•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Franco-Ténois croient dur comme fer à leur centre communautaire

Des hommes et des femmes debout, côte à côte.

Les membres de la communauté francophone des T.N.-O. réunis pour discuter de leur projet de centre communautaire et culturel à Yellowknife.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Noémie Moukanda

La Fédération franco-ténoise (FFT) a consulté ses membres sur la création d’un centre communautaire et culturel leur étant destiné à Yellowknife.

Mercredi soir, une quarantaine de personnes a pris part à la consultation publique sur la création d’un centre communautaire et culturel de la francophonie.

Parmi elles, il y avait des membres de la communauté, mais aussi des représentants d’organismes tels que le Conseil de développement économique des T.N.-O., la Commission scolaire francophone des T.N.-O., l’Association franco-culturelle de Yellowknife ou encore des représentants du journal L’Aquilon et de Radio Taïga.

L’objectif de la rencontre a été de définir le genre d’édifice et services qui correspondraient le mieux aux besoins de la communauté francophone des Territoires du Nord-Ouest.

Yellowknife est la seule capitale qui ne possède pas de centre communautaire francophone.

Linda Bussey, directrice générale de la Fédération franco-ténoise
Une femme tient des marqueurs, debout, à côté d'un tableau.

Linda Bussey, directrice générale de la Fédération franco-ténoise, lors de la consultation publique du 4 septembre

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Cette fois-ci, c’est la bonne?

Voilà plus de vingt ans que les Franco-Ténois caressent le rêve d’avoir un édifice qui les rassemble et qui reflète leur identité. À plusieurs reprises, ils ont reçu du financement pour entamer le processus pour que cet espace voie le jour, mais les espoirs ont, à chaque fois, été éteints.

D’autres luttes ont pris le dessus, comme celle en faveur d’une éducation en français avec sa propre commission scolaire, souligne Linda Bussey, la directrice générale de la Fédération franco-ténoise.

On est plus mature et on sait ce qu’on veut.

Linda Bussey, directrice générale de la Fédération franco-ténoise

Deux décennies et la communauté a grandi. Forts de plus de 1200 membres, les francophones ont un poids sur l’échiquier territorial et une vision plus claire de leurs besoins, croit Linda Bussey. Alors, pour la quatrième fois, la FFT va de l’avant avec ce rêve qui ne paraît plus aussi fou qu’auparavant en lançant les démarches pour sa soumission de projet.

La confiance est motivée par le nombre de personnes présentes, estiment aussi madame Bussy et Angélique Ruzindana. Cette Ténoise croit que l’union fait la force et que les Franco-Ténois ont réellement embrassé ce projet.

Ce point de rencontre ferait la différence aussi pour les nouveaux-arrivants, estime la Rwandaise d’origine, car ils seront plus facilement redirigés vers les services adéquats.

Une femme africaine.

Angélique Ruzindana est installée à Yellowknife depuis une quinzaine d'années.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

On te souhaitera la bienvenue, il y a la francophonie ici. Tu n’as pas à te sentir seul et après ça, tout le reste va suivre.

Angélique Ruzindana, franco-ténoise

La directrice générale de la FFT croit que c’est maintenant ou jamais, autrement la communauté serait épuisée de faire une autre demande parce que ça prend beaucoup de temps, et que c’est un projet d’un an.

Le rêve d’un espace

Chacun à son tour, les membres ont lancé leurs idées et conception de ce centre qui devra être neuf et leur appartenir. Il était permis de rêver et cette sorte de tableau de visualisation orale allait tous azimuts. Les cinq idées les plus populaires ont été retenues.

Le croisement de la 50e rue et de l'Avenue Franklin.

L'un des emplacements désignés par la FFT pour la construction d'un centre communautaire francophone à Yellowknife

Photo : Google

Bien que les Franco-Ténois de Yellowknife tiennent à leur maison bleue (Maison Laurent Leroux), ils ont besoin d’un plus grand espace qui leur permettra de jouir d’une multitude d’activités, lance Linda Bussey. Trois sites du centre-ville de Yellowknife sont convoités pour abriter le futur centre.

On ne sera plus obligé de louer une salle à chaque fois qu’on fera quelque chose. On sera plus automne et on pourra faire plus d’argent en étant propriétaire.

Linda Bussey, directrice générale de la Fédération franco-ténoise
Des personnes assises autour d'une grande table de part et d'autre de la salle.

La consultation publique de la Fédération franco-ténoise pour un centre communautaire et culturel

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Ce centre communautaire et culturel, selon les Franco-Ténois, comprendrait une salle multifonctionnelle où les arts, la culture et l’histoire des francophones seraient promus. L’édifice serait conçu de manière écologique et serait tant le reflet du Grand Nord que de la francophonie.

Des services destinés à la jeunesse et une clinique santé ont aussi remporté les faveurs de la communauté. De plus, la communauté veut que son nouveau haut lieu lui permette de respirer, grâce à un espace extérieur aménagé.

C’est une chance de s’épanouir.

Linda Bussey, directrice générale de la Fédération franco-ténoise

Pour les accompagner dans cette étude de faisabilité, la firme d’ingénierie Stantec, présente aussi, a écouté avec attention les ambitions des membres. Pour l’architecte Rodney Kirkwood, il est temps que les francophones aient leur propre centre communautaire.

L’espace qu’ils ont pour le moment n’est pas adapté au travail qu’ils doivent accomplir. C’est une question de trouver un équilibre entre le financement, le bon emplacement et le concrétiser.

Rodney Kirkwood, architecte chez Stantec

Une formule avec des partenariats

Après la conception du bâtiment, les discussions se sont portées sur les partenaires avec lesquels partager cet espace. Les membres sont conscients qu’un tel projet n’est viable qu’avec des partenaires qui viendront alléger la facture. Linda Bussy a dès lors répété l’importance de la vision à long terme pour la pérennité de leurs ambitions.

Trois personnes assises qui écoutent attentivement.

Des membres de la communauté franco-ténoise de Yellowknife

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Cet espace sera un lieu de cohabitation de différents services. L’exigence du français parmi ces partenaires est primordiale, conviennent les Franco-Ténois.

On ne veut pas perdre l’identité francophone.

Linda Bussey, directrice générale de la Fédération franco-ténoise

Si leur rêve s’évanouissait dans la nature, Linda Bussey ne peut mesurer les conséquences que cela pourrait avoir sur sa communauté. Je ne suis pas certaine. Je pense qu’ils vont juste se rallier à la Maison bleue, au Collège, aux différentes institutions qui existent déjà.

Ce scénario se dissipe toutefois rapidement, car tous, y compris la firme Stantec, ont confiance dans ce projet qui sera soumis à Patrimoine Canadien le 30 mars. Ils croient qu'il aboutira.

Je pense qu’avec le gouvernement fédéral, on est bien placé. Je sens le désir [de nous soutenir] juste avec les appels que j’ai reçus des gestionnaires de fonction supérieure d’Ottawa.

Linda Bussey, directrice générale de la Fédération franco-ténoise

La Fédération franco-ténoise réunira à nouveau la communauté en octobre et en janvier.

Grand-Nord

Associations francophones