•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

80 % des étudiants admissibles de l'ULaval se sont procuré le laissez-passer universitaire

Près de 80 % des étudiants qui y ont accès au nouveau LPU se le sont procuré avant la rentrée scolaire.

Photo : Radio-Canada / Nahila Bendali

Radio-Canada
Mis à jour le 

À peine entré en vigueur, le nouveau laissez-passer universitaire (LPU) fait fureur. Près de 80 % des étudiants qui y ont accès se le sont procuré avant même la rentrée scolaire.

Des 43 000 étudiants inscrits à l'Université Laval cet automne, 27 000 ont accès au tout nouveau LPU qui leur permet d'utiliser les transports en commun de Québec et de Lévis à volonté depuis le 1er septembre.

21 000 étudiants admissibles ont déjà mis la main sur le laissez-passer, un nombre au-delà des attentes du vice-recteur exécutif de l'Université, Robert Beauregard. On est au-delà de ce qu'on s'attendait d'avoir à ce moment-ci. Le RTC, la STL, tout le monde est surpris. On trouve que c'est un grand succès.

La mesure est financée à même les frais d'inscription des étudiants inscrits à temps complet. Un montant supplémentaire de 120 $ par session est prélevé sur la facture de ces étudiants, qu'ils utilisent le transport en commun ou non.

Le LPU est le fruit d'un travail de longue haleine de plusieurs instances, dont les associations étudiantes, l'administration universitaire et les réseaux de transport en commun de la région.

L'Université Laval se réjouit de la popularité du LPU et constate déjà une diminution de 20 % du nombre de vignettes de stationnement vendues.

Circulation moins lourde

Par ailleurs, l'Université Laval poursuit son projet de décaler d'une demi-heure le début de certains cours afin d'alléger la circulation le matin.

Le maire Régis Labeaume applaudit cette initiative et encourage d'autres institutions à suivre le pas. Pourquoi les grandes entreprises et les organisations gouvernementales ne feraient pas en sorte aussi de changer l'horaire pour une partie de leurs employés ?

Une petite demi-heure, c'est pas grand-chose, mais ça fait une différence, conclut le maire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transport en commun