•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dorian : un demi-million de clients sans électricité dans les Maritimes

Des vents de 155 km/h ont précédé l'arrivée de la tempête, qui a touché terre près d'Halifax.

Des fils électriques tombés dans la rue.

Dommages en début d'après-midi du 7 septembre à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada

Les forts vents qui ont précédé la tempête post-tropicale Dorian, qui était un ouragan de catégorie 2 tout juste avant de toucher terre à Sambro Creek, dans la grande région d'Halifax, à 19 h 15, ont provoqué de très nombreuses pannes d'électricité dans les Maritimes.

Vers 23 h (HAA) samedi, plus de 380 000 clients en Nouvelle-Écosse et plus de 57 000 au Nouveau-Brunswick étaient paralysés par les pannes. Vers 22 h, plus de 51 000 foyers à l'Île-du-Prince-Édouard n'avaient plus de courant.

C'est plus de 75 % de la Nouvelle-Écosse qui est privée d'électricité.

La société Nova Scotia Power, en Nouvelle-Écosse, précise que ses équipes ne travaillent pas dans des vents qui dépassent 90 km/h pour des raisons de sécurité. Elle rappelle aux gens de ne pas s'approcher des fils électriques renversés et de communiquer avec elle pour lui signaler les pannes au 1-877-428-6004.

Vers 21 h, Nova Scotia Power annonçait que les vents avaient diminué d'intensité à Yarmouth, permettant à ses équipes d'aller inspecter les lignes endommagées. Ils essaieront de réalimenter en priorité l'Hôpital régional de Yarmouth.

Le centre de l'ouragan se trouvait à environ 80 kilomètres au sud-ouest d'Halifax à 17 h 47 (HAA) et ses vents atteignaient 155 km/h, indiquait Environnement Canada.

Le travailleur coupe les branches avec une petite tronçonneuse.

Un travailleur retire un arbre renversé qui bloque une rue à Dartmouth tandis que l'ouragan Dorian s'approche des Maritimes.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Des rafales jusqu'à 120 km/h sont signalées sur certaines parties du littoral de la Nouvelle-Écosse cet après-midi, précise Environnement Canada. Des vents de 90 à 110 km/h ou plus continueront de balayer la Nouvelle-Écosse cet après-midi et l'Île-du-Prince-Édouard, les îles de la Madeleine et le sud-ouest de Terre-Neuve vers la soirée. À l'arrière de la tempête, les rafales pourront atteindre 150 km/h par endroits.

Une voiture avance lentement sous une pluie battante.

Il pleuvait fort à Halifax, vers 13 h, avant l'arrivée de l'ouragan en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Alain Arseneau

Le vent endommage notamment des arbres dans la région d'Halifax Des branches tombent dans les rues. Le vent emporte aussi des débris et des objets des habitations. Les autorités recommandent la prudence aux résidents.

Les Forces armées canadiennes aideront la Nouvelle-Écosse à se remettre des dégâts causés par l'ouragan, a fait savoir le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

La Nouvelle-Écosse a demandé de l’aide pour faire face à l’ouragan Dorian — la réponse du Gouvernement du Canada est bien sûr : ''Oui!'' Les Forces armées canadiennes se mobilisent pour se déployer afin de contribuer au redressement, a indiqué plus tôt M. Goodale sur Twitter.

Fortes précipitations prévues

Environnement Canada prévoit en général de 50 à 100 mm de pluie sur la Nouvelle-Écosse, l'Île-du-Prince-Édouard et les îles de la Madeleine. Des quantités encore plus importantes sont probables sur l'ouest de la Nouvelle-Écosse, soit de 100 à 200 mm de pluie. 

L'Organisation des mesures d'urgence de la Nouvelle-Écosse recommande aux gens de ne pas s'approcher des cours d'eau, car leur niveau peut augmenter rapidement lors de pluies torrentielles.

Transports perturbés

La plupart des vols aux aéroports de Moncton, Fredericton, Saint-Jean (N.-B.), Halifax, Charlottetown et Saint-Jean (T.-N.) sont annulés samedi.

Le départ des traversiers de la société Marine Atlantique en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve sont annulés samedi.

Une affiche dans la vitrine d'un café indique qu'il ferme à 11 h.

Des commerces à Halifax et ailleurs préviennent leurs clients qu'ils ferment plus tôt que d'habitude car Dorian s'approche de la région.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

À Halifax, tous les transports en commun, y compris le traversier qui fait la liaison avec Dartmouth, cessent à midi. Les autorités municipales demandent aux commerçants de fermer boutique au plus tard à 17 h.

Les véhicules à profil élevé ne peuvent plus circuler sur la chaussée de Canso à partir de 14 h .

Les responsables du pont de la Confédération entre le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard préviennent les voyageurs que les automobiles avec remorque ou tout véhicule à profil élevé comme les camions, camions-remorque, les véhicules récréatifs et les autobus ne pourront pas circuler non plus.

Êtes-vous prêts?

L'Organisation des mesures d'urgence de la Nouvelle-Écosse a demandé aux résidents des collectivités côtières d'envisager d'évacuer volontairement leur propriété.

La Croix-Rouge a ouvert trois refuges dans la région d’Halifax aux endroits suivants :

  • Centre communautaire de Dartmouth Est (50, chemin Caledonia, Dartmouth);
  • Centre des Jeux du Canada (26, promenade Thomas Raddall, Halifax);
  • Centre St. Margaret (12, boulevard Westwood, Tantallon).

Le numéro à composer pour communiquer avec la Croix-Rouge dans la région est le 902 423-3680.

À l’Île-du-Prince-Édouard, le centre Jack Blanchard (7 Pond, Charlottetown) est ouvert en tant que refuge. La plupart des commerces ferment plus tôt que d’habitude. Les campings provinciaux et le parc national sont fermés.

Des vagues montent sur un quai.

Les eaux sont agitées à Halifax à l'approche de l'ouragan Dorian.

Photo : Radio-Canada / Alain Arseneau

Au Nouveau-Brunswick et à l'Île-du-Prince-Édouard, les autorités ont aussi demandé aux citoyens d'être prêts à s'occuper d'eux-mêmes et de leur famille de façon autonome pendant au moins 72 heures.

Le premier ministre Blaine Higgs a exhorté les citoyens vendredi à rester en sécurité, à se préparer à être autosuffisants pendant au moins 72 heures, et dit à la population de s’attendre à des dommages importants, potentiellement aussi graves que la tempête tropicale Arthur de 2014.

Avec des renseignements de Nicolas Steinbach, Wildinette Paul et Michèle Brideau

Nouvelle-Écosse

Incidents et catastrophes naturelles