•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dorian sème le chaos en Atlantique où des milliers de foyers sont sans électricité

Il s'agit de la plus importante tempête à s'abattre sur la Nouvelle-Écosse depuis l'ouragan Juan en 2003.

Un arbre tombé sur la caisse d'une camionnette.

À Halifax, de nombreux arbres ont été déracinés, causant d'importants dégâts.

Photo : Gracieuseté Stephen Brown

Radio-Canada

Rétrogradée en puissante tempête post-tropicale avant de toucher terre, Dorian a plongé des centaines de milliers de foyers dans les Maritimes dans le noir.

Près de 400 000 foyers n'avaient pas d’électricité à 6 h dimanche en Nouvelle-Écosse, la province la plus durement touchée, alors que plus de 53 000 Néo-Brunswickois étaient sans courant. À l'Île-du-Prince-Édouard, il y avait toujours 47 000 clients de Maritime Electric sans courant à minuit.

Un édifice surélevé de terre qui laisse voir ses entrailles.

Le bâtiment de Wedgeport Boats en Nouvelle-Écosse a été soulevé par les vents de Dorian samedi.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté

Même si Dorian a été rétrogadée en tempête post-tropicale, elle produit encore des vents violents et des fortes pluies. Des avertissements d'ouragan demeurent en vigueur pour le Cap-Breton et l'ouest de Terre-Neuve. Des vents de force ouragan peuvent encore souffler sur la plupart des secteurs du golfe du Saint-Laurent et sur les zones côtières. Les vagues pourraient atteindre 7 mètres dans le golfe dimanche matin et de 6 à 10 mètres au sud de la Nouvelle-Écosse.

Pour les résidents des trois provinces maritimes, le déclassement de dernière minute de Dorian n’a guère fait de différence. Les vents maximum ne sont pas exactement aussi forts, mais ils couvrent certainement une plus grande superficie, prévenait en soirée le météorologue Bob Robichaud, du Centre canadien de prévision des ouragans, lors d’un point de presse des services d’urgence.

Un aperçu des débris dans un quartier d'Halifax :

Des vents excédant la force ouragan suivent la tempête Dorian, qui est beaucoup, beaucoup plus grande que Juan en 2003, disait M. Robichaud.

Dorian est en effet la plus importante tempête à frapper la Nouvelle-Écosse depuis l’ouragan Juan, qui était de catégorie 2 lorsqu'il avait touché terre dans la région d'Halifax le 29 septembre 2003, et avait fait six morts dans la province.

Des rafales de plus de 140 km/h

À Halifax samedi, les vents ont atteint 141 km/h en après-midi. Une grue s'est effondrée au centre-ville, s'abattant sur un édifice vacant, encore en construction.

On a enregistré vers 23 h des vents de 155 km/h à Grand Étang, au Cap-Breton. Et les vents ont soufflé à près de 100 km/h sur certaines régions du Nouveau-Brunswick.

Grue jaune tombée sur le toit d'un immeuble en construction.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une grue s'est effondrée sur un édifice en construction de la rue South Park, samedi après-midi à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Craig Paisley

Dorian est accompagnée de fortes précipitations. À 21 h, samedi, 131 mm de pluie étaient tombés à Baccaro Point, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, et 70 mm avaient été enregistrés à l'aéroport international Stanfield d'Halifax. À Moncton, il est tombé, samedi, plus de 120 mm de pluie.

Un demi-million de foyers sans électricité dans les Maritimes

À 6 h, dimanche, près de 400 000 clients de Nova Scotia Power n’avaient pas d’électricité. C’est environ 80 % des clients du distributeur d’électricité de la Nouvelle-Écosse qui sont touchés.

Nova Scotia Power avait indiqué qu’elle ne pourrait déployer d’équipes si les vents s’élevaient à 90 km/h ou plus. La compagnie a pu compter sur un répit, vers 21 h à Yarmouth, où l’intensité des vents avait diminué, permettant à ses équipes d'inspecter les lignes endommagées et d'essayer de réalimenter l’Hôpital régional de Yarmouth.

Ce sont quelque 1 000 employés, dont 600 techniciens, qui sont prêts à s’attaquer à la lourde tâche dimanche qui attend ses équipes, indiquait samedi soir Nova Scotia Power.

Des fils électriques tombés dans la rue.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dommages en début d'après-midi, le 7 septembre à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Au Nouveau-Brunswick, 53 400 foyers étaient privés de courant vers 6 h, dimanche. Au plus fort des intempéries, on en comptait 78 000. La majorité des pannes sont concentrées dans la région de Moncton et le sud-est de la province. Selon Énergie Saint-Jean, il y avait de plus 3 000 clients sans électricité durant la soirée de samedi. 

À l’Île-du-Prince-Édouard, une porte-parole de Maritime Electric, Kim Griffin, a annoncé peu avant minuit que des pannes touchaient environ 47 000 clients et que ses équipes seraient sur le terrain durant la nuit si cela était sécuritaire.

Un arbre tombé sur la route. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un arbre qui s'est affaissé sur la route à Wegedport en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté

En Nouvelle-Écosse, on encourageait les évacuations volontaires dans les communautés côtières. La Croix-Rouge a ouvert trois refuges dans la région d’Halifax aux endroits suivants :

  • Centre communautaire de Dartmouth Est (50, chemin Caledonia, Dartmouth);
  • Centre des Jeux du Canada (26, promenade Thomas Raddall, Halifax);
  • Centre St. Margaret (12, boulevard Westwood, Tantallon).

Dans la région de Digby, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, deux refuges ont été ouverts, à Freeport et à Smith's Cove.

Le numéro à composer pour communiquer avec la Croix-Rouge dans la région est le 902 423-3680. Des centres peuvent recevoir les gens qui ont des animaux domestiques avec eux.

À l’Île-du-Prince-Édouard, le Centre Jack Blanchard (7, rue Pond, Charlottetown) est ouvert en tant que refuge.

Un arbre déraciné en face d'une maison à Halifax.

Après avoir été classé comme ouragan de catégorie 2 en début d'après-midi, Dorian a été rétrogradé en tempête post-tropicale en fin d'après-midi.

Photo : Reuters / John Morris

En point de presse samedi, vers 20 h, l'Organisation des mesures d’urgence en Nouvelle-Écosse a exhorté les résidents des communautés côtières à retourner chez eux et y rester à l’abri. Ils ont fait valoir que les curieux rencontrés dans la journée près de l’océan gênaient leur travail et avertit des dangers d’ondes de tempête, ainsi que de chutes de branches, d’arbres et de fils électriques. 

Un groupe d'hommes, plusieurs sans leur chemise, se tiennent près de l'eau dans le port d'Halifax alors que l'ouragan Dorian s'approche.

Des téméraires ont défié les forts vents à Dartmouth, dans le port d'Halifax, samedi après-midi.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Au large des côtes de la Nouvelle-Écosse, des rafales atteignant 150 km/h ont été enregistrées par des instruments de mesure. Les vagues atteignaient plus de 20 mètres, selon Environnement Canada.

Deux bateaux amarrés se font chahuter dans le port d'Halifax.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En début d'après-midi, samedi, l'ouragan Dorian se faisait déjà sentir à Halifax.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Des rafales atteignant 140 km/h ont été observées à l'embouchure du port d'Halifax, poussées par les vents qui précédaient ce qui était alors un ouragan de catégorie 2.

Dans le port, les vagues ont déferlé et endommagé certaines sections de la promenade du front de mer.

Des vagues montent sur un quaiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les eaux étaient agitées sur le front de mer d'Halifax samedi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Alain Arseneau

À l'aéroport de Yarmouth, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, on enregistrait des rafales de 130 km/h en fin d'après-midi.

Deux hommes vêtus de sacs poubelle marchent contre le vent et la pluie.

De rares intrépides bravaient les intempéries en milieu d'après-midi à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Wolf

Au Nouveau-Brunswick, les précipitations ont été abondantes. À la marina de Shediac, plusieurs bateaux ont été poussés les uns sur les autres par la force des vents et des marées. À Saint-Jean, on rapportait samedi des inondations par endroits.

L'armée déployée dimanche en Nouvelle-Écosse

Environ 700 militaires du Canada Atlantique se préparent à être déployés dès dimanche matin en Nouvelle-Écosse, a indiqué le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, par communiqué samedi soir.

Un garde-fou poussé sur la route par les vagues.

Des dégâts causés par des vagues à Cow Bay, en Nouvelle-Écosse, le 7 septembre 2019.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Dans l’après-midi, M. Goodale avait annoncé que le gouvernement fédéral déploierait sans hésitation l’armée, à la demande du gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

Le gouvernement fédéral fournira les services nécessaires pour remettre de l'aide et pour aider avec les évacuations, si nécessaire. Les citoyens peuvent être assurés que nous faisons tout ce que nous pouvons pour appuyer les efforts d'intervention dans tout le Canada atlantique, déclarait le ministre.

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement