•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal interdira totalement le glyphosate sur son territoire

C'est la première Municipalité québécoise à aller aussi loin

Des bouteilles de Roundup déposées sur du gazon et entourées de pissenlits.

L’herbicide Roundup de Monsanto, qui a été racheté en 2017 par Bayer.

Photo : Getty Images / Scott Olson

Thomas Gerbet

Au nom du « principe de précaution », la Ville de Montréal bannira le controversé herbicide Roundup de son territoire avant la fin de l'année, a appris Radio-Canada. L'administration de Valérie Plante espère qu'elle sera imitée par d'autres municipalités et par le gouvernement du Québec.

Des agriculteurs, certains clubs de golf et même le Jardin botanique devront trouver une autre solution pour lutter contre les mauvaises herbes.

Peu importe la raison, aucune justification ne permettra son utilisation, prévient Laurence Lavigne-Lalonde, responsable de la transition écologique, d'Espace pour la vie et de l'agriculture urbaine au comité exécutif de la Ville de Montréal.

D'ici la fin de 2019, le règlement municipal sera modifié pour que l'interdiction de l'herbicide s'étende à tout le monde, comme c'est déjà le cas pour les néonicotinoïdes, les insecticides « tueurs d'abeilles ».

Le glyphosate est l'ingrédient actif d'un herbicide principalement commercialisé sous la marque Roundup. C'est le pesticide le plus utilisé au Canada et dans le monde.

Protéger la santé des citoyens

Même si l'île de Montréal compte peu de terres agricoles, l'administration Plante s'inquiète de la qualité des sols ainsi que des résidus de glyphosate qui se retrouvent dans l'alimentation ou dans les cours d'eau.

Laurence Lavigne-Lalonde, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Laurence Lavigne-Lalonde, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal

Photo : Radio-Canada

Depuis que l'Organisation mondiale de la santé [OMS] a dit que le glyphosate est un cancérigène probable, on n'a plus aucune raison de ne pas protéger la santé des Montréalais et des agriculteurs qui utilisent ce produit, dit Laurence Lavigne-Lalonde. Ce serait irresponsable de ne pas agir.

On espère que ça fera boule de neige. C'est un geste qu'on pose pour lancer un débat, créer un électrochoc dans la sphère publique.

Laurence Lavigne-Lalonde, responsable de la transition écologique

La Ville de Montréal s'inspire de l'Autriche et du Vietnam qui ont interdit le glyphosate plus tôt cette année. L'Allemagne a annoncé mercredi qu'elle fera de même à la fin de 2023.

La France avait annoncé une interdiction pour 2021, mais elle est revenue sur sa décision. Un conflit politique est en cours entre l'État et des maires qui tentent de le bannir dès maintenant de leurs municipalités.

On s'inscrit dans ce mouvement-là, explique Laurence Lavigne-Lalonde. On pense qu'il faut pousser les gens à réfléchir à cette question et à poser des gestes concrets.

La Ville a envoyé une lettre aux personnes susceptibles d'utiliser du glyphosate pour leur expliquer son intention. La Municipalité se dit prête à les accompagner dans la transformation de leurs façons de faire. Elle aimerait que davantage d'agriculteurs passent à une production biologique.

Le premier ministre Legault ne l'exclut pas

On n'est pas rendu là, mais on ne l'exclut pas, a réagi le premier ministre du Québec François Legault.

Une telle décision est beaucoup plus difficile à prendre dans des régions fortement agricoles qui utilisent massivement le glyphosate.

Il y a une question de productivité, de compétitivité avec les agriculteurs de l'autre bord de la frontière, donc ce n'est pas un sujet qui est simple, a déclaré M. Legault.

Le principe de regarder pour avoir moins de pesticides, moins de Roundup, moins de produits dangereux, on est ouverts à ça, bien sûr.

François Legault, premier ministre du Québec

Montréal a-t-elle le droit d'interdire le glyphosate?

Au Québec, les municipalités ont le droit de réglementer l'utilisation de pesticides sur leur territoire, pourvu qu'elles ne soient pas plus permissives que la province. Elles peuvent toutefois s'exposer à des poursuites si des agriculteurs jugent qu'ils subissent un préjudice.

Précisément, 144 municipalités (Nouvelle fenêtre) québécoises restreignent l'usage des pesticides, mais généralement la pratique agricole en est exemptée.

Montréal ne pourra toutefois pas bannir la vente du produit sur les tablettes. Il sera donc interdit de l'utiliser, mais pas de l'acheter.

L'autre défi pour la Ville sera de faire respecter son règlement sur le terrain, les possibilités de mobiliser des inspecteurs à cette tâche étant limitées.

L’Union des producteurs agricoles (UPA), qui qualifie la décision de Montréal de « précipitée », appelle les municipalités à attendre les conclusions de la commission parlementaire sur les pesticides qui entamera ses travaux dans quelques semaines.

La situation deviendra rapidement insoutenable si chaque municipalité réglemente l’usage des pesticides sur son territoire, indique l’UPA dans un communiqué.

Des poursuites judiciaires

Un tracteur épand du glyphosate sur un champ de blé.

L'épandage de glyphosate est monnaie courante dans les champs de blé canadiens.

Photo : Radio-Canada

Le glyphosate est au centre d'un conflit scientifico-judiciaire et met en jeu des milliards de dollars.

Son fabricant Bayer [propriétaire de Monsanto] fait face à plusieurs poursuites d'utilisateurs atteints de cancer, dont certains au Canada et au Québec.

L'entreprise a même été condamnée dans des procès aux États-Unis, mais elle a fait appel.

Bayer dément que le glyphosate soit cancérigène, et met en avant des décennies d'études et d'autorisations réglementaires dans différents pays qui prouvent, selon elle, l'innocuité du Roundup pour l'humain.

En janvier, Santé Canada a maintenu son approbation du produit.

À partir du 23 septembre, des députés de l'Assemblée nationale du Québec tiendront une commission parlementaire au sujet des risques des pesticides pour la santé et l'environnement, ainsi que des solutions de rechange à ces produits.

Des groupes et des experts seront entendus. Mais la multinationale Bayer n'en fera pas partie. Sa demande d'être reçue en audition n'a pas été retenue par les députés.

Grand Montréal

Agriculture