•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vapotage altère les poumons, d’après une étude américaine

Gros plan sur le bas du visage d'un homme, de profil, fumant une cigarette électronique.

Une exposition régulière aux vapeurs des cigarettes électroniques perturbe la couche protectrice des poumons.

Photo : iStock

Radio-Canada

Une étude américaine réalisée sur des souris de laboratoire démontre qu’une exposition régulière aux vapeurs des cigarettes électroniques perturbe la couche protectrice des poumons. Cette enquête est publiée alors que les autorités sanitaires ont confirmé vendredi la mort de cinq utilisateurs de cigarettes électroniques aux États-Unis.

Des centaines de vapoteurs, notamment des consommateurs de recharges au cannabis vendues sur le marché noir, ont souffert partout aux États-Unis de maladies pulmonaires graves rendant la respiration très difficile, et allant jusqu'à des hospitalisations et des comas artificiels.

Un additif contenant de la vitamine E est soupçonné par l'État de New York d'être la cause des maladies, mais les autorités sanitaires fédérales n'ont pas confirmé qu'une seule substance était impliquée, dans l'attente de conclusions claires des analyses en laboratoire.

L’acétate de vitamine E se trouve dans les aliments, les suppléments et les crèmes pour la peau, mais nos poumons ne sont pas faits pour les assimiler.

David Hammond, professeur à l'école de santé publique de l'Université de Waterloo

Les autorités fédérales ont indiqué vendredi que 450 personnes souffrent de ces maladies pulmonaires liées au vapotage. Le précédent bilan, partagé la semaine dernière, faisait état de 215 malades.

Affaiblissement de certaines défenses pulmonaires

Cela fait plusieurs années que les chercheurs s’inquiètent des dommages potentiels aux poumons et au cœur ainsi que du risque de brûlures et de convulsions chez les personnes qui utilisent des cigarettes électroniques.

Dans ce contexte, la Dre Farrah Kheradmand, pneumologue et professeure de médecine au Baylor College of Medicine de Houston qui étudie les effets de la fumée de cigarette depuis des années, a lancé une étude afin de déterminer si les produits contenus dans ces produits de substitution provoquent l'emphysème chez les souris de laboratoire.

L’emphysème pulmonaire est une destruction de la paroi des alvéoles des poumons.

Les souris sont évidemment très différentes des humains, mais on suppose que ce qui se passe dans leurs cellules pulmonaires se produit aussi chez d'autres mammifères, dont les humains.

Ainsi, les chercheurs ont comparé les effets des vapeurs de cigarettes électroniques et de la fumée de tabac pendant quatre mois sur des souris. Cela correspond à une consommation régulière de l'adolescence jusqu'à l'âge de 49 ans environ. Un troisième groupe était exposé à l’air pur et un quatrième, à des solvants.

Ils ont découvert que l'inhalation de vapeurs affaiblissait certaines défenses pulmonaires.

Les souris qui ont inhalé des vapeurs provenant de cigarettes électroniques pendant quatre mois n'ont pas développé d'inflammation pulmonaire ou d'emphysème. Cependant, l'exposition à ces vapeurs, indépendamment de la nicotine, a modifié l'homéostasie lipidique pulmonaire dans des cellules composant les poumons, peut-on lire dans l’étude.

Dans de nombreux cas de maladies pulmonaires à l'étude, les centres pour le contrôle et la prévention des maladies américains ont indiqué que les symptômes respiratoires des patients s'aggravaient progressivement.

Certains d'entre eux ont également signalé des troubles gastro-intestinaux, des vomissements et des diarrhées ainsi que d'autres symptômes, comme de la fièvre ou de la fatigue.

Plan rapproché des mains d'une femme tenant des cigarettes et une vapoteuse.

Santé Canada estime que le vapotage reste moins nocif que la cigarette traditionnelle.

Photo : iStock

Accumulation de graisse dans les poumons

Au lieu de voir des signes d'inflammation et d'emphysème causés par des cigarettes électroniques sans nicotine, les chercheurs ont découvert une accumulation anormale de graisses qui endommage les poumons et altère leur capacité à combattre les infections, comme la grippe.

Les médecins ont déjà signalé des cas de lésions pulmonaires associées à l'inhalation de vapeurs de cigarettes électroniques, y compris la « pneumonie lipoïde », c'est-à-dire l'accumulation de graisse dans les poumons.

Santé Canada a émis sa propre mise en garde contre le vapotage.

Santé Canada veut aviser les Canadiens qui utilisent des produits de vapotage de surveiller leurs symptômes de maladie pulmonaire (toux, essoufflement, douleurs thoraciques) et de consulter rapidement un médecin s'ils ont des inquiétudes au sujet de leur santé, a déclaré Maryse Durette dans un courriel adressé à CBC jeudi.

Cela dit, le site de Santé Canada maintient que si vous êtes fumeur, le vapotage est une solution moins nocive que le tabagisme.

Par ailleurs, la Dre Kheradmand s'est dite surprise de constater que même sans nicotine, les vapeurs de cigarettes électroniques faites de propylène glycol et de solvants de glycérine végétale endommagent les poumons des souris.

Santé Canada juge « sans danger » le propylène glycol et la glycérine végétale en ce qui concerne leur utilisation dans de nombreux autres produits de consommation tels que les cosmétiques et les édulcorants. Cependant, la sûreté de l'inhalation à long terme des substances contenues dans les produits de vapotage est inconnue et est toujours en cours d'évaluation. Dans les cigarettes électroniques, ces deux solvants remplacent le tabac.

Vapotage et infection

Les chercheurs ont également découvert que l'inhalation chronique de vapeurs de cigarette électronique perturbait la capacité des cellules immunitaires des poumons, appelées macrophages, à combattre efficacement l'infection grippale.

Étant donné le grand nombre d'adolescents qui utilisent régulièrement des cigarettes électroniques, les auteurs de l'étude ont déclaré que leurs conclusions devraient alerter les responsables tant au niveau réglementaire qu'épidémiologique sur le risque potentiel que l'utilisation d'un système électronique de distribution de nicotine peut poser pour cette population vulnérable.

Pour le Dr Akshay Bagai, cardiologue à l'hôpital St. Michael's de Toronto, il reste à voir si les lésions pulmonaires des quelque 450 cas signalés aux États-Unis sont semblables à celles observées chez les souris de laboratoire.

Aucun cas n'a été signalé au Canada. Les autorités sanitaires des deux côtés de la frontière ont mis en garde contre l'achat de produits de cigarettes électroniques, y compris ceux contenant du THC ou d'autres cannabinoïdes.

Compte tenu de ce que nous savons de la nature addictive de la nicotine et des maladies respiratoires mystérieuses et graves associées au vapotage, je conseille aux gens de s'abstenir.

Dr Akshay Bagai, cardiologue à l'hôpital St. Michael's de Toronto

La Ville de San Francisco a d’ailleurs pris une décision radicale, puisque la vente de cigarettes électroniques y sera interdite d’ici 2020.

Avec les informations de CBC et de l'Agence France-Presse

Santé