•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles bagarres entre adolescents au parc Lepage à Rimouski

Deux policiers à pied, dans une allée du parc Lepage

Les policiers de la Sûreté du Québec ont renforcé leur surveillance au parc Lepage de Rimouski depuis quelques jours.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Radio-Canada

Radio-Canada a appris qu'au moins deux nouvelles bagarres ont eu lieu au parc Lepage de Rimouski. Les attroupements ont rassemblé entre une trentaine et une quarantaine de jeunes, venant surtout de l'école Saint-Jean.

Les rassemblements autour de ces bagarres, qui ont eu lieu la semaine dernière, seraient moins importants que ceux de bagarres qui ont eu lieu l'an dernier au parc Lepage, mais les policiers sont tout de même intervenus. Ils pourraient procéder prochainement à des arrestations.

Une porte-parole de la Sûreté du Québec, Marie-Pier Lorrain, a indiqué que la Sûreté du Québec patrouille quotidiennement dans les environs pour éviter la répétition de telles bagarres qui ont mené à cinq arrestations l'an dernier. Elle ajoute qu’il y a une présence policière accrue surtout pendant les heures de dîner, tant au parc Lepage que dans les abords de la cour de la polyvalente voisine du parc.

C'est vraiment "tolérance zéro" concernant ces comportements-là.

Porte-parole de la Sûreté du Québec, Marie-Pier Lorrain

Selon la Commission scolaire des Phares, ce sont des événements isolés et cette situation ne serait pas la même que l’an dernier. On ajoute que chaque incident fait l'objet d'une intervention.

Une voiture de police stationnée devant le parc Lepage à Rimouski.

Parc Lepage à Rimouski

Photo : Radio-Canada

Le comité mis sur pied l'an dernier, qui regroupe la Ville, la Commission scolaire des Phares et la Sûreté du Québec, doit se réunir la semaine prochaine pour voir si de nouvelles actions peuvent être posées pour contrer le phénomène.

En décembre 2018, les jeunes impliqués dans les bagarres venaient surtout de la polyvalente Paul-Hubert. On ignore toujours qui organise ces bagarres et si les réseaux sociaux sont utilisés pour les planifier, ce qui inquiétait le plus les intervenants sur le terrain en 2018.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Bas-Saint-Laurent

Justice et faits divers