•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les opposants à l'agrandissement du Château Laurier ne perdent pas espoir

Des personnes à l'Université Carleton.

De nombreuses personnes ont assisté à l’événement organisé conjointement par Patrimoine Ottawa, les Ami.e.s du Château Laurier et l'École d'architecture et d'urbanisme de l'Université Carleton.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Poudrier

Radio-Canada

La lutte contre le projet d’agrandissement du Château Laurier se poursuit alors que plusieurs experts en architecture se sont réunis jeudi soir à l’Université Carleton à Ottawa pour se questionner sur l’ajout proposé aux lignes épurées peut être compatible avec un bâtiment patrimonial.

Le mécontentement ne s’estompe pas autour du projet d’agrandissement alors que plus de 200 personnes se sont réunies lors de l’événement organisé conjointement par Patrimoine Ottawa, les Ami.e.s du Château Laurier et l'École d'architecture et d'urbanisme de l'Université Carleton.

Durant la soirée, à l'aide d'exemples, de nombreux panélistes ont présenté des projets d’ajouts qui s'harmonisent avec l'édifice principal comme l'ancienne gare Union et l'hôtel Lord Elgin ainsi que du Bundestag à Berlin.

L'organisme Patrimoine Ottawa, en collaboration avec Les Ami.e.s du Château Laurier, ont annoncé que plus de 67 000 $ en dons avait été amassés afin de contester la décision du conseil municipal d'Ottawa d'accorder à l'entreprise Larco le droit de faire des ajouts à l'hôtel patrimonial.

Le président de Patrimoine Ottawa, Richard Belliveau, croit qu'il est encore possible d’infirmer la décision.

Je suis confiant, pour la simple raison que le soutien que nous recevons est vraiment extraordinaire. Les propriétaires du Château Laurier sont très intelligents, ils vont finir par voir qu’il faut un ajout qui respecte et qui ajoute quelque chose à ce monument historique, je suis sûr qu’il va y avoir un autre résultat, a mentionné M. Belliveau.

Patrimoine Ottawa s’oppose au projet de rénovation du propriétaire du Château Laurier, Larco Investment, qui propose l’ajout d’un édifice de sept étages à l’arrière de l’hôtel.

Le Château Laurier vu depuis les écluses du canal Rideau.

Le nouveau rendu architectural pour l'agrandissement du Château Laurier a été rendu public le 23 mai 2019.

Photo : Larco Investments LTD

Certains intervenants ont demandé à ce que le fédéral joue un plus grand rôle dans ce dossier.

Questionnée sur le sujet, la ministre de l'Environnement et du Changement climatique et députée d’Ottawa-Centre, Catherine McKenna, qui n'assistait pas à la rencontre, a répondu par courriel à l’appel des opposants.

J’ai entendu de vive voix les résidents d’Ottawa Centre, de la région de la capitale nationale et de partout au Canada au sujet de l’ajout proposé au Château Laurier. Ils tiennent beaucoup à ce que tout ajout à cet édifice emblématique au cœur de notre capitale soit compatible avec l'immeuble qu'ils aiment tant. Dans leur grande majorité, et tout comme moi, ils ne croient pas que ce résultat ait été atteint, peut-on lire dans le courriel.

Nous bâtissons pour les prochains 100 ans, et je crois que nous avons encore le temps de faire preuve de bon sens et de permettre à la communauté et aux propriétaires du secteur privé de s'unir pour obtenir un résultat dont nous pouvons tous être fiers.

Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et du Changement climatique et députée d’Ottawa-Centre

Au cours des dernières semaines, j’ai partagé les préoccupations de mes commettants avec le bureau du maire, et Larco Investments. Je reconnais qu’il s’agit ultimement de la décision de la Ville d’Ottawa et de Larco, et que le Conseil municipal a maintenant voté en faveur de l’aménagement proposé. Je n’ai aucun doute que Larco Investments a travaillé de bonne foi pendant plusieurs années pour satisfaire aux exigences du permis pour biens patrimoniaux de la ville d'Ottawa, a ajouté la ministre.

Une bataille perdue d'avance

Selon le professeur de gestion et de droit à l'Université d'Ottawa, Gilles Levasseur, l'organisme Patrimoine Ottawa n’a pas un dossier assez solide pour se présenter devant les tribunaux.

Ils ont respecté les règles prescrites au sein de la loi provinciale et des règlements municipaux. Si les opposants ne sont pas d’accord avec le concept architectural, mais qu’est-ce qui fait que vous avez un droit de contester quand on a répondu aux exigences, a expliqué le professeur Levasseur.

Cette bataille-là peut facilement prendre un délai d’un an et demi à deux ans, oui ils ont ramassé plus de 50 000 $, mais ces dossiers-là c’est du 300 000, 400 000, 500 000 dollars.

Gilles Levasseur, professeur de gestion et de droit à l'Université d'Ottawa

Le mouvement de contestation va se poursuivre lors d’un rassemblement le dimanche 15 septembre dans le parc Major Hill pour envoyer un message à Larco.

Larco Investments a présenté pour la première fois son projet il y a trois ans. Il a dû être modifié à cinq reprises avant d’être approuvé, notamment afin de réduire la hauteur de la nouvelle section proposée de 11 à 7 étages.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale