•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Une scène apocalyptique » vécue par un Madelinot

Un chalet dans l'eau.

Le chalet a été soufflé sur une centaine de mètres avant de se retrouver dans l'eau.

Photo : Facebook/alfred.arseneau

Dereck Doherty

Les Madelinots sont habitués aux forts vents, mais la tempête Dorian a fait vivre des émotions fortes à bon nombre d'entre eux, dont Alfred Arseneau, témoin d’une « scène apocalyptique » alors que l’un de ses chalets a été complètement soufflé par les vents.

Samedi après-midi, le vent s’est levé tranquillement. On s’était préparés un peu pour la tempête Dorian qui s’en venait. On est habitués, aux Îles, de se faire éventer pas mal, raconte le Madelinot.

Le Madelinot Alfred Arseneau

Le Madelinot Alfred Arseneau

Photo : Alfred Arseneau/Facebook

Des tempêtes d’automne, on en vit souvent [mais] tôt en saison, comme ça, c’est beaucoup plus rare, a-t-il dit.

C’était vraiment une nuit de désolation incroyable [...] tout était ravagé.

Alfred Arseneau, Madelinot

L’homme est propriétaire de trois chalets qu’il offre en location. Question de s’assurer de la sécurité des lieux avant que la tempête arrive, il est allé les visiter en début de soirée. À ce moment-là, les vagues et le vent étaient impressionnants, mais ce n’était pas du jamais vu, selon lui.

Plus tard en soirée, vers minuit, alors que les conditions météorologiques continuaient de se dégrader, il est retourné à l'un de ses chalets pour y évacuer les deux personnes qui y restaient.

Des chalets déplacés de leurs pilotis.

Des chalets ont été poussés par la force du vent aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Facebook/alfred.arseneau

Quand je suis arrivé, les pompiers étaient sur place, les policiers aussi. Le chemin était complètement inondé. Il y avait au moins trois pieds d’eau à la grandeur du chemin, a raconté M. Arseneau. Les vents extrêmement violents rendaient les routes impraticables.

Par la suite, il a constaté avec stupeur que l’un de ses chalets avait été complètement soufflé par le vent. C’était comme une scène apocalyptique, a-t-il décrit. Les choses soufflaient au vent : les cabanons, les galeries. Tout avait pris le large.

Tout a été déplacé. Ça a été beaucoup plus gros que tout ce que j’ai vu dans le passé, puis on est quand même habitués de vivre des tempêtes assez fortes, a-t-il dit.

Des chalets se retrouvent dans un piètre état après la tempête aux Îles.

L’homme est propriétaire de trois chalets qu’il offre en location.

Photo : Alfred Arseneau

M. Arseneau est revenu sur place dimanche matin pour constater les dégâts à sa propriété et a été impressionné par l’ampleur du sinistre. À mon avis à moi, on a un dommage qui n’est pas récupérable.

Ce sont des images très fortes. C’est des chalets en plein milieu du chemin. Il y a un chalet qui a traversé littéralement le chemin et qui est tombé dans un lac, qui a parcouru une centaine de mètres, a soutenu le Madelinot.

M. Arsenau affirme que sa situation n’est pas un cas isolé dans l’archipel. Ce sont tous les résidents, tous les propriétaires du secteur [...] qui sont touchés et qui vont devoir trouver une alternative. Il espère que la Municipalité viendra en aide aux personnes touchées par la tempête alors qu'on évalue actuellement l'ampleur des dégâts.

Avec les informations de Jennifer Boudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Incidents et catastrophes naturelles