•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après avoir été forcé de perdre, un judoka iranien demande l'asile

Saeid Mollaei expulse un cri en positon de combat.

Le judoka iranien Saeid Mollaei

Photo : Reuters / Kim Kyung Hoon

The Associated Press

Un champion du monde de judo iranien pourrait demander l'asile en Allemagne après avoir refusé de se soumettre à la demande de son gouvernement de se retirer des Championnats du monde à Tokyo afin d'éviter un éventuel combat contre un adversaire israélien.

La Fédération internationale de judo (FIJ) a déclaré que le sous-ministre iranien des Sports, Davar Zani, avait ordonné à Saeid Mollaei de se retirer de la compétition. La FIJ a révélé que Mollaei avait ensuite reçu un appel du président du Comité olympique iranien, Reza Salehi Amiri, qui lui a dit que les services de sécurité se trouvaient chez ses parents.

Mollaei était le champion en titre et aurait pu affronter l'athlète israélien Sagi Muki en finale. Ils étaient les deux athlètes les mieux classés de leur catégorie avant les mondiaux. Mollaei a mentionné qu'il avait reçu l'ordre de se retirer avant le combat préliminaire contre un Russe, de sorte que cela ne passe pas comme un boycottage d'Israël.

Mollaei a poursuivi la compétition, mais il a finalement perdu en demi-finales et n'a pas eu à affronter Muki, qui a remporté la médaille d'or et a plus tard qualifié Mollaei « d'inspiration ».

« Je veux concourir là où je le peux, a déclaré Mollaei dans un communiqué de la FIJ. Je vis dans un pays où la loi ne me le permet pas. Nous n'avons pas le choix, tous les athlètes doivent s'y conformer. Tout ce que j'ai fait aujourd'hui était pour ma vie, pour une nouvelle vie. »

J'ai besoin d'aide. Même si les autorités de mon pays me disent que je peux rentrer sans problème, j'ai peur.

Saeid Mollaei, judoka iranien

Le président de la FIJ, Marius Vizer, a dit sur Twitter que Mollaei était en Allemagne et qu'il « suivait les procédures » en matière d'asile.

« Bientôt, la procédure contre la Fédération iranienne de judo va commencer », a déclaré Vizer.

La FIJ a ajouté qu'elle aiderait Mollaei à se préparer pour les Jeux olympiques de l'année prochaine, également à Tokyo. Si l'Iran refuse de lui permettre d'y participer, une option pourrait être l'équipe d'athlètes réfugiés soutenue par le Comité international olympique.

Judo

Sports