•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université de l'Ontario français : le gouvernement Ford dit oui, si Ottawa paie d'abord

Gros plan du visage d'un homme portant un complet.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, est maintenant prêt à appuyer financièrement le projet d'Université de l'Ontario français.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Radio-Canada

Dix mois après avoir annulé le projet, le gouvernement de Doug Ford se dit prêt à octroyer 63 millions de dollars pour l'ouverture d'une première université de langue française à Toronto, à condition qu'Ottawa délie d'abord les cordons de la bourse.

Dans une lettre envoyée jeudi à la ministre fédérale des Langues officielles Mélanie Joly, le ministre ontarien de la Formation et des Collèges et Universités Ross Romano presse Ottawa de prendre « un engagement financier concret » à l'endroit du projet d'Université de l'Ontario français (UOF).

Selon l'entente proposée par la province obtenue par Radio-Canada, le gouvernement Trudeau octroierait 63 millions pour financer les quatre premières années de l'UOF, soit de 2019-2020 à 2023-2024.

Le gouvernement ontarien verserait un « montant équivalent à partir de 2023-2024 ».

Disparue toutefois de la proposition provinciale, cette clause contenue dans l'offre préalable du fédéral, qui visait à protéger Ottawa dans le cas où le gouvernement ontarien tenterait de se défiler de sa promesse :

  • Il est exceptionnel pour le Canada de couvrir 100 % des dépenses pour les premières années d'un projet pluriannuel. Le Canada demandera à l'Ontario l'assurance qu'il lui rembourse sa part de la contribution au projet si l'Ontario n'est pas en mesure de fournir le financement dans les délais prévus.

Par ailleurs, la proposition ontarienne ne fait pas mention du montant de 1,9 million versé par le fédéral en janvier dernier pour maintenir l'équipe de mise en œuvre de l'UOF, alors qu'Ottawa déduisait cette somme du financement total promis dans son offre initiale.

Le bureau de la ministre Joly indique qu'elle évalue présentement la dernière offre du gouvernement Ford.

Photos en mosaïque de deux femmes blondes.

La ministre ontarienne des Affaires francophones, Caroline Mulroney (à g.), et la ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle/Mark Blinch

Volte-face du gouvernement Ford

Nous reconnaissons l'importance de l'existence d'une université gérée par et pour les francophones en Ontario, commentent jeudi le ministre Romano et sa collègue Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones, dans un communiqué.

Pourtant, le gouvernement Ford avait mis la hache dans le projet en novembre dernier, citant le déficit provincial, après avoir donné son appui au projet en campagne électorale.

Après le tollé suscité par la décision dans la communauté francophone, y compris la démission de la députée conservatrice Amanda Simard, la province avait affirmé que le projet était simplement mis en veilleuse jusqu'au retour à l'équilibre budgétaire.

Gros plan de la députée de Glengarry-Prescott-Tussell.

La députée Amanda Simard a quitté les rangs des conservateurs de Doug Ford en novembre dernier pour protester contre ses coupes dans les services en français.

Photo : Radio-Canada

À cause des élections fédérales?

En août dernier, le gouvernement Ford avait suscité la surprise en indiquant qu'il souhaitait conclure une entente de cofinancement du projet avec le gouvernement Trudeau, et ce, avant le déclenchement de la campagne électorale à Ottawa.

Le week-end dernier, la province avait même donné un ultimatum au fédéral, exigeant qu'Ottawa lui fournisse un engagement officiel dans les prochaines 48 heures.

Selon nombre d'observateurs, les conservateurs ontariens cherchent à enlever une épine au pied de leurs cousins fédéraux en prévision des élections d'octobre, l'annulation l'an dernier du projet d'Université de l'Ontario français par le gouvernement Ford ayant fait les manchettes un peu partout au pays.

Le porte-parole de la ministre Mulroney, Matthew Conway, a nié ces allégations, affirmant que son gouvernement voulait simplement une entente le plus rapidement possible.

La politologue Geneviève Tellier de l'Université d'Ottawa pense plutôt que le gouvernement Ford tente de faire d'une pierre deux coups en poussant les libéraux fédéraux à signer une entente avant les élections, question de redorer son blason auprès des Franco-Ontariens, tout en refilant la moitié de la facture au fédéral.

Andrew Scheer appuie le projet de l'UOF

Dans une lettre adressée jeudi à la présidente du conseil de gouvernance de l’UOF, le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a réaffirmé l'appui indéfectible de sa formation politique envers le projet.

Dans sa lettre à Dyane Adam, Andrew Scheer se dit prêt à léguer des terrains ou édifices qui appartiennent au gouvernement fédéral à l’UOF ainsi qu'à signer une entente avec le gouvernement provincial et financer les coûts de démarrage de l’UOF s’il est élu.

Les Franco-Ontariens, et toutes les communautés linguistiques minoritaires au pays, ne devraient pas être utilisés comme des outils partisans par certains partis politiques fédéraux, comme ce fut malheureusement le cas dans le dossier de l’UOF ces derniers mois, écrit-il par ailleurs.

Andrew Scheer, la main levée, regarde la caméra lors d'une conférence de presse.

Le chef conservateur fédéral Andrew Scheer appuie le projet d'Université de l'Ontario français.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Sur la scène provinciale, le porte-parole du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario matière d’affaires francophones, Guy Bourgouin, exhorte le gouvernement provincial à garantir le financement avant les élections, estimant que la déclaration de la province ne garantit toujours pas le financement de l’université.

Nous ne pouvons laisser aucun palier de gouvernement s’en tirer avec plus des vaines promesses pour ensuite abandonner les francophones après les élections.

Guy Bourgouin, député de l'opposition ontarienne

Il ne faut surtout pas coller le nez sur l’arbre : ce n’est pas une coïncidence que Doug Ford et les libéraux de M. Trudeau soient pressés de faire une entente à l’approche des élections fédérales, a déclaré le député néo-démocrate.

De son côté, le chef du Parti vert de l’Ontario, Mike Schreiner, a qualifié le revirement de la province d’opportunisme politique.

La communauté franco-ontarienne réclamait depuis longtemps cette université pour répondre à leurs droits linguistiques et il est injuste que le sort du projet soit dicté par l'opportunisme politique.

Le premier ministre a attendu près d'un an pour annuler ces réductions. S'il avait réellement cru à cette initiative, il l'aurait d'abord fait, alors que les Franco-Ontariens s'exprimaient en masse.

Le projet de l'UOF critiqué

Si une entente est signée avant les élections fédérales, la direction de l'UOF pense que l'institution pourrait accueillir ses premiers étudiants en 2021.

Plus tôt cette semaine, l'ancien sous-ministre adjoint Daniel Cayen a critiqué le projet, pressant les ministres Joly, Mulroney et Romano de ne pas donner un sou à ce projet bidon.

M. Cayen soulignait que l'offre de programmes de la nouvelle université serait limitée, étant donné que l'établissement ne pourrait dédoubler aucun des programmes déjà offerts par les universités d'Ottawa et Laurentienne ainsi que le Collège universitaire Glendon, des établissements bilingues.

La ministre Mulroney a elle-même critiqué les programmes proposés par l'UOF par le passé, affirmant au journal Le Droit qu'ils ne répondaient pas à la demande pour une main-d’œuvre qualifiée dans les domaines qui en [ont] besoin, soit des infirmières, des enseignants, des juristes francophones et autres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Francophonie