•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dorian : les résidents des Maritimes prennent la mesure des dégâts

Dans les trois provinces maritimes, un demi-million de foyers étaient privés de courant samedi soir.

Des débris laissés par l'ouragan Dorian au lendemain de son passage, le 8 septembre 2019 à Halifax en Nouvelle-Écosse.

Photo : Reuters / John Morris

Radio-Canada

Les citoyens des Maritimes, dont des centaines de milliers sont sans électricité, se sont réveillés dimanche et ont constaté l’ampleur des dégâts. L’ouragan Dorian, rétrogradé en puissante tempête post-tropicale juste avant de toucher terre dans la région d’Halifax, a causé d’importants dommages dans la journée de samedi et la nuit dernière.

Les intempéries ont plongé de nombreuses régions dans le noir. Dans les trois provinces maritimes, un demi-million de foyers étaient privés de courant samedi soir.

Les écoles fermées en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard lundi

Toutes les écoles publiques de la Nouvelle-Écosse, incluant les établissements francophones du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP), seront fermées lundi en Nouvelle-Écosse.

Le CSAP indiquera dans la journée de lundi si les classes pourront reprendre le lendemain.

En conférence de presse en fin d'après-midi, le premier ministre néo-écossais Stephen McNeil a dit que de garder les enfants à la maison lundi était une question de sécurité, et que l'objectif était de nettoyer les débris et de rétablir l'électricité.

À l'Île-du-Prince-Édouard, toutes les écoles publiques de langue française et anglaise seront fermées lundi.

Au Nouveau-Brunswick, le District scolaire francophone Sud indiquait que le courant avait été rétabli dans presque toutes ses écoles, dimanche, mais on invitait quand même les parents d'élèves à consulter le tableau des fermetures sur son site Internet lundi avant d'envoyer son enfant en classe.

Le transport en commun, interrompu depuis samedi midi, reprend par ailleurs tôt lundi matin à Halifax.

Un tableau qui explique que la Nouvelle-Écosse a reçu jusqu'à 138 mm de pluie par endroits en plus d'avoir été balayée par des vents de 145 km/h.

Les rafales de vents ont atteint 145 km/h à Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Troy Poirier

Les pires pannes de l'histoire de la Nouvelle-Écosse

Dimanche après-midi, les rebranchements commençaient lentement en Nouvelle-Écosse. Il y avait plus de 400 000 foyers privés de courant à la levée du jour. À 22 h, le nombre de foyers touchés s'élevait à 225 000. La société d'énergie Nova Scotia Power, qui dit compter environ 500 000 clients, affirme qu'il s'agit de la pire panne de l'histoire de la province.

Au Nouveau-Brunswick, 20 000 clients d'Énergie NB n'avaient pas de courant vers 22 h, quatre fois moins qu'au plus fort des pannes. À l'Île-du-Prince-Édouard, environ 50 000 clients de Maritime Electric ont été privés d'électricité samedi soir et dimanche, ce qui représente 80 % de tous les Prince-Édouardiens. En fin de soirée dimanche, le rebranchement avait été effectué dans la moitié de ces foyers.

Dimanche, ce sont quelque 1 000 employés, dont 600 techniciens, qui se sont attaqués à la tâche monumentale de rebrancher tous les Néo-Écossais. Des monteurs de ligne du Maine ont été appelés en renfort.

NS Power a précisé que les efforts de rebranchement s'étaleront sur plusieurs jours. L'accent sera d'abord mis sur les régions les plus populeuses. Une bonne nouvelle malgré l'ampleur des pannes : les grandes lignes de transmission ont tenu le coup, a fait savoir l'entreprise.

Un monteur de ligne dans une nacelle s'apprête à réparer une ligne électrique.

Un monteur de lignes effectue un rebranchement dans un quartier d'Halifax.

Photo : Radio-Canada / Alain Arseneau

Au Nouveau-Brunswick, 69 équipes seront sur le terrain dimanche, indique un porte-parole d'Énergie NB, Marc Belliveau. Il n'est pas en mesure de prédire à quel moment le courant sera rétabli pour tous, mais indique que le travail ne sera pas terminé dimanche.

En Nouvelle-Écosse, des vents soufflant parfois jusqu'à 150 km/h, accompagnés de pluie souvent forte, ont déraciné des arbres, cassé des branches et abîmé des toitures et des véhicules. 

Des arbres tombés sur des maisons à Halifax.

La tâche d'enlever les nombreux arbres et débris qui sont tombés, à Halifax, sera monumentale.

Photo : Radio-Canada / Alain Arseneau

Au centre-ville d’Halifax, une grue s’est effondrée sur le toit d’un immeuble en construction. La police d'Halifax avait prévenu l'exploitant de sécuriser cette pièce d'équipement, a-t-on appris lors d'une conférence de presse de l'Organisation des mesures d'urgence, dimanche matin.

Le ministère du Travail enquête pour savoir pourquoi cet avis n'a pas été suivi. Personne n'a été blessé lors de l'incident.

Une grue tombée sur un immeuble d'Halifax.

En début de journée dimanche, à Halifax, l'ampleur des dégâts causés par Dorian apparaissait au grand jour.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

De lourds dégâts

Dans le port d’Halifax, les vagues ont déferlé et endommagé certaines sections de la promenade du front de mer. Des images et des vidéos partagées sur les médias sociaux dans l’après-midi montraient l’eau atteignant les restaurants situés près de l’eau.

Des vagues montent sur un quai.

Les eaux étaient très agitées sur le front de mer d'Halifax à l'approche de l'ouragan Dorian.

Photo : Radio-Canada / Alain Arseneau

Trois refuges avaient été ouverts pour accueillir des sinistrés dans la région d'Halifax. Ils ont hébergé environ 150 résidents, selon Sarah Palisio, porte-parole de la Croix-Rouge canadienne. Il s'agit de gens touchés par des évacuations volontaires, ou des résidents touchés par des dommages à leurs habitations ou par des inondations. Leurs besoins seront évalués en cours de journée dimanche pour déterminer combien de temps les refuges demeureront ouverts.

Au Nouveau-Brunswick, les précipitations ont été abondantes. À la marina de Shediac, plusieurs bateaux ont été poussés les uns sur les autres par la force des vents et des marées. Le quai de Pointe-du-Chêne, à proximité, a subi de lourds dommages.

Des voiliers éparpillés dans une marina au Nouveau-Brunswick. Image prise des airs.

Des voiliers projetés dans tous les sens au Shediac Bay Yacht Club, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Gilles Maillet

À Saint-Jean, on rapportait des inondations par endroits samedi.

Quantité de pluie tombée samedi :

  • Moncton : 121 mm;
  • Miramichi : 101 mm;
  • Saint-Jean, N.-B. : 83 mm;
  • Summerside : 89 mm;
  • Halifax : 73 mm.

La tempête n'a pas épargné la Péninsule acadienne. Des inondations ont été signalées à Pointe Canot, sur l'île de Lamèque, notamment.

L’armée en renfort

Environ 700 militaires du Canada Atlantique se préparent à être déployés dès dimanche matin en Nouvelle-Écosse, a indiqué le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, par communiqué samedi soir.

Trois cents de ces militaires seront sur le terrain dimanche après-midi, ont précisé les responsables des mesures d'urgence; 400 autres s'ajouteront au besoin.

La tempête post-tropicale a atteint l'ouest de Terre-Neuve, où ses effets se sont sentir dimanche. Des alertes d'ouragan sont en vigueur dans une grande partie de l'ouest et du sud-ouest de l'île de Terre-Neuve, ainsi que sur la côte sud du Labrador.

Des rafales de vent de 150 km/h pourraient toucher des secteurs côtiers dans les environs de Channel-Port aux Basques, entre autres, dimanche après-midi.

Nouvelle-Écosse

Incidents et catastrophes naturelles