•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Achats américains de médicaments en vrac au Canada : « Ce n’est pas du bluff »

Le président américain Donald Trump serre la main de son secrétaire d'État à la Santé, Alex Azar.

Le président américain Donald Trump et son secrétaire d'État à la Santé, Alex Azar, après un discours portant sur l'objectif de réduire le prix des médicaments sur ordonnance.

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Marc Godbout

En signalant qu’il permettrait l’importation de médicaments moins coûteux du Canada, Donald Trump a ravivé l’espoir chez les Américains. La pression est énorme. Certains États souhaitent à tout prix obtenir le feu vert officiel de Washington. Voici l’exemple éloquent du Colorado.

Claudia Curry Hill se déplace péniblement. Elle a déjà perdu l’usage de sa jambe gauche. Dans son logement de Denver, son sourire camoufle le sentiment de rage qu’elle éprouve. Et pour elle, le plus difficile reste à venir.

Atteinte de sclérose en plaques progressive primaire, un médicament pourrait l’aider à limiter la progression de la maladie : l’Ocrevus. Mais elle a dû y renoncer rapidement. « Nous ne sommes pas riches, mais nous ne sommes pas pauvres », tient-elle à préciser.

Le prix de l’Ocrevus aux États-Unis atteint 90 000 $ par année, trois fois plus qu’au Canada.

 Abandonner un médicament qui vous aide vraiment parce que vous ne pouvez plus vous le permettre, c’est cruel.

Claudia Curry Hill

L’histoire de Claudia Curry Hill n’est pas exceptionnelle. Ne pas avoir les moyens d'acheter les médicaments sur ordonnance est la réalité de plus de 45 millions d’Américains.

Claudia Curry Hill se déplace à l'aide d'une marchette dans son appartement de Denver, au Colorado.

Claudia Curry Hill souffre de la sclérose en plaques progressive primaire. Elle doit se déplacer à l'aide d'une marchette. Elle a cessé de prendre un médicament qui pourrait lui permettre de freiner la maladie compte tenu de son prix trop élevé.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Aux États-Unis, où les prix sont les plus élevés du monde, les lois interdisent aux gouvernements de négocier avec les compagnies pharmaceutiques. Si le Canada demeure l'un des pays où les médicaments brevetés sont les plus chers, la législation permet quand même d’établir un prix plafond.

Claudia Curry Hill suit attentivement ce qui se passe dans son propre État. Une solution fait sérieusement son chemin au Colorado : importer des médicaments en vrac du Canada. Elle refuse d’y voir un mirage. « C’est très attrayant et je fonde de grands espoirs là-dessus. »

Une vue des drapeaux américain et de l'État du Colorado qui flottent devant l'édifice du Capitole à Denver.

Les drapeaux américain et de l'État du Colorado flottent devant l'édifice du Capitole à Denver.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Aux grands maux les grands remèdes... canadiens

Le mot « crise » revient continuellement dans plusieurs États. Au Colorado, il ne se passe pas une journée sans que les législateurs soient interpellés sur les conséquences de la flambée des prix des médicaments.

« Des gens meurent. Nous avons la responsabilité d’agir, et c’est ce que nous faisons », dit Sonya Jaquez Lewis en décrivant le contexte actuel. Et à ceux et celles au Canada qui ont encore des doutes sur le sérieux de cette démarche, elle répond que « ce n’est pas du bluff ».

Cette démocrate est la première pharmacienne à siéger à la Chambre des représentants du Colorado. Elle a participé étroitement à la rédaction d’une loi citée récemment en exemple par le président Trump.

Adoptée en mai, la nouvelle loi autorise l’État à élaborer un programme d’importation en vrac de médicaments sur ordonnance du Canada.

Il lui reste à obtenir le sceau fédéral. Le Colorado a voulu mettre toutes les chances de son côté afin d’y arriver. Sa stratégie est celle des petits pas, pour convaincre les agences fédérales américaines que son plan est sécuritaire.

La démocrate Sonya Jaquez Lewis.

La démocrate Sonya Jaquez Lewis, une pharmacienne, siège à la Chambre des représentants du Colorado. Elle a coécrit la loi de l'État qui autorise un programme d’importation en vrac de médicaments sur ordonnance du Canada.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

« Nous voulons commencer lentement, il vaut mieux commencer petit. C’est la seule manière d’y arriver », soutient Sonya Jaquez Lewis.

Seule l'importation de certains types de produits destinés à des populations spécifiques sont ciblées, un peu moins d’une vingtaine de catégories de médicaments en tout.

Sonya Jaquez Lewis cite deux exemples : « Un patient cardiovasculaire pourrait économiser jusqu'à 30 %. Et le système carcéral pourrait épargner au moins trois millions de dollars annuellement juste en traitements contre l’hépatite C. »

Mais les médicaments contre le cancer administrés par perfusion ne pourraient pas être importés du Canada. Même chose pour l’insuline, parce qu’elle doit être réfrigérée.

Une image d'une pharmacie d'Aurora au Colorado.

Une pharmacie d'Aurora au Colorado

Photo : Radio-Canada

Cet été, l’administration Trump a fortement laissé entendre qu’elle autoriserait les projets pilotes développés par les États, mais comment? Ça reste flou. N’empêche, le Colorado y voit une chance unique.

Et les discussions s’activent avec les trois autres États qui ont adopté dans les derniers mois des lois visant l’importation de médicaments en vrac du Canada : la Floride, le Vermont et le Maine. À cela s’ajoutent 13 États qui ont des projets de loi à l’étude.

« Je peux comprendre les inquiétudes des Canadiens »

Les derniers résultats d’examens ne sont pas encourageants pour Claudia Curry Hill. L’arrêt du médicament a aussi un prix. De nouvelles lésions de la moelle épinière et au cerveau sont apparues.

À ceux qui craignent que le Canada ne devienne la pharmacie des États-Unis, Mme Curry Hill offre cette réponse. « Je peux comprendre les inquiétudes des Canadiens. C’est triste que nous en soyons rendus là. Mais je veux aussi qu’ils sachent que nous sommes très nombreux à souffrir. »

L’idée d’importer des médicaments en vrac du Canada n’est pas nouvelle. Maintes tentatives ont échoué dans le passé. Mais cette fois, les experts ne prédisent pas tous l’échec des efforts américains.

« Je crains que dans un an ou deux ce soit réel », soutient Amir Attaran, professeur aux facultés de droit et de médecine de l’Université d’Ottawa. À ses yeux, il ne faut surtout pas sous-estimer ce qui est en train de se passer. La dynamique politique a changé aux États-Unis.

C’est maintenant un enjeu bipartisan, la pression vient de tous les États, la grogne est partout. Le danger, c’est l’élection de 2020 aux États-Unis.

Amir Attaran, professeur Université d’Ottawa

Amir Attaran s’étonne que la réponse du Canada tarde à venir, d’autant plus que les pénuries de médicaments représentent déjà un problème au Canada. Ottawa n’a toujours pas érigé de remparts. « Le Canada a totalement échoué à prendre des mesures pour protéger ses citoyens, et ça devrait être une priorité des partis politiques. »

Le vide juridique… et politique

Au lendemain de l’annonce de l’administration Trump et devant les nombreuses inquiétudes soulevées au Canada par le plan américain, le premier ministre Trudeau avait promis de protéger l’approvisionnement en médicaments.

Nous reconnaissons que c’est une situation où les annonces faites par les Américains pourraient avoir un impact au Canada.

Justin Trudeau, 1er août 2019

Santé Canada, avait-il rappelé, continue le travail afin d'assurer « qu'il y a assez de médicaments pour les Canadiens, qu'on n'est jamais pris au dépourvu avec l'accès aux médicaments pour les Canadiens à prix abordable d'abord et avant tout ».

Un mois plus tard, le premier ministre n’a toujours pas dit quand et comment il compte le faire. Cela est « étonnant et inquiétant », selon Amir Attaran. L’ex-ministre libéral Ujjal Dosanjh est tout aussi préoccupé.

Le gouvernement dort au gaz et doit se réveiller.

Ujjal Dosanjh, ancien ministre fédéral de la Santé

Difficile d’ignorer le point de vue de l’ancien ministre de la Santé sous le premier ministre Paul Martin. Pourquoi? En 2005, il avait lui-même présenté un projet de loi pour interdire l’exportation massive de médicaments canadiens sur ordonnance vers les États-Unis.

Cette démarche aurait permis au gouvernement fédéral d’établir une liste de médicaments qui ne pourraient pas être exportés dans l’éventualité d’une pénurie ou d’une menace de pénurie. Or, le projet de loi est mort au feuilleton lorsque le gouvernement de Paul Martin a été renversé.

Ujjal Dosanjh répond à une question à l'époque où il était ministre fédéral de la Santé.

Ujjal Dosanjh à l'époque où il était ministre fédéral de la Santé

Photo : La Presse canadienne / Pawel Dwulit

Ujjal Dosanjh considère lui aussi que la menace actuelle est plus sérieuse qu’à l’époque. « Le gouvernement aurait dû voir venir les choses et même convoquer les députés de Chambre cet été pour légiférer. »

Loin d’Ottawa, dans son appartement de Denver, Claudia Curry Hill s’accroche à ce qu’elle peut : l’option canadienne. « Nous devons et allons maintenir la pression sur nos législateurs, je crois que c’est encourageant. »

Elle mène un double combat. Si sa maladie progresse, elle a davantage espoir de remporter sa bataille politique. Elle voit difficilement comment la grogne au Colorado et ailleurs pourrait s’apaiser.

Politique fédérale

Politique