•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déjà un match crucial pour le Canada à la Coupe du monde

L’entraîneur du Canada, Nick Nurse, sur les lignes de côté.

Les hommes de Nick Nurse auront fort à faire à la Coupe du monde de basketball.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

La présence du Canada à la Coupe du monde de basketball de la FIBA, en Chine, pourrait être de courte durée. En raison d’une défaite de 108 à 92 face à l’Australie en lever de rideau, le duel opposant les Canadiens aux Lituaniens, dans la nuit de lundi à mardi, risque d'être déterminant.

Dans un groupe de quatre nations, qui verra les deux meilleures du tour préliminaire accéder à la phase éliminatoire, les matchs importants arrivent rapidement.

La Lituanie n’a fait qu’une bouchée du Sénégal, l’emportant 101-47 et illustrant leur position d’équipe la mieux classée (6e) dans un groupe difficile, complété par l’Australie (11e), le Canada (23e) et le Sénégal (37e).

Évidemment, c’est une des meilleures équipes du monde, pas vrai? Nous savons que nous en aurons plein les bras, c’est une bonne équipe, grosse et expérimentée.

Nick Nurse, entraîneur de l'équipe canadienne

Un lien fort en filigrane

La sélection lituanienne aligne deux joueurs de la NBA, Domantas Sabonis, des Pacers d'Indianapolis, et Jonas Valanciunas, dont le destin était lié de près à Nick Nurse jusqu’en février dernier.

Quand Nurse a été engagé par les Raptors de Toronto comme entraîneur adjoint il y a six ans, son premier mandat a été de travailler avec le Lituanien de 27 ans. Leur collaboration est restée très proche jusqu’à ce que Valanciunas soit cédé à Memphis contre Marc Gasol en février dernier.

Évidemment, j’adore Jonas. Je vais essayer de lui botter le derrière (mardi), mais je l’aime bien.

Nick Nurse, en riant
Jonas Valanciunas saute en direction du panier pour récupérer le ballon.

Jonas Valanciunas quand il jouait avec les Raptors de Toronto

Photo : La Presse canadienne / Mary Altaffer

Le centre de 2,13 m, dont le jeu manquait de finition quand il est arrivé à Toronto, s’est épanoui sous la gouverne de Nurse, jusqu’à devenir l’un des favoris des partisans des Raptors, et l’un des meilleurs joueurs d’avant de cette Coupe du monde.

Un pays fou de basket

Un contingent important de partisans lituaniens a pris d'assaut l’aréna où avait lieu le premier match de leur équipe dimanche. Arborant perruque verte et le visage maquillé aux couleurs du pays, ils ont agité un drapeau de la taille d’une piscine pendant le match.

Le basketball est une deuxième religion en Lituanie

Jonas Valanciunas

Tout le monde essaye de jouer ou de suivre le basketball. C’est un gros truc en Lituanie. Ça vient avec de la pression, mais c’est de la bonne pression, ajoute Valanciunas.

Affirmation nationale

Quand la Lituanie a déclaré son indépendance à l’Union soviétique en 1990, la sélection de basketball n’avait pas les moyens financiers nécessaires pour participer aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992.

C’est grâce à l’intervention du groupe rock The Gratefull Dead, qui a financé le voyage, que la Lituanie a pu participer aux Jeux.

Dans un dénouement dramatique, la Lituanie a remporté la médaille de bronze en battant l’Équipe unifiée, qui représentait d'anciens états de l’Union soviétique.

Ça passe ou ça casse

La Lituanie vise également le podium dans cette Coupe du monde, et voudra continuer d'affirmer cette ambition face au Canada. De leur côté, les Canadiens doivent causer la surprise pour se donner une chance d'accéder à la phase éliminatoire.

L'unifolié conclura son calendrier préliminaire jeudi face au Sénégal.

(D'après un texte de CBC Sports)

Basketball

Sports