•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Davantage de livres neufs dans les bibliothèques scolaires du Québec

Des livres sur une étagère.

Le gouvernement du Québec investit 5 millions de dollars de plus pour l'achat de livres dans les bibliothèques scolaires de la province.

Photo : Radio-Canada / Rosalie Loiselle

Radio-Canada

Québec annonce un investissement supplémentaire de 5 millions de dollars pour garnir davantage les rayons des bibliothèques scolaires de la province.

Selon le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, cet investissement permettra l’achat « d’environ deux livres de plus par élève pour chaque année scolaire ».

Le gouvernement investit déjà chaque année 15 millions de dollars dans l’achat de livres de fiction et de documentaires, numériques ou imprimés. Cette annonce vient donc bonifier l’investissement initial.

Il faut faire entrer la littérature, l’objet livre sous toutes ses formes dans nos écoles.

Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation

Les sommes engagées seront récurrentes pour « au moins les quatre prochaines années », et donc portera le montant total investi à 80 millions de dollars.

Nous allons demander aux commissions scolaires de se concentrer, entre autres, sur les livres québécois, pour soutenir nos artistes d’ici, a expliqué le premier ministre François Legault.

Selon le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), l’annonce vise à pallier « le sous-financement chronique » dont souffraient les bibliothèques scolaires et à permettre la lecture chez les élèves pour « favoriser leur réussite éducative ».

L'investissement touchera l'ensemble des commissions scolaires du Québec, et il sera verrouillé : les sommes allouées ne pourront pas servir à financer d'autres projets.

Manque de personnel et d'espace

La Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE) a salué la nouvelle, tout en précisant que cette aide supplémentaire ne réglait pas le sous-financement chronique qui touche les bibliothèques scolaires. La fédération dénonçait déjà ce problème dans un rapport en 2017 (Nouvelle fenêtre).

Les bibliothèques scolaires du Québec sont parfois en piteux état, principalement à cause du manque d'espace et de la vétusté des bâtiments. Elles se retrouvent alors dans des endroits exigus, lorsqu'elles ne sont pas simplement abolies.

Jacques Landry, président de la FPPE

La FPPE dénonce aussi le manque de bibliothécaires au sein des bibliothèques scolaires. Selon elle, le Québec compte une centaine de bibliothécaires répartis dans 72 commissions scolaires. Cela laisse 18 commissions scolaires sans aucun bibliothécaire scolaire.

Un plan d'action en vigueur sous le gouvernement libéral depuis 2005 stipulait qu'un minimum de 200 bibliothécaires était nécessaire pour permettre d'assurer un service de qualité dans les bibliothèques du Québec.

Même son de cloche à la Fédération autonome de l'enseignement (FAE). C'est bien beau d'acheter des livres pour une bibliothèque scolaire, mais y en a-t-il encore une dans l'école? Et si oui, à quoi sert-elle? Certaines sont utilisées comme salle de formation, salle de classe ou manquent carrément d'espace pour accueillir la classe entière, déplore Sylvain Mallette, président de la FAE.

Face au manque de ressources professionnelles, ce sont parfois les parents qui s'occupent bénévolement des bibliothèques scolaires. Faire vivre une bibliothèque scolaire, c'est aussi compter sur des ressources professionnelles, explique-t-il.

Éducation

Politique