•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après avoir rêvé en grand, Andreescu inspire les autres à faire de même

Une jeune fille assise sur une chaise qui écoute un homme en train de lui parler.

Bianca Andreescu (à gauche) et son entraîneur Aref Jallali (à droite), en 2014 lorsqu'elle a remporté Les Petits As, l'un des tournois de tennis pour jeunes les plus prestigieux au monde.

Photo : Fournie par Aref Jallali

Radio-Canada

Bien avant d'avoir son nom gravé dans les mémoires, Bianca Andreescu rêvait de grandeur, et ce, avec une si grande détermination qu'elle pouvait écrire les mots « j'ai gagné » sur sa main avant même d'affronter son adversaire le court de tennis.

Elle écrit "j'ai gagné" sur sa main et elle me le montre : 'Aref, j'ai gagné! Je vais y aller et le faire", a raconté son ancien entraîneur Aref Jallali.

C’est le genre de détermination qui a immédiatement fait en sorte que Bianca Andreescu se démarque des autres enfants, a expliqué Aref Jallali.

Elle a toujours ce type de détermination. Si elle veut quelque chose, elle l'obtiendra, et ce, depuis qu’elle est jeune.

Aref Jallali, ancien entraîneur de Bianca Andreescu
Un homme et une jeune fille qui porte une coupe.

Bianca Andreescu avec son ancien entraîneur quand elle était adolescente après avoir remporté le tournoi Les Petits As.

Photo : Fournie par Aref Jallali

À 11 ans, Bianca Andreescu rêvait déjà en grand. C’est pourquoi son ancien entraîneur explique qu'il ne sera jamais surpris de l'ascension fulgurante de la joueuse de 19 ans.

#SheTheNorth

L’engouement pour Bianca Andreescu n’a jamais été aussi grand pour les jeunes générations de joueurs de tennis.

Sur la toile, la joueuse de Mississauga, en Ontario, a été couronnée du mot-clic #SheTheNorth, à l’instar de celui des Raptors de Toronto #WetheNorth.

Les Raptors n’ont d’ailleurs pas hésité à utiliser le mot-clic non plus.

Samedi, Bianca Andreescu est devenue la première Canadienne de l’histoire à remporter un titre de grand chelem en simple, en battant Serena Williams 6-3 et 7-5 dans la finale féminine des Internationaux des États-Unis à New York.

Elle lui tient l'épaule pendant que Bianca Andreescu tient son trophée. Elles sourient.

Serena Williams félicite Bianca Andreescu.

Photo : Getty Images / Clive Brunskill

Et le fait qu'un enfant de la région de Toronto puisse vaincre l'une des légendes incontestées du tennis, Serena Williams, inspire les plus jeunes passionnés de tennis à viser l'excellence.

Je trouve qu'elle persévère toujours et qu'elle ne s'arrête jamais, admire Sara Bosch, une joueuse de tennis de 10 ans, lors d'un tournoi de tennis à Toronto avant le match historique de son idole.

Cela me donne l'impression qu'un jour, je peux être aussi bonne qu'elle.

Sara Bosch, joueuse de tennis de 10 ans
une jeune fille sur un terrain de tennis.

Sara Bosch, 10 ans, dit que Bianca Andreescu est une inspiration pour elle.

Photo :  CBC / Michael Charles Cole

Samedi, Nikita Reuter, 8 ans, ne savait pas encore qui d’Andreescu ou Williams était sa préférée. Mais, en voyant une joueuse qui vient de si près de chez elle atteindre des sommets, la petite fille se dit aussi inspirée. Je sens que je peux faire atteindre n'importe quoi.

Un jeune joueur de 13 ans, Jenson Bicanic, est conscient d’avoir vécu un moment de tennis historique. Cela fait 40 ans qu'un Canadien n'avait pas participé à la finale des Internationaux de tennis des États-Unis, donc c'est plutôt gros.

J'aime à quel point elle est agressive, a confié Jenson Bicanic. Elle se déplace toujours autour de l'autre joueur.

Un jeune garçon sur un terrain de tennis.

Jenson Bicanic, âgé de 13 ans, a eu la chance d'être le ramasseur de balle de Bianca Andreescu lors de la Coupe Rogers à Toronto.

Photo :  CBC

C’est comme si je participais aux Internationaux des États-Unis dans environ cinq ans [...]. Ça m'inspire beaucoup.

Jenson Bicanic, joueur de tennis de 13 ans

De son côté, l'entraîneuse de tennis Rachel Gould considère que l'inspiration envers Andreescu motive les jeunes joueurs. Selon elle, la joueuse étoile a un réel impact sur le développement du sport au Canada.

Je pense que dans l'ensemble, il y a plus de joueurs qui jouent, surtout de plus en plus de filles. Je dirais aussi que plus de filles joueront cette année, a-t-elle déclaré.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Tennis