•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tragédie de la famille Barho : la cause de l’incendie demeure mystérieuse

Les sept enfants de la famille Barho sont morts dans un incendie à Halifax.

Les sept enfants de la famille Barho morts dans l'incendie. À partir d'en haut, à gauche : Rola (12 ans), Amhad (14 ans), Ola (8 ans), Mohammed (9 ans), Hala (3 ans), Rana (2 ans) et Abdullad (quatre mois).

Photo : Facebook : HEART Society

Radio-Canada

Le service d’incendie de la Ville d’Halifax n'a pu élucider l’incendie dans lequel ont péri les sept enfants d’une famille de réfugiés syriens, le 19 février dernier.

Les parents, Kawthar et Ebraheim Barho, ont survécu, mais ce dernier a été gravement brûlé. Leurs sept enfants, âgés de 3 mois à 14 ans, ont tous perdu la vie. Ils habitaient dans une maison du quartier Spryfield. Le feu s’est déclaré pendant la nuit et s’est rapidement propagé.

Les pompiers ont soigneusement étudié tous les indices recueillis dans les décombres de la maison et testé plusieurs théories, mais ils n’ont pu déterminer la cause exacte du sinistre, annonce le chef du service d’incendie d’Halifax, Ken Stuebing.

Il indique toutefois que l’incendie s’est déclaré près d’un divan dans le salon situé au rez-de-chaussée dans la partie arrière de la maison.

Les pompiers écartent la possibilité que l’incendie se soit déclaré dans la cuisine ou qu’il ait été causé par un problème électrique. Les plinthes chauffantes n’étaient pas alimentées en électricité, précise M. Stuebing.

Les pompiers n’ont trouvé aucune preuve que l’incendie serait d'origine suspecte. Il n’y avait aucun indice d’utilisation d’un produit accélérant ni d’usage négligent de produits du tabac, explique M. Stuebing.

Le service des pompiers dit avoir consulté le prévôt des incendies et les enquêteurs de la compagnie d’assurance du propriétaire de la maison ainsi que d’autres experts. Tous ces intervenants tirent les mêmes conclusions, dit-il.

Les pompiers considèrent leur enquête comme étant terminée, mais ils disent être prêts à rouvrir le dossier si de nouveaux renseignements font surface.

Les Barho étaient arrivés en Nouvelle-Écosse en septembre 2017, après avoir vécu un certain temps au Liban. Ils étaient originaires de Raqqa, en Syrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !