•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui est Lioubov Sobol, l’étoile montante de l’opposition en Russie?

Lioubov Sobol marche dans une rue bondée, entourée de photographes et de reporters.

Le reportage de Tamara Alteresco

Photo : Radio-Canada / Tamara Alteresco

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C’est dimanche que les Moscovites seront appelés à choisir les membres du conseil de la ville, un scrutin qui normalement suscite peu d’attention et ne donne lieu à aucune controverse. Or, la décision de la commission électorale de bloquer la candidature d’une soixantaine d’indépendants susceptibles de gagner a provoqué la colère et donné lieu aux plus importantes manifestations vues à Moscou depuis 2012. Lioubov Sobol, une avocate de 31 ans, est devenue le visage de ce mouvement et une des principales figures de la contestation anti-Poutine.

Il est à peine 14 h le samedi 31 août et il y a déjà des centaines de personnes qui se massent devant la station de métro Chistye Prudy au centre-ville de Moscou. C’est ici que se sont donné rendez-vous les manifestants pour un autre rassemblement interdit par les autorités de la Ville.

Pourtant, la foule grossit à vue d’œil et frappe des mains de plus en plus fort en attendant le coup d’envoi officiel.

Puis, les milliers de manifestants s'ébranlent en scandant : C’est NOTRE ville, honte à Poutine, et en se dirigeant paisiblement vers la place Pouchkine.

Dans cette marée humaine, nous finissons par rattraper celle qui a lancé l’appel à la mobilisation tout l’été. Lioubov Sobol, 31 ans, ne peut rester discrète très longtemps. Téléphone à la main, elle filme tous ses déplacements, alors qu’un grand gaillard la tient, la protège et lui fraye un chemin.

Je suis moscovite et j’exige la vérité et les droits politiques pour tout le peuple, je veux la justice, pour Moscou et la Russie.

Une citation de :Lioubov Sobol

Sobol fait partie des 60 indépendants dont la candidature a été rejetée en vue des élections au Parlement de Moscou, où seulement 7 des 45 députés ne sont pas affiliés au parti Russie unie de Vladimir Poutine.

Depuis, c’est elle qui mène la fronde contre la répression politique et dénonce les tactiques du gouvernement pour éradiquer la concurrence.

D'après Lioubov Sobol, une voix au Parlement aurait été l’occasion idéale de lutter contre la corruption au sein de l’État, une lutte qu’elle prône depuis des années.

Jusqu’à très récemment, elle était connue d’un très petit cercle de gens qui s’intéressent aux activités de l’opposition. Mais depuis qu’elle a tenté en vain de se présenter comme candidate, son caractère a pris le dessus. C’est une femme invincible, extrêmement dévouée et qui n’a peur de rien, explique Masha Lipman, une politologue indépendante qui suit le parcours de la militante.

L’avocate anticorruption

Ça fait des années que Lioubov Sobol travaille en coulisse pour tenir tête au régime de Vladimir Poutine.

Déjà en 2012, le magazine Forbes Russie la considérait comme une des Russes les plus influentes que très peu de gens connaissaient.

Elle venait alors d’être embauchée comme première juriste au sein de la fondation du militant Alexeï Navalny pour enquêter sur la corruption au sein du gouvernement et des sociétés d’État.

Son mari, un sociologue, a même été agressé à la seringue et a subi des convulsions en 2016 alors qu’elle se penchait sur les activités d’un proche du président Poutine.

Malgré ce qu’elle considère comme de l’intimidation pure et simple, la redoutable avocate continue de militer et le fait désormais publiquement.

Lioubov Sobol, assise à une table, de face, qui parle à la caméra.

Lioubov Sobol

Photo : YouTube

Si elle est aujourd’hui devenue l’un des visages les plus connus de l’opposition, c’est aussi parce qu’elle dirige la chaîne YouTube Nalvany Live qui diffuse quatre fois par jour des commentaires sur l’actualité politique et culturelle.

La chaîne se veut un antidote à la télévision d’État, où Navalny et les membres de son équipe sont persona non grata depuis longtemps.

Le gouvernement entretient depuis des années le mythe selon lequel seulement 1 % des Russes est en faveur de l’opposition. C’est un mensonge… Nous sommes là, nous existons!, nous dit-elle, en marchant direction place Pouchkine, où l’attend une chaîne humaine de policiers qui ordonnent à la foule de se disperser sur-le-champ.

Une menace pour le Kremlin?

Certainement, répond la politologue Masha Lipman qui explique que, depuis la révolution orange en Ukraine, le Kremlin, et plus particulièrement Vladimir Poutine, redoute un tel soulèvement en Russie.

Ce n’est pas une personne en particulier qui inquiète le Kremlin, mais plutôt cette idée selon laquelle des agents étrangers pourraient entraîner un mouvement de révolution en Russie pour chasser le gouvernement. C’est une peur qui anime depuis longtemps le gouvernement, bien avant que Sobol entre en scène. Mais certainement, elle incarne cette menace, bien qu’elle ne soit pas la seule.

Toutefois, Lioubov Sobol est une des rares figures de l’opposition à ne pas avoir fait de la prison.

Même si la police l'a arrêtée plusieurs fois durant l’été, elle l’a libérée quelques heures plus tard, car la loi russe interdit l’incarcération des mères de jeunes enfants, à moins d’un crime grave, et Sobol a une fille de 5 ans.

Sur cette vidéo, qu’elle a tournée et diffusée en direct alors que les policiers défonçaient la porte de son bureau, Lioubov Sobol disait en regardant la caméra : Je n’ai pas peur, je vais continuer mon combat, je n’abandonnerai jamais.

Le jour où nous l’avons suivie samedi dernier, les policiers se sont abstenus de l’arrêter, à la surprise générale. Mais deux jours plus tard, ils l’attendaient à la sortie d’un magasin pour l’arrêter de nouveau.

Aussitôt libre, elle racontait son histoire à ses centaines de milliers d’abonnés sur Twitter.

Quel avenir politique?

Tenir tête au régime de Vladimir Poutine est une entreprise risquée en Russie, affirme Masha Lipman, qui ne voit pas dans le mouvement de protestation actuel l’énergie nécessaire pour faire de Sobol son leader.

Je ne crois pas que les gens soient inspirés au point de la vouloir comme présidente, et le Kremlin profite du fait que ce mouvement ne soit pas encore politique, mais plutôt émotif. Pour le moment en tout cas…, dit Masha Lipman.

Mais, pour le simple fait d’oser comme elle le fait, Lioubov Sobol demeure une figure incontournable, que le Kremlin ne peut ignorer.

C’est une femme très ambitieuse, c’est indéniable, et une avocate hors pair. Elle aspire certainement à un avenir politique, mais est-ce qu’elle y arrivera, c’est une autre histoire.

Une citation de :Masha Lipman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !