•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Îles-de-la-Madeleine et la Côte-Nord se préparent à l'arrivée de Dorian

Un garde-fou poussé sur la route par les vagues.

Des dégâts causés par des vagues à Cow Bay, en Nouvelle-Écosse, le 7 septembre 2019.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

La Presse canadienne

Après avoir touché terre à proximité d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, peu après 19 h (heure avancée de l’est), samedi, Dorian, qui est maintenant une puissante tempête post-tropicale, devrait se déplacer dans le Golfe du Saint-Laurent après minuit.

Alors que la tempête a provoqué de puissantes rafales de 150 km/h en Nouvelle-Écosse, la vitesse des vents ne devrait pas dépasser 120 km/h dans le golfe du Saint-Laurent.

Vers 20 h samedi, Serge Desjardins, météorologue au Centre canadien de prévision des ouragans, prévoyait que Dorian pourrait déverser entre 50 et 70 mm de pluie dans la région de la Côte-Nord.

Ce qui est particulier avec ces tempêtes tropicales, c'est la vitesse avec laquelle l'eau peut s'accumuler. Ce sont des pluies torrentielles, tu peux te retrouver avec 20 à 50 mm à l'heure, c'est ce qui fait qu'il y a des inondations, a précisé le météorologue.

Selon les dernières prévisions d'Environnement Canada, l'ouragan Dorian survolera dès samedi soir le sud des Îles-de-la-Madeleine, et ce, jusqu'à dimanche matin. Ses vents devraient souffler en rafales de jusqu'à 120 km/h. Il pourrait déverser plus de 60 mm de pluie.

C'est une tempête assez importante, et elle devrait toucher terre aux Îles durant la nuit, a prévenu le météorologue de sensibilisation aux alertes Bob Robichaud lors de la séance d'information de fin d'après-midi du Centre canadien de prévision des ouragans.

Risques d'inondations

Les Îles peuvent s'attendre à une élévation des niveaux de la mer et à des vagues importantes qui vont se former dans le golfe en soirée. Un avertissement d'onde de tempête a d'ailleurs été publié, ce qui signifie de possibles inondations le long de la côte, a précisé M. Robichaud.

Le premier ministre François Legault a indiqué que le gouvernement surveille de près l'arrivée de la tempête. À tous les Madelinots : soyez prudents et ne prenez aucun risque inutile, a-t-il écrit sur Twitter.

En entrevue, le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, a demandé à la population de rester chez eux dans le calme comme à l'habitude lorsqu'il fait mauvais temps aux Îles.

La municipalité les prie de remiser les meubles et équipements extérieurs ainsi que tout débris, tout comme d'attacher solidement ou de remiser les poubelles et barbecues.

Pour leur part, les autorités sont mobilisées et prêtes à intervenir au besoin, a insisté le maire. La municipalité s'est d'ailleurs munie d'un téléphone satellite et d'un réseau interne qui permettrait d'utiliser les autres téléphones en cas de rupture des câbles sous-marins pour éviter le risque d'être coupés du monde comme ça avait été le cas en novembre 2018.

M. Lapierre dit particulièrement craindre les dommages que cette tempête va causer au littoral des Îles en ce qui a trait à l'érosion des berges.

Chaque tempête des dernières années a été dévastatrice parce que plusieurs mètres de territoire ont été perdus, grugés, rongés carrément.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

Hydro sur le terrain

Hydro-Québec affirme avoir dépêché des équipes aux Îles dès vendredi. Environ 25 travailleurs sont arrivés par avion. Des équipements, dont des camions nacelles, des camions de planteurs de poteau sont également arrivés par bateau.

Les équipes seront à l'oeuvre toute la journée de samedi afin de faire du travail en amont qui était prévu sur le moyen et le long terme, a indiqué Jonathan Côté, un porte-parole de la société d'État. Les travailleurs solidifieront par exemple des poteaux qui pourraient être plus faibles face au vent.

C'est certain qu'il n'y a pas de miracles à faire lorsqu'on est face à des vents très violents comme ce qui est annoncé. Il faut s'attendre à ce qu'il y ait des dommages.

Jonathan Côté, un porte-parole d'Hydro-Québec

Les vents peuvent faire des dommages considérables, par exemple des poteaux qui se brisent et qui font tomber une ligne au sol ainsi que des transformateurs, a-t-il illustré.

M. Côté a précisé que les équipes ne travailleront pas durant la nuit de sorte qu'elles puissent intervenir au besoin lorsque la tempête sera passée.

Air Canada a annulé un vol au départ de Montréal à destination des Îles qui était prévu samedi après-midi et un autre au départ de Québec prévu en soirée. Les vols de retour des deux avions ont été également annulés.

Le transporteur aérien PASCAN a pour sa part devancé des vols samedi et en a repoussé d'autres, prévus dimanche.

De son côté, Bell Canada affirme que ses employés et ceux de Télébec sont sur le qui-vive et demeurent en communication avec le maire. Notre réseau filaire aux Îles est complètement souterrain, donc ne devrait pas être sévèrement affecté par la tempête, a toutefois noté Caroline Audet, une porte-parole de l'entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement