait uniquement à prévenir la fraude électorale, mais ses détracteurs le qualifient de démarche purement politique avant les élections du 17 septembre.

Le meilleur moyen de prévenir les fraudes lors des élections est de placer des caméras dans chaque lieu de vote et de permettre à des observateurs des partis rivaux de se surveiller mutuellement.

Benyamin Nétanyahou, premier ministre israélien

Ce dernier a approuvé l'amendement qui doit faire l'objet d'un vote au Parlement lundi, a indiqué à l'AFP un responsable sous couvert de l'anonymat.

Le procureur général Avichai Mandelblit, présent dimanche au conseil des ministres, a dit qu'il n'était pas opposé en principe à une telle législation, mais qu'il déconseillait de la faire voter de manière précipitée à quelques jours des législatives, selon les médias.

Le comité électoral central, en charge du bon déroulement du scrutin, avait également rejeté la demande du Likoud de pouvoir filmer dans les bureaux de vote.

Le président israélien Reuven Rivlin a de son côté déclaré qu'il regrettait les critiques acerbes à l'encontre de M. Mandelblit et du président du comité électoral, le juge de la Cour suprême Hanan Meltzer.

Je rejette ces tentatives de saper la confiance du public dans ces institutions et ceux qui les dirigent avec professionnalisme dans le processus de préparation des prochaines élections.

Reuven Rivlin, président israélien

Cet amendement de la loi sur les élections permettra aux observateurs désignés par les partis dans les bureaux de vote de filmer ce qui se déroule dans le bureau mais pas dans l'isoloir.

Lors des législatives d'avril, M. Nétanyahou a été confronté à de vives critiques lorsque des membres du Likoud ont amené des petites caméras dans les bureaux de vote des villes arabes.

Le Likoud a affirmé qu'il y avait des fraudes dans les villes arabes, mais le journal Haaretz a rapporté dimanche que les enquêtes ouvertes par la commission électorale n'avaient jusqu'à présent donné aucun résultat.

Certains commentateurs politiques considèrent que cette mesure a pour but de faire baisser le nombre de votants chez les Arabes israéliens et de mobiliser les électeurs de droite en suggérant de possibles fraudes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International