•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joi Scientific : quelle est cette entreprise dans laquelle Énergie NB investit des millions?

Une capture d'écran de la vidéo promotionnelle de Traver Kennedy, fondateur de Joi Scientific.

Traver Kennedy, fondateur de Joi Scientific, assure que « l’hydrogène 2.0 signe le début d’une nouvelle ère » dans une vidéo promotionnelle en ligne.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Énergie NB mise sur Joi Scientific, une entreprise qui dit développer une nouvelle technologie permettant d’extraire de l’hydrogène de l’eau de mer. Radio-Canada tente de comprendre qui se cache derrière cette mystérieuse entreprise.

Un épais mystère entoure Joi Scientific. L’entreprise américaine occupe des bureaux dans d'anciens laboratoires de la NASA au cap Canaveral, en Floride. Mais son chiffre d’affaires et le nombre d’employés demeurent secrets.

Pourtant, Énergie NB a déjà investi plusieurs millions de dollars dans cette entreprise et celle-ci prétend développer une technologie que personne n’a réussi à cerner jusqu’à maintenant.

Joi Scientific a réglé les problèmes qui empêchaient l’utilisation de l’hydrogène comme source d’énergie commerciale, se vante l’entreprise dans une vidéo disponible sur son site Internet.

Une animation montre une main tenant du matériel de laboratoire plein d'argent.

Joi Scientific est une jeune entreprise basée en Floride qui prétend avoir trouvé une façon rentable de produire de l’hydrogène à partir de l’eau de mer.

Photo : Joi Scientific

À l'heure actuelle, il faut plus d'énergie pour produire de l'hydrogène que ce que cet élément peut fournir. Joi Scientific prétend avoir réglé ce problème en produisant de l’hydrogène à partir d’eau de mer. Mais la façon dont elle y parvient est un secret bien gardé.

Joi Scientific se limite à dire qu’elle détient au moins six brevets et que trois laboratoires ont déjà vérifié son procédé. Un de ces brevets décrit comment un signal électrique est alimenté dans un réservoir pour produire de l’hydrogène, un peu comme avec de l’électrolyse.

On ignore si Énergie NB en sait davantage sur la technologie de Joi Scientific. Quoi qu'il en soit, la société de la Couronne estime en savoir suffisamment pour investir des millions de dollars auprès de l'entreprise émergente. Elle espère pouvoir en profiter pour alimenter sa centrale de Belledune, dans le nord de la province. Celle-ci fonctionne présentement au charbon, mais l’hydrogène, contrairement au charbon, ne produit aucun gaz à effet de serre.

L’hydrogène 2.0 signe le début d’une nouvelle ère, affirme le fondateur de Joi Scientific, Traver Kennedy, dans la vidéo promotionnelle de son entreprise.

Traver Kennedy a créé Joi Scientific en 2009. Sur son site web, il est décrit comme un « entrepreneur technologique et social » connu à travers le monde. Avant de lancer Joi Scientific, Traver Kennedy a notamment été stratège en chef d’un fabricant de logiciels, Citrix Systems, et a fait partie des 25 personnes les plus puissantes dans le domaine technologique en 2001 selon le magazine Network World.

Outre Énergie NB, Joi Scientific a comme partenaire d'affaires le plus grand détaillant de bateaux de plaisance aux États-Unis, MarineMax, qui souhaite fabriquer des moteurs alimentés à l’hydrogène.

Joi Scientific et Énergie NB ont refusé les demandes d'entrevue de Radio-Canada.

D'après un reportage de Michel Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Énergies renouvelables