•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rentrée scolaire grâce à une injonction à Parry Sound

Photo d'enfants qui se tiennent la main en marchant vers l'entrée de leur école avec leurs sacs à dos.

Des élèves francophones arrivent en classe, mardi matin, à Parry Sound.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est une rentrée extraordinaire que vivent, mardi, les élèves francophones de l'élémentaire à Parry Sound, au nord de Toronto. Il a fallu une injonction pour leur permettre d'aller en classe.

Le Conseil scolaire public du Nord-Est de l'Ontario (CSPNE) voulait ouvrir une première école primaire française dans la ville, mais n'arrivait pas à trouver un emplacement adéquat.

Le Conseil s'est rabattu comme solution temporaire sur la location de locaux dans un collège anglophone.

Toutefois, le conseil municipal de Parry Sound refusait d'accorder un changement de zonage au Collège Canadore pour lui permettre de louer ainsi ses locaux.

La Cour supérieure a finalement accordé une injonction interlocutoire au CSPNE la semaine dernière, citant le droit constitutionnel des parents à l'éducation en français.

D'un côté, c'est très excitant, parce qu'on ouvre une nouvelle école de langue française dans la région. Mais d'autre part, c'est un peu stressant, sachant qu'on n'a pas été bien accueillis ici.

Natalie Davis, enseignante
Une salle de classe avec des pupitres.

L'école élémentaire de Parry Sound compte utiliser trois salles de classe au Collège Canadore.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Quelque 35 élèves du jardin d’enfants à la 8e année fréquenteront l'établissement cette année.

Je suis vraiment contente que mes enfants ont la chance d'apprendre la langue française.

Christine Gilbert, mère de deux enfants
Photo d'une femme portant des lunettes.

Christine Gilbert a un fils de 6 ans et une fille de 8 ans qui vont à la nouvelle école française de Parry Sound.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Les conseillers municipaux et les citoyens s’opposant au projet affirment entre autres qu'on ne devrait pas placer des enfants et des étudiants adultes sous un même toit.

Pour sa part, la directrice de l'école, Joanne Héroux Farrow, attribue l'opposition locale à un « manque d'information ».

Avec le temps, une fois qu'ils vont connaître ce qu'on peut apporter à la communauté, on va être accueillis à bras ouverts.

Joanne Héroux Farrow, directrice de l'école

Le directeur de l'éducation du Conseil public du Nord-Est, Simon Fecteau, espère trouver une solution plus permanente d'ici le temps des Fêtes.

Il évalue actuellement différentes options, que ce soit la location de locaux dans un centre commercial, le recours à des salles de classe modulaires ou la signature d'un partenariat avec un autre conseil scolaire.

L'entrée d'un édifice en pierres grises.

Le Collège Canadore loue des locaux au Conseil scolaire public du Nord-Est.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Avec des renseignements fournis par Rozenn Nicolle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !