•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, mis en demeure à Lac-Mégantic

Plan rapproché de M. Garneau.

Marc Garneau, ministre fédéral des Transports, le 19 juillet 2019, à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, à Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, et l'inspecteur ferroviaire Jean-René Gagnon ont été mis en demeure mardi par la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic, qui les somme de mettre fin immédiatement au transport de matières dangereuses sur le tronçon de chemin de fer reliant Lac-Mégantic à Farnham.

La Coalition souhaite que le transport de matières dangereuses soit suspendu jusqu'à ce que les plus de 250 rails défectueux répertoriés par l'inspecteur de Transports Canada soient réparés par la compagnie Central Maine and Quebec Railway (CMQR), qui exploite le chemin de fer.

On n’a plus le choix d'intervenir directement de façon juridique. On considère que la population de Lac-Mégantic et de toute l’Estrie est en danger réel de déraillement de train, soutient le porte-parole de la Coalition, Robert Bellefleur.

Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic, pendant une entrevue

Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic

Photo : Radio-Canada

Dans un avis transmis par Transports Canada à la CMQR en mai, Jean-René Gagnon relevait « plusieurs situations et préoccupations urgentes » qui requièrent « des réparations immédiates » sur le tronçon de chemin de fer reliant Farnham à Lac-Mégantic.

Ç’a été fait en mai et quatre mois plus tard, les réparations ne sont toujours pas complétées ou faites de manière satisfaisante, déplore M. Bellefleur.

Je pense que le CMQR a assez joué avec nos vies et c’est le temps qu’on mette un terme à ça, soutient de son côté Richard Poirier, un membre de la Coalition.

La loi prévoit que les inspecteurs de Transports Canada peuvent fermer une voie ferrée à certaines matières s'ils jugent qu'il existe un risque imminent, explique Me Daniel Larochelle, qui représente la Coalition.

Ce qui est demandé, c’est que l’inspecteur agisse dans le cadre de ses fonctions, ce qui n’est pas le cas actuellement, selon notre client. Il y a eu un laisser-aller. Des avis ont été envoyés, mais ils semblent avoir été ignorés par la compagnie ferroviaire.

Me Daniel Larochelle

La Coalition entend demander une injonction mandatoire si elle n'a aucune réponse satisfaisante du ministre Marc Garneau et de Jean-René Gagnon à l'intérieur des deux prochaines semaines.

Si on n’a pas de réponse d’ici une dizaine de jours, on va pouvoir intenter la procédure appropriée, affirme Me Jean-Claude Boutin, qui agit à titre d'avocat-conseil.

Me Daniel Larochelle.

Me Daniel Larochelle

Photo : Radio-Canada

Si elle est acceptée, l'injonction mandatoire suspendrait automatiquement le transport de matières dangereuses sur le tronçon jusqu'à la fin des procédures judiciaires. Aucune démarche juridique n'a été entreprise à l'égard de la CMQR.

À l’heure où on se parle, il appartient au ministre d’assumer la responsabilité de la sécurité ferroviaire, indique Robert Bellefleur. Nous, nous n'avons plus confiance en les compagnies ferroviaires comme la CMQR. Pour nous, on peut la comparer à la MMA à l’heure actuelle.

Ce dernier déplore également le manque de soutien des élus de Lac-Mégantic, de Nantes, de Frontenac et de la MRC du Granit.

Je ne peux pas m’expliquer que par simple principe de précaution, nos autorités ne demandent pas l’arrêt immédiat du transport de matières dangereuses ici quand on vient, le 24 août dernier, de subir deux déraillements de wagon sur la même ligne, dit Robert Bellefleur.

Transports Canada a réagi en fin d'après-midi mercredi en affirmant que la lettre est examinée attentivement. Le ministère dit avoir ordonné que la CMQR effectue les réparations de toutes les irrégularités, augmente sa fréquence d’inspections ultrasoniques, et fournisse les résultats de ces inspections à Transports Canada.

Les inspecteurs de Transports Canada confirment que les travaux réalisés satisfont les normes et règlements de sécurité ferroviaire.

Quant au bureau de Marc Garneau, il a accusé réception de la demande d'entrevue de Radio-Canada, mais le ministre n'y a toujours pas donné suite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !