•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une désinformation coordonnée sur les médias sociaux pendant les élections albertaines

La façade de l'immeuble de l'Assemblée législative de l'Alberta, à Edmonton.

Des comptes robotisés ou anonymes ont répandu de la désinformation sur les réseaux sociaux pendant la campagne électorale albertaine, selon un nouveau rapport.

Photo : Reuters / Candace Elliott

Mirna Djukic

Affaires mondiales Canada a découvert un nombre important de comptes « non authentiques » créés pour répandre de la désinformation sur les réseaux sociaux pendant les dernières élections provinciales en Alberta. Elle ajoute que la même chose risque de se produire pendant les élections fédérales, en octobre.

L’Équipe de réponse rapide (ERR) d’Affaires mondiales Canada dit avoir repéré des comptes robotisés ou anonymes qui ont manipulé ou artificiellement amplifié de l’information en ligne lors de la campagne électorale provinciale. 

Plusieurs d’entre eux étaient liés à des groupes d’influence, à des groupes d’extrême droite et à des partisans du Parti conservateur uni (PCU), selon un rapport publié vendredi.

Certains comptes soutenaient également le Parti populaire du Canada, sur la scène fédérale.

Des représentants du gouvernement ont cependant dit à Radio-Canada que rien n’indiquait que les partis eux-mêmes étaient impliqués dans ces activités. Ils précisent également qu’il n’y a pas de raison de croire que ces comptes « non authentiques » ont pu changer le résultat de l’élection albertaine du mois d'avril.

Le rapport affirme que ces activités semblent le résultat d’un effort coordonné, mais que cela ne prouve pas qu’il y ait eu une « vaste campagne coordonnée visant à influencer les élections en Alberta ». Radio-Canada a sollicité des précisions de la part des auteurs, mais attendait une réponse au moment de la publication de l'article.

L’ERR souligne également que des groupes d’extrême droite connus des autorités ont été très actifs pendant la campagne.

Les auteurs du rapport n’ont pas noté de traces d’ingérence étrangère dans ces activités. Ils s’inquiètent cependant que des tactiques semblables soient utilisées lors des élections fédérales.

Dans un courriel à Radio-Canada, la porte-parole du chef du PCU a indiqué que le rapport était inquiétant, mais que les Albertains « se sont exprimés de façon claire et nette le jour de l'élection ».

« La croissance du nombre de trolls et de comptes non authentiques sur Internet est une tendance inquiétante, mais, comme le dit le rapport, rien ne suggère que ces comptes aient influencé le résultat de l’élection », écrit Christine Myatt.

Des zones d’ombre

L’ERR ignore combien d’Albertains ont ainsi été exposés à de l’information truquée ou mensongère.

Le rapport affirme que ces activités semblent le résultat d’un effort coordonné, mais que cela ne prouve pas qu’il y ait eu une « vaste campagne coordonnée visant à influencer les élections en Alberta ».

Par ailleurs, la version anglaise du rapport parle bien d’un problème de « désinformation », alors que la version française utilise l'expression « partage d’information ».

Radio-Canada a sollicité des clarifications de la part des auteurs, mais attendait une réponse au moment de la publication.

L’ERR est une équipe spéciale créée pour étudier les menaces d’ingérence étrangère dans les démocraties du G7.

Alberta

Politique provinciale