•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée scolaire à la DSFM : plus d'élèves, mais toujours un manque de classes

Des enfants font la file. Ils ont leur sac à dos et ils sont prêts à quitter leur classe.

La DSFM s'attend à une hausse de 2 % du nombre de ses élèves cette année.

Photo : Radio-Canada / Marie-Lise Mormina

Radio-Canada

La Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) a fait sa rentrée et s’attend à une croissance de 2 % du nombre d’élèves cette année, alors que de nouveaux bâtiments se font toujours attendre. Pour faire face à cet afflux d’enfants, la DSFM prévoit de recourir à des salle de classes modulaires. 

Au sujet de l’augmentation de 2 % des effectifs, le directeur général de la DSFM, Alain Laberge, explique que ces élèves viennent majoritairement de familles francophones du Manitoba, mais aussi d’ailleurs au Canada. 

Il y a beaucoup de nouveaux arrivants qui s’intègrent. On voit maintenant la deuxième génération des nouveaux arrivants qui étaient ici il y a 20 ans. C’est pour nous un beau succès d’inclusion, note Alain Laberge. 

Cette année, marque aussi le 25e anniversaire de la DSFM et, à cette occasion, plusieurs activités sont prévues.

Cela ne veut pas dire que toutes les écoles ont 25 ans. Cette année, nous avons décidé que chaque communauté allait célébrer les 25 ans de la façon qui était la plus représentative de la communauté, indique Alain Laberge.

Chaque établissement devra donc présenter une soirée ou une activité.

Des grands dossiers

Dans le cadre du plan stratégique de la DSFM qui arrive à échéance, l'organisme a également prévu cette année d’aller à la rencontre de chaque communauté scolaire pour discuter des trois axes retenus.

Si on prend l’exemple de la réussite scolaire, c’est l’occasion pour chaque communauté de définir sa propre réussite scolaire et de décider comment elle va l’atteindre, souligne Alain Laberge.

Parmi les grands dossiers de la DSFM figurent la question de l’agrandissement nécessaire de certaines écoles et la construction de nouveaux établissements qui permettraient de désengorger des écoles. La DSFM explique qu'elle est toujours à la recherche de terrains sur lesquels pourraient être bâties ces écoles.

Nous avons entendu que les trois principaux partis s'engagent à construire de nouvelles écoles.

Alain Laberge, directeur général de la DSFM

Parmi les candidats, le chef du Parti progressiste-conservateur est même allé jusqu’à promettre la construction de nouvelles écoles dans les quartiers Sage Creek et Transcona. Ce sont des quartiers où nous observons une grande croissance et où nos écoles nourricières autour sont pleines, observe Alain Laberge.

À la recherche d'enseignants

Qui dit nouvelle école dit personnel et comme chaque année, le recrutement de nouveaux enseignants est un casse-tête. Sur ce plan, la DSFM dit continuer de travailler étroitement avec l’Université de Saint-Boniface, mais étend ses recherches vers les universités d’Ottawa, de Montréal, de Québec et de Sherbrooke. 

Pour les enseignants déjà recrutés, la DSFM met en place des programmes de mentorat pour les jeunes professeurs qui s’installent dans la province. Elle cherche également en dehors des frontières du pays pour trouver des enseignants grâce à des partenariats notamment avec des universités en Europe et en Afrique du Nord pour que des étudiants fassent leur dernière année au Manitoba.

Enfin cette année, la DSFM accueillera le congrès de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF), l’organisme qui chapeaute les commissaires scolaires francophones au Canada. 

Ce sera pour nous l’occasion de montrer que nous sommes une division scolaire inclusive et que l’école en milieu minoritaire est une chose importante, conclut Alain Laberge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Éducation