•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec lance une étude sur le transport maritime dans l'Est-du-Québec

Le CNM Évolution à Rimouski.

Le CNM Évolution, basé à Rimouski, est l'un des navires qui fait la traversée du fleuve et qui est opéré par une entreprise privée. (archives)

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Marie-Christine Rioux

Québec mandate la Société des traversiers du Québec (STQ) pour mener une étude sur la desserte maritime entre le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord. L'objectif est de trouver une solution durable pour les années à venir.

En collaboration avec le ministère des Transports, la STQ devra notamment faire des recommandations sur le maintien des traverses privées de Rimouski-Forestville et de Trois-Pistoles-Les Escoumins, tant à court et qu'à long terme, peut-on lire dans le communiqué publié mercredi.

La STQ devra notamment étudier les retombées des liens maritimes existants, les besoins présents et futurs des clients, tant particuliers que commerciaux, et la faisabilité de différents scénarios.

Les traversiers de la région ont connu plusieurs ratés dans la dernière année. Récemment, le CNM Évolution, qui assure le lien entre Rimouski et Forestville, a dû terminer sa saison plus tôt que prévu en raison d'un bris majeur.

Avec l'avenir incertain de certains services privés, le gouvernement choisit de se pencher rapidement sur la question. L'étude fournira un portrait complet des impacts des services privés de traversier et des options qui s'offrent au gouvernement, a indiqué par communiqué le ministre des Transports, François Bonnardel.

Le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Denis Tardif, estime que cette étude permettra d'avoir une vision d'ensemble de la situation.

L'étude veut savoir les impacts socioéconomiques des traverses de Rimouski-Forestville et également de Trois-Pistoles et Les Escoumins afin d'assurer un certain financement et une certaine pérennité à court terme puis également à moyen terme, soutient-il.

Le traversier L'Héritage 1 entre Trois-Pistoles et Les Escoumins.

Le traversier L'Héritage 1 entre Trois-Pistoles et Les Escoumins.

Photo : Radio-Canada/Patrick Bergeron

Un premier volet de l'étude est attendu d'ici à la fin de l'année. Il doit proposer des scénarios pour assurer le maintien d'un service minimal en 2020 par les entreprises privées qui gèrent les traverses Rimouski–Forestville et Trois-Pistoles–Les Escoumins.

L'étude complétée doit être déposée en 2020.

Réactions régionales

En général, on salue l'annonce de cette étude qui évaluera la desserte maritime de manière plus globale.

À Rimouski, le maire Marc Parent perçoit cette annonce comme de bon augure pour la traverse Rimouski–Forestville. Il estime qu'il était temps de réfléchir à la meilleure façon d'offrir une liaison maritime entre les deux villes.

À ce niveau-là, je pense qu'il [François Bonnardel] comprend bien l'importance de cette traverse-là.

Marc Parent, maire de Rimouski

Parmi les scénarios à l'étude figure celui selon lequel la STQ pourrait prendre le relais de ces traverses privées. Le maire de Rimouski croit que s'il s'agit de l'option retenue, la Société des traversiers choisira d'assurer la liaison maritime entre Rimouski et Forestville à l'aide d'un nouveau navire.

Je pense que le message a été clair, aussi bien de la part du ministre Bonnardel que du PDG de la STQ, que s'ils sont pour s'impliquer dans les traversiers entre Rimouski et Forestville, ils veulent le faire avec de l'équipement à la fine pointe de la technologie, avance-t-il.

Il salue également le désir de la STQ de mettre en place des solutions à long terme.

Des réparations avant une étude

Par contre, à Trois-Pistoles, le maire Jean-Pierre Rioux croit que la priorité pour Québec devrait plutôt être d'octroyer une aide financière au traversier qui relie sa municipalité aux Escoumins.

L'Héritage I nécessite des travaux de mise à niveau évalués à plus de 3 millions de dollars. Selon Jean-Pierre Rioux, si ces travaux ne sont pas effectués, la saison 2020 sera compromise pour le traversier.

Il n'y en aura pas, de saison [en 2020] si on n'a pas la réponse du gouvernement immédiatement. [...] C'est ça que j'aurais aimé entendre, moi.

Jean-Pierre Rioux, maire de Trois-Pistoles

Selon lui, de tels travaux de mise à niveau sont nécessaires pour le traversier chaque huit ans.

L'entreprise a toutefois besoin d'un appui financier périodique pour effectuer ces importantes rénovations et pour continuer à assurer la liaison maritime.

L'Héritage I à quai à Trois-Pistoles

L'Héritage I à quai à Trois-Pistoles

Photo : Radio-Canada

Le maire de Trois-Pistoles salue tout de même le travail de fond qui doit être fait pour améliorer la vision d'ensemble de la desserte maritime dans l'Est-du-Québec.

Bas-Saint-Laurent

Transports