•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre des T.N.-O. Bob McLeod ne se représentera pas

Bob McLeod se tient devant une fenêtre qui donne sur Calgary.

Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest Bob McLeod.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada

Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, Bob McLeod, a confirmé qu’il ne se représentera pas aux élections territoriales du 1er octobre.

« Je n’entrerai pas en lice pour ces élections, merci », a écrit le premier ministre dans un courriel à CBC vendredi matin.

L’homme de 67 ans a été élu pour la première fois à de l’Assemblée législative en 2007. Il représente la circonscription de Yellowknife Sud depuis lors.

Lors de son premier mandat, Bob McLeod a été ministre des Ressources humaines, ainsi que ministre de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement.

Bob McLeod a été élu premier ministre par ses pairs députés après les élections de 2011, où il avait été élu sans opposition dans sa circonscription. Il y a été reconduit après avoir remporté un troisième mandat dans Yellowknife Sud en 2015.

L’homme natif de Fort Providence a ainsi été le seul premier ministre du territoire à siéger durant deux législatures depuis 1902. Il est aussi le premier ministre actuel avec la plus grande longévité parmi ses homologues des provinces et territoires.

Bob McLeod lors d'un discours en chambre.

Le premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, Bob McLeod à l’Assemblée législative.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Pour et par le Nord

En tant que premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, il s’est férocement battu pour que les décisions concernant le Nord soient prises dans le Nord.

Au cours de son dernier mandat, le premier ministre McLeod avait fait les manchettes en 2017 en lançant une « alerte rouge » à Ottawa. Il voulait ainsi dénoncer le contrôle inéquitable du fédéral sur le territoire et s’opposer au moratoire du gouvernement libéral sur l’exploration pétrolière et gazière dans les eaux de l’Arctique.

Le premier ministre a aussi supervisé la dévolution des terres et des ressources en 2014, dernière étape majeure du processus de transfert des responsabilités du gouvernement fédéral au gouvernement territorial.

En vertu de l'accord, le territoire a pris en charge la gérance des terres et des ressources publiques et conservera 50 % des revenus générés par l'exploitation des ressources, jusqu'à un plafond annuel d'environ 60 millions de dollars.

Alors que l’Accord de transfert des responsabilités a été signé par la 17e législature, une grande partie du travail visant à créer une législation « issue du Nord » pour superviser la gestion des terres et des ressources se fera au cours de la 18e.

Un héritage mitigé et complexe

Le premier ministre sortant laisse le souvenir d’un homme travaillant, mais dont les efforts n’ont pas toujours payé. Des dirigeants politiques actuels et anciens qui l’ont côtoyé et ont travaillé à ses côtés affirment que leur confrère a fait preuve de fermeté et de détermination durant les périodes de turbulence.

Il était passionné des Territoires du Nord-Ouest, souligne Robert C. McLeod, qui a été ministre des Finances lors de la dernière législature et qui a été collègue du premier ministre pendant 11 ans.

Robert McLeod est le ministre des Finances des Territoires du Nord-Ouest.

Robert McLeod est le ministre des Finances des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada

Il voulait le meilleur pour les Territoires du Nord-Ouest et je crois qu’il l’a démontré dans le genre de leadership qu’il a mené.

Robert C. McLeod, ministre des Finances des T.N.-O.

M. McLeod ajoute de son premier ministre qu’il était un chef très efficace qui avait une bonne relation de travail avec Ottawa et qu’il s'est efforcé de créer un consensus parmi les députés de l’Assemblée. Il cite les projets d'infrastructure achevés durant son mandat, tels que la route reliant Inuvik à Tuktoyaktuk ainsi que le nouvel hôpital de Yellowknife.

Ce leadership est aussi souligné par Bobbi Jo Greenland-Morgan, la chef du conseil tribal de Gwich'in. Elle dit avoir beaucoup de respect pour Bob, qui s’est battu pour bâtir une économie des Territoires du Nord-Ouest et a travaillé avec les peuples autochtones pour le respect de leurs droits et intérêts.

Tout le monde n’a pas que des éloges à l’égard de Bob McLeod. Certains estiment en effet qu’après huit années au pouvoir, le territoire ne se porte pas mieux.

Dennis Bevington, qui a été le député du Nouveau Parti démocratique pour les T.N.-O. de 2006 à 2015, ne pense pas que la vie s’est améliorée. Il reconnaît que le territoire a changé depuis 2011. Toutefois, ce changement s’est opéré au détriment de ce que les gens désiraient, selon lui.

Un homme devant un micro

L'ancien député du Nouveau Parti démocratique pour les Territoires du Nord-Ouest Dennis Bevington

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Pendant le mandat du premier ministre McLeod, a-t-il déclaré, il y avait un mouvement pour consolider les pouvoirs qui étaient autrefois répartis entre les régions. L’ancien député évoque notamment la fusion des autorités de la santé du territoire et la dissolution du conseil d'administration du Collège Aurora.

Pour lui, toutes ces choses ont érodé le concept même de territoire avec son propre gouvernement, des régions fortes, des communautés qui ont un mot à dire sur leurs vies.

Le comportement de McLeod a toujours semblé refléter ce que ses bureaucrates lui disaient de faire.

Dennis Bevington, ancien député du NPD pour les T.N.-O.

Le syndicat des travailleurs du Nord dresse aussi un bilan sombre de l’ère McLeod. Son président, Todd Parsons, considère que l’état du territoire « s’est aggravé ». Il l’attribue à ce qu’il qualifie de tendance du gouvernement McLeod à susciter la peur plutôt que d'inspirer l’espoir.

Un homme se tient devant une fenêtre.

Todd Parsons est le président du Syndicat des Travailleurs du Nord.

Photo : Radio-Canada

« Il est difficile pour les gens de venir vivre dans les Territoires du Nord-Ouest parce que tout ce qu'ils entendent de notre gouvernement est sombre et morose », explique Todd Parsons. 

Le fait que les mines ferment est la première chose dont vous entendez parler, alors que le territoire a beaucoup plus à offrir.

Todd Parsons, président du syndicat des travailleurs du Nord

L’ancien premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, Joe Handley, n’est pas plus tendre avec son homologue. Il le qualifie de « bourreau du travail » qui a essayé d’accommoder tout le monde sans parvenir à un consensus en Chambre. 

Joe Handley, qui a gouverné de 2003 à 2007, croit que rien n’a changé au territoire avec Bob McLeod.

Ce vendredi marque la fin des dépôts des candidatures auprès du directeur général des élections en vue des 19e élections législatives des Territoires du Nord-Ouest.

Avec des informations de CBC North

Grand-Nord

00