•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD recrute le cinéaste Hugo Latulippe dans le Bas-Saint-Laurent

Le cinéaste, auteur et producteur Hugo Latulippe.

Le cinéaste, auteur et producteur Hugo Latulippe

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Christian Noël

Le cinéaste Hugo Latulippe se lance en politique pour le Nouveau Parti démocratique (NPD). Radio-Canada a appris que l’auteur de Bacon, le film, Ce qu’il nous reste et Le Reel du fromager briguera l’investiture dans Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup. L’annonce doit avoir lieu mercredi matin à Rivière-du-Loup.

Hugo Latulippe troque sa position derrière la caméra pour se placer devant les micros. Mais comme dans ses documentaires, il a l’intention de demeurer engagé pour les causes auxquelles il croit.

« Je pense depuis longtemps qu’il nous faut élire des écologistes convaincus, dans nos villes et dans nos institutions politiques », confie le cinéaste de 46 ans. Selon lui, le NPD est le plus opérationnel des partis à Ottawa, du double point de vue social et écologique.

L’urgence climatique commande des décisions, des gestes concrets. Tous nos faits et gestes doivent désormais être soupesés à l’aune de l’équilibre écologique. Il ne s’agit plus de rêver.

Hugo Latulippe, candidat à l’investiture pour le NPD dans Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup

Le cinéaste engagé ne cachait pas que l’aventure politique l’intéressait depuis longtemps. Plusieurs le voyaient en politique provinciale, avec Québec solidaire. Mais au lieu de choisir un parti souverainiste au Québec, il a plutôt choisi un parti fédéraliste à Ottawa.

« Montmagny–L’Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup est mon premier pays et ma maison. Ce comté a tout ce qu’il faut pour devenir le cœur d’un mouvement de transition écologique de l’économie canadienne », affirme Hugo Latulippe.

C’est Alexandre Boulerice, le lieutenant du NPD au Québec, qui l’a convaincu de faire le grand saut, après l’avoir courtisé pendant plusieurs années. « Ça a été un travail de longue haleine », confie Alexandre Boulerice.

Les enjeux qu’on met de l’avant, comme la taxation des géants du web pour protéger notre culture et également nos médias locaux, et les thèmes de l’environnement [et de] la justice sociale ont trouvé écho avec Hugo [Latulippe].

Alexandre Boulerice, député de Rosemont–La Petite-Patrie

« Il [Hugo Latulippe] a regardé les chiffres et il a vu qu’il avait une possibilité réelle de victoire dans la circonscription. Alors, il a dit : ''OK, cette année, je fais le saut'' », ajoute M. Boulerice.

La circonscription est détenue par le conservateur Bernard Généreux. Elle est passée in extremis sous contrôle néo-démocrate quand François Lapointe a été élu lors de la vague orange de 2011, à la suite d’un dépouillement judiciaire.

Le NPD se félicite de ce « bon coup », au moment où le parti à de la difficulté à recruter des candidats, et où 14 candidats du NPD provincial au Nouveau-Brunswick ont quitté le navire et annoncé qu’ils feraient campagne pour le Parti vert cet automne.

« Avoir quelqu’un de talent, connu et apprécié des Québécois, comme Hugo Latulippe, ça envoie le message que le NPD est bien vivant au Québec, qu’on est capable d’aller chercher des gens de talent », se félicite Alexandre Boulerice.

Le NPD est à la traîne quant au nombre de candidats investis au Québec, avec seulement 30 nominations sur 78 circonscriptions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique