•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en garde contre la prescription postopératoire excessive d'opioïdes

Une seringue usagée et des médicaments d'ordonnance sont éparpillés de façon désordonnée sur un comptoir.

La prescription postopératoire excessive d'opioïdes a été associée à des risques accrus de détournement de médicaments, à une utilisation à long terme et aux troubles de consommation d'opioïdes, selon une étude.

Photo : iStock / Darwin Brandis

La Presse canadienne

Sept fois plus de patients canadiens et américains que de patients suédois ont présenté des ordonnances d'opioïdes prescrits par un médecin à la suite d'une intervention chirurgicale mineure, révèle une nouvelle étude, qui suggère que les antidouleurs créant une forte dépendance pourraient être utilisés de manière plus judicieuse en Amérique du Nord.

Les chercheurs ont examiné ces ordonnances présentées par les patients au cours de la première semaine suivant l'une de quatre opérations à faible risque visées pour les besoins de l'étude dans les trois pays. En Suède, seulement 11 % des patients ont eu recours aux opioïdes, contre 79 % au Canada et 76 % aux États-Unis.

Parmi ceux qui se sont prévalus d'une ordonnance d'opioïdes, la quantité accordée était considérablement plus élevée aux États-Unis par rapport au Canada et à la Suède, apprend-on dans l'étude publiée mercredi dans JAMA Network Open, une revue supervisée par l'Association médicale américaine.

Je pense qu'il y a beaucoup de données, y compris dans cette étude, qui suggèrent que les patients reçoivent plus d'opioïdes que nécessaire, même pour des interventions chirurgicales mineures, a déclaré en entrevue le Dr Karim Ladha, coauteur de l'étude et chercheur clinicien à l'Institut du savoir Li Ka Shing de l'hôpital St. Michael's, à Toronto.

Le vrai problème, c'est que l'on contribue à augmenter l'offre d'opioïdes dans la communauté.

Le chercheur clinicien Li Ka Shing

En outre, l'étude soulève la question de savoir si les opioïdes sont nécessaires à la gestion de la douleur après une opération, souligne le Dr Ladha. Les chercheurs ne disposaient pas d'informations sur le niveau de douleur postopératoire ressenti par les patients, mais il semble que beaucoup de Suédois se débrouillent sans opioïdes après avoir subi les mêmes interventions chirurgicales, a-t-il ajouté.

En avons-nous réellement besoin? Bien que cette étude ne puisse pas répondre à cette question, elle nous pousse vers ce que nous allons faire ensuite, soit une étude contrôlée randomisée [répartition aléatoire des personnes entre le groupe témoin et le groupe traité] pour véritablement tester cette hypothèse, a fait savoir le chercheur, en révélant être déjà engagé dans le processus de demande de bourse pour poursuivre la démarche.

Une pharmacienne prépare des opioïdes sur ordonnance pour un client.

Des différences significatives ont été observées dans le type d'opioïdes prescrits, selon l'étude.

Photo : Radio-Canada

Différences dans le type d'opioïdes prescrits

L'échantillon étudié comprenait environ 129 000 patients aux États-Unis, 85 000 au Canada et 9800 en Suède. Les sujets étaient âgés de 18 à 64 ans et avaient subi une ablation de la vésicule biliaire, une appendicectomie, une réparation méniscale ou le retrait d'une masse dans un sein.

La cohorte en Suède était moins nombreuse en raison de la taille de la population de ce pays et du fait que les données disponibles ne couvraient que la période du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2014, a justifié le Dr Ladha.

Les données américaines couvrent la période du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2015, tandis que les données canadiennes couvrent la période du 1er juillet 2013 au 31 mars 2016. Les données canadiennes ont été extraites de trois bases de données ontariennes.

Le nombre d'ordonnances d'opioïdes présentées aux pharmaciens était constant pour les quatre procédures chirurgicales. Des taux très similaires ont été observés entre les États-Unis et le Canada, mais ceux-ci étaient bien inférieurs en Suède, indique l'étude.

Des différences significatives ont été observées dans le type d'opioïdes prescrits. La codéine et le tramadol étaient souvent prescrits au Canada et en Suède, mais rarement utilisés aux États-Unis, alors que des préparations combinées d'opioïdes étaient beaucoup plus répandues en Amérique du Nord.

Les résultats illustrent probablement les différences dans l'approche des médecins envers la prescription d'opioïdes d'un pays à l'autre, dans la perception du public vis-à-vis du rôle des opioïdes dans le traitement de la douleur, ainsi que dans la commercialisation et la réglementation des médicaments, estime l'étude.

La prescription postopératoire excessive d'opioïdes a été associée à des risques accrus de détournement de médicaments, à une utilisation à long terme et aux troubles de consommation d'opioïdes, note-t-on dans le document.

Près de 4500 personnes sont mortes de causes liées aux opioïdes au Canada l'an dernier.

Soins et traitements

Santé