•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dorian souffle sur la Basse-Côte-Nord et Terre-Neuve

Un arbre de tombé dans la rue.

La tempête a déjà fait des dégâts à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo :  CBC / Lindsay Bird

Radio-Canada

La tempête post-tropicale Dorian souffle maintenant sur la côte ouest de Terre-Neuve et en Basse-Côte-Nord, au Québec, tandis que les provinces maritimes prennent encore la mesure des dégâts provoqués par les forts vents et la pluie.

L’ouragan Dorian a causé d'importants dommages après avoir touché terre samedi soir en Nouvelle-Écosse. Rétrogradé depuis en tempête post-tropicale, il a ensuite malmené l'Île-du-Prince-Édouard puis les Îles-de-la-Madeleine.

Il souffle présentement sur la côte ouest de Terre-Neuve et la Basse-Côte-Nord, avec des vents soutenus de 90 km/h, avec des rafales pouvant aller jusqu'à 110 km/h.

Dans sa mise à jour de 18 h 30, le Centre canadien de prévision des ouragans précisait que le système envahissait le détroit de Belle Isle, et qu'il se trouvait précisément à 108 kilomètres au nord de Daniel's Harbour.

La tempête se déplace vers le nord-est à une vitesse d'environ 43 km/h, s'éloignant lentement des terres pour éventuellement gagner la mer du Labrador.

La tempête risque de se faire sentir pendant encore plusieurs heures à Terre-Neuve, selon les prévisionnistes.

Étant donné l'ampleur du système, les régions au nord-est de Terre-Neuve-et-Labrador pourraient encore avoir des vents associés avec Dorian lundi matin.

Bob Robichaud, météorologue, Centre canadien de prévision des ouragans

Selon M. Robichaud, la province de Terre-Neuve-et-Labrador devait connaître ainsi des vents puissants et de fortes pluies, mais pas de la même intensité qu'en Nouvelle-Écosse.

Dorian avait alors balayé la péninsule néo-écossaise et le sud du Nouveau-Brunswick avec des vents soutenus de près de 150 km/h par endroits, notamment à proximité d'Halifax.

Les conditions météorologiques se sont améliorées énormément dans les dernières heures dans les provinces maritimes. Par contre, on voit encore des vents qui soufflent à 80 et 90 kilomètres/heure, plutôt concentrés sur l'est de la Nouvelle-Écosse et l'île du Cap-Breton, a exposé M. Robichaud.

Un arbre déraciné est tombé à travers une rue, arrachant des fils électriques.

L'ouragan Dorian a mis a mal le réseau électrique à Halifax après avoir touché terre samedi.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Dégâts et pannes

Depuis, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard commencent à prendre la mesure des dommages, après que près d'un demi-million de résidences et de commerces eurent été privés d'électricité.

Le nombre de clients touchés par ces pannes majeures avait considérablement diminué à travers les Maritimes dimanche après-midi, mais la chef de la direction de Nova Scotia Power, Karen Hutt, a tenu à souligner l'ampleur de la tâche qui attend ses équipes sur le terrain.

Ce n'est pas une question d'heures, mais bien de jours, a-t-elle déclaré en conférence de presse.

Nova Scotia Power rapporte qu'environ 80 % de ses clients ont été plongés dans le noir samedi, un record. En début de soirée dimanche, plus de 250 000 résidences et commerces étaient toujours sans électricité, en Nouvelle-Écosse.

Dorian, qui a touché terre samedi soir à Halifax, en Nouvelle-Écosse, a déraciné des arbres et même fait tomber une grue au centre-ville de la capitale. Il a provoqué de fortes pluies et de puissantes rafales – certaines atteignant 150 km/h – dans la province.

Grue jaune effondrée sur un immeuble en construction.

Une grue s'est effondrée sur un édifice en construction de la rue South Park, samedi après-midi à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Dans le port d’Halifax, les vagues ont déferlé et endommagé certaines sections de la promenade du front de mer. Trois refuges avaient été ouverts pour accueillir des sinistrés. Ils ont hébergé environ 150 résidents, selon la Croix-Rouge canadienne.

Aux Îles-de-la-Madeleine, le maire Jonathan Lapierre a indiqué que certains secteurs ont été inondés et des équipements endommagés. Des sections de routes ont été abîmées par les vagues et la pluie. En revanche, les systèmes de communication tiennent le coup. D'ailleurs, la municipalité des Îles-de-la-Madeleine a déclenché dimanche matin le plan des mesures d'urgence.

Une partie de la piste cyclable détruite avec une clôture affaissée.

La piste cyclable à Cap-aux-Meules a été rongée par la tempête aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

À un certain moment dimanche matin, quelque 7000 foyers étaient privés de courant, soit pratiquement la totalité des abonnés d'Hydro-Québec de l'archipel. Les pannes touchaient encore quelque 2700 clients à 19 h, heure locale.

À l'Île-du-Prince-Édouard, le pont de la Confédération a été fermé pendant plusieurs heures par mesure de sécurité. Il a été rouvert dimanche matin, mais seulement pour les voitures. Les camions, autobus, véhicules récréatifs ou motos devront attendre que les vents se calment. Les vols ont aussi été annulés.

700 militaires en renfort

À la demande du gouvernement provincial, Ottawa a annoncé que des membres des Forces armées canadiennes prêteront main-forte en Nouvelle-Écosse. Un peu plus de 300 d'entre eux sont arrivés dans la province dimanche soir.

Au total, ils pourraient être plus de 700 à être mobilisés dans les prochains jours. Des camions blindés se trouvent aussi sur place pour aider les militaires dans leurs tâches.

En entrevue à Radio-Canada, l'adjudant Frédéric Couturier a expliqué que les militaires étaient en train de se préparer à intervenir sur le terrain, selon les besoins de la province. « Présentement, on parle surtout de dégager les routes pour les rendre accessibles à la population », a-t-il précisé.

Avec les informations de La Presse canadienne

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement