•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre et s'intégrer à Saint-Félicien quand on est Mexicain : le parcours d'Efrain Martinez

Un jeune homme est assis devant un ordinateur.

Après avoir obtenu un DEC en informatique au Cégep de Saint-Félicien, Efrain Martinez a été engagé comme technicien informatique chez Produits forestiers Résolu.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

Les étudiants étrangers sont nombreux dans les cégeps de la région, mais rares sont ceux qui s'établissent au Saguenay-Lac-Saint-Jean une fois leurs études terminées. Efrain Martinez, un Mexicain de 26 ans, a choisi de s'établir à Saint-Félicien après y avoir obtenu un diplôme d'études collégiales (DEC).

Au Cégep de Saint-Félicien, un étudiant sur quatre provient de l'extérieur du Canada. La moitié d'entre eux feront des démarches pour travailler au Québec par la suite. De ce nombre, seulement 15 % choisiront de s'établir dans la région.

Efrain Martinez fait partie de cette minorité. Après l'obtention de son DEC en informatique, il a rapidement décroché un poste de technicien informatique chez Produits forestiers Résolu (PFR). La décision de s'établir à Saint-Félicien s'est prise tout naturellement.

J'ai beaucoup aimé la région, le Lac-Saint-Jean, Saint-Félicien et les alentours, explique le jeune Mexicain dans un français impeccable.

Il attribue sa facilité à s'intégrer à la cordialité de ses professeurs, au soutien de sa famille d'accueil qui lui a permis de maîtriser le français et à son implication dans différentes activités sportives. Efrain Martinez est d'ailleurs l'entraîneur de la nouvelle équipe de soccer du Cégep de Saint-Félicien.

Un jeune homme marche sur un terrain de soccer avec d'autres joueurs en arrière-plan.

Efrain Martinez est aussi entraîneur de l'équipe de soccer du Cégep de Saint-Félicien.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Je m'adapte très vite. Ce qui a été dur, c'est toute la paperasse qui vient avec l'immigration, assure celui qui tente d'obtenir sa résidence permanente. C'est sûr qu'il y a des bouts faciles et des bouts moins faciles, mais il faut persévérer, se fixer un objectif et foncer jusqu'au bout pour y arriver, poursuit le jeune homme qui rêve de s'acheter une maison et de fonder une famille dans la région.

Emploi et intégration

Quand on demande aux étudiants étrangers quels sont les ingrédients qui leur permettraient de rester dans la région après avoir complété leur formation, la question de l'emploi arrive au premier rang.

Pour le directeur adjoint des études et responsable du recrutement à l'étranger pour le Cégep de Saint-Félicien, France Voisine, les employeurs ont un rôle important à jouer pour convaincre les étudiants étrangers de s'établir au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Évidemment, il y a l'appel d'autres régions, il y a l'appel aussi des grands centres qui attirent nos étudiants et nos jeunes de souche également. Ce sont les employeurs qui ont à travailler en conséquence pour essayer d'attirer et de garder ces jeunes-là, croit-il.

Efrain Martinez ne cache d'ailleurs pas que la question salariale a joué dans sa décision de rester. On a des meilleurs opportunités au Québec, affirme-t-il. C'est pourquoi même s'il s'ennuie de sa famille, il ne regrette pas d'avoir troqué le soleil mexicain pour celui de Saint-Félicien.

D'après les informations de Mélissa Paradis

Saguenay–Lac-St-Jean

Immigration