•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dorian : la nuit a été longue pour les Madelinots

La piste cyclable à Cap-aux-Meules a été rongée par la tempête.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Dereck Doherty
Brigitte Dubé

Dur lendemain de tempête aux Îles-de-la-Madeleine, alors que Dorian a causé plusieurs dommages, des milliers de pannes d'électricité et entraîné la fermeture de certaines routes.

En plein cœur de la tempête samedi soir, le niveau élevé de l'eau a fait craindre le pire au quai de Cap-aux-Meules. Il s’en est fallu de peu pour que les bateaux ne soient projetés sur le quai.

Des pointes de vents jusqu'à 120 km/h ont été enregistrées au cours de la nuit, selon Environnement Canada.

Une barge.

L’administration portuaire a poussé une barge durant la nuit pour coincer les bateaux de pêche après que les quais flottants sur lesquels ils étaient amarrés se soient détachés.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Des pêcheurs ont même dû utiliser une barge, durant la nuit, pour coincer leurs bateaux dans le havre après que leurs quais flottants se soient détachés.

Toute la soirée, les bateaux au bout du quai ont été clutchés tous de l'avant... les fesses du bateau étaient vraiment au-dessus du quai. Les bateaux ont été clutchés toute la nuit pour rester dans l'eau et j'en ai même vu un qui s'est assis.

Kevin Aucoin, pêcheur de homard
Un bateau de pêche.

Des bateaux ont été endommagés en raison des vents et des vagues.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Marie-Josée Dubreuil, résidente de Cap-aux-Meules, raconte que samedi, le ton des conversations se faisait léger. Mais au fur et à mesure que la tempête s'approchait, les Madelinots prenaient conscience de l'ampleur de la tempête.

Elle-même a trouvé refuge dans l'auberge de l'un de ses amis.

Il y a des bouts de toits qui sont partis, donc ça coule. Ça pleut ici. Des bouts d'escaliers sont partis aussi, arrachés. Des bouts de murs extérieurs, des bateaux qui sont renversés. C'est catastrophique. C'est très peinant, c'est triste.

Marie-Josée Dubreuil, résidente de Cap-aux-Meules
Un quai où la mer est agitée en soirée.

Les Îles-de-la-Madeleine sont dans la ligne de mire de Dorian.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Joseph Poirier, qui habite à Havre-aux-Maisons depuis deux ans, a passé plusieurs étés aux Îles-de-la-Madeleine, ayant marié une Madelinienne. Sa résidence est à une quarantaine de mètres de l'eau. Il soutient que c'est la tempête la plus forte qu'il a vue jusqu'à maintenant.

On n'a pas beaucoup dormi, il a venté beaucoup. Il y avait un peu d'infiltrations d'eau par les fenêtres, donc il fallait surveiller. On s'en tire bien quand même, on n'a pas trop de dommages. Je suis allé voir sur le bord de l'eau puis les passerelles sont brisées. Y'a vraiment eu une grosse tempête, estime-t-il.

Une résidence dans l'eau.

L'étendue des dommages aux Îles-de-la-Madeleine se précise dimanche matin.

Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Les autorités ont dû fermer certaines routes, le temps de ramasser les débris. Mais fort heureusement, on ne rapporte aucun blessé.

Heureusement, de ce côté-là, on s’en sort quand même bien, a soutenu le maire Jonathan Lapierre, estimant avoir évité le pire.

Ça a brassé, a toutefois admis le premier magistrat. C’était une très bonne tempête. Selon lui, la situation est exceptionnelle en raison des vents soutenus qui ont duré plusieurs heures.

Des chalets déplacés de leurs pilotis.

Des chalets ont été poussés par la force du vent aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Facebook/alfred.arseneau

Toutefois, selon l'élu, l'heure des décisions approche pour les Madelinots face aux phénomènes météorologiques qui ont des impacts importants sur les Îles.

Il y a un questionnement à venir —et à court terme— avec la population des Îles. Il faudra faire des choix stratégiques en regard des changements climatiques et de l’érosion des berges. On ne peut pas toujours lutter contre les événements météorologiques tels qu’on vient de le connaître, a affirmé le maire.

Selon lui, il faudra intervenir à des endroits stratégiques qui représentent les meilleures chances de protection. Mais il admet que les Madelinots devront probablement adopter une position de recul ou de retrait dans certains secteurs.

Ampleur des dégâts

Les dégâts constatés jusqu’à maintenant prennent la forme de toitures de maisons arrachées et d’arbres déracinés, selon le maire. Il y a beaucoup de dégâts à l’intérieur des ports de pêche, des marinas, où des bateaux se sont vraisemblablement frappés les uns contre les autres en raison des vagues et du vent.

À plusieurs endroits, des portions de falaises ont été arrachées par les eaux, a raconté M. Lapierre, qui ajoute que certaines infrastructures récréotouristiques ont complètement disparu. Plusieurs chalets ont d'ailleurs été lourdement endommagés par les vents et les vagues dans le secteur de la Martinique, au sud-ouest de Cap-aux-Meules.

Une résidence endommagée en bordure de la mer.

Une résidence a été endommagée par le passage de Dorian aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Jonathan Lapierre a indiqué que le secteur de la Grave, du côté de Havre-Aubert, a été en bonne partie inondé dès samedi. Les installations du quai de la marina ont été endommagées. Même chose pour le secteur de Cap-aux-Meules.

Selon M. Lapierre, les systèmes de communication ont cela dit tenu le coup. Il n’y a aucun rapport d’incident avec les câbles optiques ni avec le système de télécommunications dans l’archipel, a-t-il dit.

Encore une fois, l'érosion menace l'intégrité du territoire

Par ailleurs, la Municipalité demande à Québec une aide rapide pour indemniser les sinistrés et sécuriser les endroits encore une fois menacés par l'érosion.

La piste cyclable rongée par la tempête Dorian.

La Municipalité des Îles-de-la-Madeleine a avisé les citoyens qu'elle a déclenché son plan des mesures d’urgence, dimanche matin.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Cette autre tempête vient encore une fois amplifier l'érosion des côtes de l'archipel, ce qui continue de menacer des infrastructures et plusieurs bâtiments en plein cœur de Cap-aux-Meules.

Nous faisons face à un archipel fortement érodé, qui s'est érodé en l'espace de 24, 36 heures à vitesse grand V, de là l'importance d'obtenir un décret ministériel.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

Serge Bourgeois, directeur de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme aux Îles-de-la-Madeleine, soutient que, contrairement aux autres tempêtes, Dorian a soufflé des vents dans toutes les directions, ce qui a aggravé les dommages.

Il remarque qu'encore plusieurs dizaines de mètres de dunes sont disparus. Une partie de la falaise de Cap-aux-Meules s'est affaissée.

Moi, ce qui m'inquiète le plus au niveau du littoral, c'est qu’une tempête de cette envergure-là au début septembre, c'est très très rare, dit-il. Le milieu naturel, quand on lui donne une chance, il peut dans plusieurs cas se refaire. Ça vient se reconstituer dans les périodes les plus tranquilles. Mais là, avec la tempête de novembre passé, les tempêtes ont été tellement importantes que plusieurs secteurs n’ont pas eu le temps de se refaire une santé, si on peut dire.

Le secteur de la Pointe-aux-Loups serait particulièrement vulnérable, selon M. Bourgeois.

Le toit de l'ancien aréna a perdu une partie de ses bardeaux.

La toiture de l'ancien aréna de Cap-aux-Meules a été endommagée.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Mesures d'urgence

Le maire estime toutefois que la Municipalité était bien préparée face à l'arrivée de Dorian. Le mode prévention qui a été adopté par les instances municipales depuis 48 heures était la bonne voie à suivre, selon lui. Vaut mieux prévenir que guérir, a-t-il dit, mentionnant qu'il ne voulait pas banaliser la situation.

Avoir été proactif dès le tout début, dès les premières prévisions, nous a grandement aidés.

Jonathan Lapierre, maire de la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine

La Municipalité des Îles-de-la-Madeleine a avisé les citoyens qu'elle a déclenché son plan de mesures d’urgence, dimanche matin.

Les autorités ont demandé aux résidents d'éviter de circuler sur les routes et de rester chez eux, puisque le réseau routier n’est pas praticable à certains endroits en raison, notamment, de débris. Plusieurs tronçons de la route 199 sont d'ailleurs fermés.

Des débris sur un terrain.

Les forts vents ont causé des dommages aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

La Municipalité des Îles continue de suivre l’évolution des conditions de tempête. Tous les services municipaux sont mobilisés et répondent aux urgences, indique la Municipalité sur Facebook.

Avec les informations de Bruno Lelièvre et de Martin Toulgoat

Côte-Nord

Incidents et catastrophes naturelles