•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé, francophonie et emplois au menu des promesses de campagne

Un collage des 4 chefs des principaux partis : Wab Kinew du Nouveau Parti démocratique, Brian Pallister du Parti progressiste-conservateur, le libéral Dougald Lamont et le chef du Parti vert, James Beddome.

Les chefs des 4 principales formations politiques. En haut, de gauche à droite : Wab Kinew, du Nouveau Parti démocratique, et Brian Pallister, du Parti progressiste-conservateur. En bas, de gauche à droite : le libéral Dougald Lamont et le chef du Parti vert, James Beddome.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les progressistes-conservateurs réitèrent leur promesse de créer un sommet de l’emploi s'ils sont réélus, et le Nouveau Parti démocratique promet de « réparer » le système de santé s'il est porté au pouvoir. Le Parti vert annonce quant à lui vouloir consacrer 10 % du budget de la santé pour les services en santé mentale et dépendances, et les libéraux proposent un plan pour la francophonie dans la province.

Dans un dernier effort pour convaincre les électeurs alors que les élections arrivent à grands pas, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a répété, vendredi, ses promesses en matière de santé, le fer de lance de sa campagne. 

Pour cela, le parti prévoit passer la fin de semaine à installer des pancartes des candidats du NPD portant l’inscription « réparer » le système de santé ».

Le chef du parti, Wab Kinew, a promis de recruter et de former davantage d’infirmières, d'ajouter des lits d’hôpital et de rouvrir deux salles d’urgence.

Il a par ailleurs vivement critiqué la réforme du système de santé entreprise par le gouvernement progressiste-conservateur de Brian Pallister, qui a déclaré que des réformes étaient nécessaires.

Selon Wab Kinew, le principal enjeu des élections est les soins de santé, et les néo-démocrates ont un plan pour y remédier.

Plan pour l’emploi

De son côté, le Parti progressiste-conservateur répète sa promesse de créer 40 000 nouveaux emplois si le parti est réélu. La formation de Brian Pallister annonce par ailleurs vouloir créer un sommet manitobain de l'emploi en cas de victoire et qui serait mis en place une semaine après que le nouveau gouvernement sera formé. 

Selon le parti, ce sommet devrait réunir des acteurs économiques, des investisseurs et des entrepreneurs de toute la province.

Toutefois, le Parti progressiste-conservateur ne donne pas plus de détails sur le contenu de ce sommet et ses participants.

Santé mentale et dépendances

Le Parti vert du Manitoba annonce vouloir quant à lui consacrer 10 % du budget de la santé pour les services en santé mentale et dépendances.

Selon son chef, James Beddome, le temps d'attente pour des services en santé mentale peut atteindre des mois et près de deux ans pour des services en conseils spécialisés.

Les verts souhaitent également un financement provincial assuré pour les services cliniques en psychologie.

Enfin, le parti promet de créer des systèmes technologiques de soins à distance pour les communautés rurales et du nord.

Plan pour la francophonie

De son côté, le Parti libéral du Manitoba a présenté son plan pour la francophonie dans la province.

« Le français au Manitoba n'est pas un luxe, c'est un droit », a affirmé le chef du parti, Dougald Lamont.

Parmi les mesures promises, les libéraux veulent créer des partenariats avec les organismes francophones, dont la division scolaire franco-manitobaine.

Ils promettent aussi un bureau des services francophones au sein du ministère des Affaires francophones, sans en préciser les objectifs.

Le Parti libéral assure aussi qu'il rétablira le poste de sous-ministre adjoint bilingue en éducation au Bureau de l'éducation française.

Manitoba

Politique provinciale