•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un livre sur la façon d'enseigner aux « garçons noirs » sur le bureau d’une directrice d'école crée la polémique

Une femme sur son bureau.

La controverse a éclaté cette semaine après qu'une école secondaire de Brampton, en Ontario, a publié une photo de sa nouvelle directrice, Michelina Battaglini, sur Twitter.

Photo :  CBC / CardinalAmbrozicCSS

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une vive controverse affole la toile après qu'un livre sur la façon d'enseigner aux étudiants noirs ait été photographié sur le bureau d'une directrice d'école à Brampton, en Ontario. Le conseil scolaire catholique de la région de Toronto a déclaré que le tollé suscité sur Internet résulte d’un malentendu sur le contenu du livre.

Le conseil scolaire catholique de Dufferin-Peel, affirme que le livre, intitulé The Guide for White Women Who Teach Black Boys (Le guide pour les femmes blanches qui enseignent aux garçons noirs) a un titre provocateur, mais constitue en fait une ressource utile pour lutter contre l'oppression raciale et culturelle en éducation.

Michelle Coutinho, la directrice du conseil en matière d'éducation inclusive, explique que de telles ressources constituent une référence particulièrement utile, compte tenu de la diversité de la population étudiante dans le secteur et dans cette école.

Un débat houleux sur les réseaux sociaux

La controverse a éclaté cette semaine après que l’école secondaire catholique Cardinal Ambrozic à Brampton, près de Toronto, ait publié une photo de sa nouvelle directrice sur Twitter.

La photo, où le livre apparaît sur son bureau, a déclenché un débat houleux, certains suggérant qu'il s'agissait d'un signe de racisme ou d'incompétence, ou d'un accessoire destiné à renforcer l'image de l'école.

La photo a également été partagée sur Instagram par l’utilisateur 6ixBuzzTV, un compte populaire qui compte environ 1,2 million d'abonnés.

LOOOL. Aucun directeur ne devrait aller aussi loin [professionnellement] et avoir besoin par la suite d'un livre comme celui-ci, a écrit une personne sur Twitter. C’est une mauvaise directrice, a écrit un autre.

Certains ont toutefois défendu le livre et les efforts de la directrice pour s'instruire. Elle s'efforce de communiquer avec ses étudiants, c'est plus que ne le font la plupart des directeurs, lit-on dans un autre tweet.

Le conseil scolaire s'est dit surpris par la controverse et espère que les gens consulteront le livre avant de tirer des conclusions basées sur son titre.

La directrice a l'intention de s'expliquer lors d'une annonce publique et invite tous les étudiants ayant des questions en suspens à aller la voir, a déclaré Bruce Campbell, un porte-parole du conseil scolaire.

Le livre, écrit par trois chercheurs et publié en 2017, vise à améliorer les résultats pour les étudiants noirs en aidant les enseignants à créer des environnements d'apprentissage dans lesquels ils se sentent encouragés et engagés. Le titre fait référence au fait que les femmes blanches constituent le plus gros de la force enseignante aux États-Unis.

Michelle Coutinho estime que le livre demandait aux éducateurs de remettre en question les préjugés qu'ils pourraient apporter en classe.

Nous savons que nous vivons dans une vision du monde en quelque sorte colonisée et comment pouvons-nous en sortir dans nos pratiques quotidiennes? a-t-elle déclaré. Elle souligne que le livre avait déjà été utilisé dans le cadre de la formation du conseil scolaire en matière de lutte contre l’oppression.

La nouvelle directrice de l’école catholique Cardinal Ambrozic a participé à une étude approfondie du livre dans plusieurs écoles l'année dernière, selon Michelle Coutinho.

Si nous apportons des modifications au système éducatif, nous devons commencer à en parler et à en parler ouvertement et honnêtement, sans honte ni reproche, a-t-elle indiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !