•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Défi Boréales en couleurs double son nombre de participants cette année

Une femme sort d'une mousse en courant

Des dizaines de personnes ont pris part au Défi Boréales qui a eu lieu à Ville-Marie.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Le 3e Défi Boréales a permis d'amasser plus de 30 000 $ pour le Regroupement d'entraide sociale du Témiscamingue.

Dans le cadre de l'événement, les Fermes Boréales du Témiscamingue ont organisé des courses de 1 à 5 km parsemées de jets de couleurs à Ville-Marie.

Malgré le froid et la pluie, les participants étaient deux fois plus nombreux que l'an passé.

Au total, 38 enfants étaient inscrits à la course de 1 km et 78 personnes ont pris part au 5 km.

Des participants à une course en couleur.

Petits et grands ont pris part aux courses en couleur du Défi Boréales.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Avec l'organisation de cet événement, les Fermes Boréales souhaitent remplir leur mission d'être présentes dans le milieu.

J'ai cherché un événement qui allait être rassembleur, mais surtout familial. Quelque chose [auquel] tout le monde pouvait participer. La météo n'est pas en notre faveur, mais normalement le défi en couleurs, c'est coloré et ça invite tous les gens, explique la directrice des ressources humaines pour les Fermes Boréales, Marie-Claude Cloutier.

Des porcelets ont aussi participé à l'événement avec une course à obstacles qui a attiré bien des curieux.

L'achat qui redonne

Tous les profits sont remis au Regroupement d'entraide sociale du Témiscamingue.

Olymel promeut l'achat qui redonne et c'est les moissons qui doivent en bénéficier. Le seul organisme qui représente les moissons pour nous, c'est le regroupement d'entraide avec les banques alimentaires, ajoute Marie-Claude Cloutier.

Le Regroupement d'entraide sociale offre le dépannage alimentaire à des dizaines de familles par semaine. L'annonce du montant amassé est bien accueillie.

Assurer les comptoirs de la banque alimentaire, assurer la logistique de tout ça... C'est une grosse affaire, on dessert tout le Témiscamingue. Ça donne vraiment un bon coup de main. Disons que nous sommes un peu moins inquiets, se réjouit la représentante du collectif, Geneviève Boucher.

Abitibi–Témiscamingue

Engagement communautaire