•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ultra-Trail Harricana de Charlevoix plus populaire que jamais

Des coureurs courent sur un pont, des montagnes devant eux.

Des coureurs en action lors de l'édition 2018 de l'Ultra-Trail Harricana

Photo : Karine Maltais / Ultra-Trail Harricana

Guillaume Piedboeuf

L'engouement pour l’Ultra-Trail Harricana ne faiblit pas. Plus de 2000 adeptes de course en sentier, un record, s’enfonceront dans les bois de Charlevoix, en fin de semaine, sur des distances allant de 10 à 125 kilomètres.

À 2h  du matin samedi, ils seront près de 300 athlètes amateurs à prendre le départ de l’épreuve reine du Harricana dans la noirceur de la ZEC des Martres.

Devant eux, un parcours de 125 kilomètres de forêts et de montagnes. D’une station de ravitaillement à l’autre, les plus rapides finiront pas passer la ligne d’arrivée au Mont Grand-Fonds au bout de plus de 13 heures de course. Les plus lents prendront autour de 24 heures, arrivant au milieu de la nuit suivante.

Il faut être fou, dites-vous? Si c’est le cas, la folie a la cote.

L’engouement pour la course en sentier continue d’augmenter. Les longues distances, surtout, gagnent en popularité de plus en plus. Cette année, j’ai eu l’impression qu’on devait refuser des gens chaque semaine, explique la directrice générale du Ultra-Trail Harricana, Marline Côté.

Des coureurs de partout dans le monde

L'organisation est passé de 1750 coureurs inscrits pour les différentes distances, l’an dernier, à 2200. Mais le chiffre aurait pu être encore plus haut.

Il a fallu gérer des listes d’attentes, cette année. On est dans la gestion de la croissance, explique la directrice générale, avouant qu’elle n’aurait jamais pu prédire que l’événement créé il y a huit ans allait atteindre de telles proportions aussi rapidement.

Plus importante compétition de course en sentier au Canada, la seule du circuit mondial d’Ultra-Trail, la réputation du Harricana dépasse maintenant les frontières du pays. Près de 130 athlètes internationaux provenant de 26 pays différents ont fait le voyage à Charlevoix, cette année.

Il y a une grande fébrilité dans l’air. On est à l’église de La Malbaie pour accueillir les coureurs et entend toutes sortes de langues, raconte Marline Côté.

Le défi des distances

Coureur et rédacteur en chef du magazine Distances +, en plus de donner un coup de main à l’organisation du Harricana, Vincent Champagne n’est pas surpris de voir le bassin de coureurs en sentier continuer de grossir.

Je ne pense pas que ce soit une mode. C’est plutôt un retour vers certaines valeurs que l’on retrouve dans la communauté de la course en sentier. On est moins dans la grosse compétition et plus dans le respect de son corps et son mental pour se rendre au bout d’une épreuve.

Comme les coureurs en sentier n’accordent généralement pas une grande importance au chrono, explique-t-il, c’est plutôt en augmentant les distances qu’ils mesurent leur progression.

Jean-François et Élie Cauchon à l'entraînement ensemble

Frère et soeur originaires de Québec, Élizabeth et Jean-François Cauchon sont parmi les meilleurs coureurs en sentier au pays.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Jean-François Cauchon cède son trône

Possiblement le meilleur coureur en sentier au Canada, Jean-François Cauchon, de Québec n’est pas de la course de 125 kilomètres, cette année. Champion en titre et détenteur du record de parcours, il se contentera du parcours de 65 kilomètres, en fin de semaine.

C’est que l’athlète qui a grandi à Cap-Rouge participe en octobre à la prestigieuse Diagonale des Fous, à l’île de la Réunion. Une course de 162 kilomètres et près de 10 000 mètres de dénivelé qui attire plusieurs des meilleurs coureurs en sentier de la planète.

Pour arriver au sommet de sa forme à la compétition, Cauchon ne pouvait se permettre un tracé de 125 kilomètres dans Charlevoix.

En son absence, le Français Aurélien Collet, Elliot Cardin, de Cowansville, et le favori local David Savard-Gagnon sont notamment à surveiller.

Chez les femmes, la Québécoise Anne Champagne est considérée favorite, mais une coureuse du Zimbabwe, Emily Hawgood, devrait lui donner du fil à retordre. Quant à Élizabeth Cauchon, sœur de Jean-François, elle effectue un retour à la course de 65 kilomètres et elle est une sérieuse aspirante au titre.

Québec

Course