•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet-pilote pour prévenir les surdoses offre des résultats prometteurs

Une seringue et des pillules.

Plus de 3600 personnes ont perdu la vie en raison d'une surdose en Colombie-Britannique depuis la déclaration de l'état d'urgence au printemps 2016.

Photo : Shutterstock / Chirachai Phitayachamrat

Radio-Canada

Les premiers résultats d'un projet-pilote de suivi après les interventions d'urgence visant à répondre à la crise des surdoses sont prometteurs, soutient le maire de Vancouver, Kennedy Stewart.

Dans ce projet, une équipe composée de premiers répondants et de membres des services de soins de santé prend contact avec les survivants de surdose dans les jours suivant une intervention, puisque les patients ne sont pas toujours disposés à discuter des options de soins lors de l'intervention originale, explique M. Stewart.

En l'espace d'une semaine, l'équipe a établi le contact avec 22 patients, dont 21 ont consenti à être présentés à l'équipe de sensibilisation aux surdoses de la régie de santé Vancouver Coastal (VCH).

Des gens en point de presse sourient devant un camion de pompiers.

En conférence de presse, le maire de Vancouver, Kennedy Stewart a rappelé l'importance de faire front commun dans la lutte à la crise des opioïdes.

Photo : Radio-Canada

Je crois vraiment que ce modèle peut ramener un peu d’espoir et apporter de la lumière au bout du tunnel.

Kennedy Stewart, maire de Vancouver

Depuis la déclaration de l'état d'urgence, au printemps 2016, plus de 3600 personnes ont perdu la vie en raison d'une surdose en Colombie-Britannique, et plus de 1000 de ces décès se sont produits à Vancouver.

Nous avons tous été touchés, dit-il, ajoutant que les effets sont ressentis non seulement par les patients, mais également par leurs proches, leurs pairs et les premiers intervenants.

Depuis le début de l'année, le taux de mortalité par surdose d’opioïdes toutefois a diminué, dit la chef médicale de la VCH, la Dre Patricia Daly, . Cette nouvelle est encourageante, mais ces morts restent évitables, rappelle-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique